Avec moi le déluge

Mots-clés

, , , ,

Par Dominique Jamet

Il est désormais clair que le président Hollande peut abandonner tout espoir d’être réélu s’il ne convainc pas ses partenaires de gauche de ne pas présenter de candidats.

C’est une vieille ficelle, familière à tous les gouvernements, sous toutes les Républiques, lorsque les résultats des municipales ou des cantonales ne répondent pas à leur attente, de rappeler qu’il ne s’agit après tout que d’élections locales auxquelles il ne convient donc pas d’attribuer une signification qu’elles n’ont pas forcément. Un autre truc, classique, consiste à noyer le poisson d’une lourde défaite dans une cascade d’étiquettes et de dénominations vagues. S’il a surabondamment recouru à cette dernière recette lors du premier tour des départementales, le ministère de l’Intérieur n’a quand même pas cherché à nier que le vote des Français ait eu une dimension politique. Il s’est tout simplement abstenu d’aborder la question.

Il tombe pourtant sous le sens, lorsque l’on vote le même jour dans un peu plus de 2.000 cantons, c’est-à-dire sur l’ensemble du territoire, Paris et Lyon exceptés, que ceux des citoyens qui font encore l’effort de se rendre dans les bureaux de vote sont de moins en moins sensibles à des considérations personnelles et locales, et se déterminent très largement en fonction de leurs préférences politiques et idéologiques. L’intrusion insistante et spectaculaire du Premier ministre dans la campagne électorale a fortement contribué à politiser le débat et M. Manuel Valls, bombant le torse et gonflant ses biceps à son habitude, n’a pas manqué de s’attribuer le mérite de la prétendue bonne tenue du vote socialiste et du fabuleux élan civique qui a fait remonter de cinq points, en référence à 2011, une participation qui avait reculé de vingt points par rapport aux précédentes consultations. À défaut de faire reculer le chômage et le Front national, le matador de la rue de Varenne aurait fait trembler l’abstention.

Le pouvoir se satisfait de peu par les temps qui courent. Un Français sur deux a négligé ou refusé de voter. Le Front national a progressé de onze points depuis les dernières cantonales, gagné cinq cent mille voix depuis les dernières européennes et devrait multiplier par cinquante ou cent sa représentation. Le Parti socialiste, au bout du compte, devrait perdre le contrôle d’entre vingt et trente départements et assister en spectateur à la victoire en sièges dont Nicolas Sarkozy pourra se gargariser la semaine prochaine. Pour la quatrième fois consécutive, la majorité parlementaire est massivement désavouée par le pays et, lundi en huit au plus tard, frondeurs, mutins et même loyalistes devraient se livrer à un tir nourri contre le quartier général.

Il est désormais clair que le président Hollande peut abandonner tout espoir d’être réélu s’il ne convainc pas ses partenaires de gauche de ne pas présenter de candidats, qu’il ne saurait y parvenir sans changer de cap et que, dans un pays en phase de droitisation accélérée, tout changement de cap entraînerait sa défaite. Trois blocs de force à peu près équivalente se partagent le plus clair de l’électorat, trois blocs qui ne peuvent s’entendre sans trahir leurs électeurs et dont aucun n’est en mesure de rassembler à lui seul une majorité. Ah les beaux jours que nous promet le nouveau tripartisme ! Louis XV, dit la légende, aurait un jour déclaré, désinvolte : « Après moi le déluge ! » Avec Hollande, le déluge, c’est maintenant.

http://www.bvoltaire.fr

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.