Poutine s’exprime sur l’élargissement de l’OTAN, les opérations spéciales et les débordements des dirigeants du G7

Étiquettes

, , ,

23:25 29.06.2022

Le président russe Vladimir Poutine – RIA Novosti, 1920, 29.06.2022.Photo d’archive.
© RIA Novosti / Sergei Guneyev


MOSCOU, 29 juin – RIA Novosti. Le président russe Vladimir Poutine a évoqué la situation en Ukraine, l’élargissement de l’OTAN et les déclarations sévères des responsables occidentaux après le sommet de la Caspienne.

Sur les résultats du sommet de la Caspienne.
Le chef d’État a déclaré que les dirigeants des pays participant au sommet de la Caspienne ont consacré 90 % de leur temps, lors d’un déjeuner informel, à parler du développement de la coopération dans la région.
« Nous sommes convenus de choisir ces domaines prioritaires, de répartir les compétences entre nous et, conformément à ces compétences, de prendre des mesures pour mettre en place une coopération aussi large dans des domaines majeurs, notamment dans l’industrie et les hautes technologies. À mon avis, il est très prometteur, important et opportun d’accorder plus d’attention à cet aspect », a-t-il souligné.

Sur l’élargissement de l’OTAN

M. Poutine a déclaré que la Russie n’avait pas les mêmes problèmes avec la Suède et la Finlande « qu’avec l’Ukraine ».
Un expert explique la différence d’admission de la Suède et de la Finlande et de l’Ukraine à l’OTAN
Il a souligné que Moscou serait obligé de réagir en miroir en cas de déploiement d’infrastructures militaires de l’OTAN dans ces pays.

Sur les opérations spéciales russes
Interrogé pour savoir si les objectifs de l’opération spéciale avaient changé, le président a répondu que rien n’avait changé.
« Je vous ai dit au petit matin du 24 février (NDLR) directement et publiquement à tout le pays, au monde entier. Je n’ai rien à ajouter à ce sujet. Rien n’a changé », a déclaré M. Poutine

Le dirigeant russe a ajouté que la tactique pourrait être différente.

« Des tactiques ont été proposées par le ministère de la Défense : où déplacer les troupes, quels objets frapper », a-t-il précisé.
« L’objectif ultime est la libération du Donbass et la création de conditions qui garantiraient la propre sécurité de la Russie », a-t-il souligné.
Selon lui, les appels de l’Occident à la poursuite des hostilités confirment les hypothèses selon lesquelles « le bien de l’Ukraine n’est pas le but, mais un moyen de protéger leurs intérêts ».

Sur l’incident de Kremenchuk
M. Poutine a souligné que l’armée russe ne frappait pas les cibles civiles.
« Il n’y a pas d’attaque terroriste là-bas », a-t-il déclaré.


Sur les « blagues » au G7
Le dirigeant russe a également commenté les discussions des dirigeants du G7 au sujet de leur photo et leur désir de se déshabiller pour la photo.

« Je ne sais pas comment ils voulaient se déshabiller : au niveau de la taille, en dessous de la taille, mais je pense que cela aurait été un spectacle dégoûtant », a-t-il déclaré.
Le président a également rappelé les paroles du poète Alexandre Pouchkine, qui a dit que « l’on peut être un homme raisonnable et penser à la beauté de ses ongles ».
« Je suis d’accord avec cela. Tout dans une personne doit être en harmonie : l’âme et le corps. Mais pour que tout soit aussi harmonieux, il faut renoncer à l’abus d’alcool et aux autres mauvaises habitudes, se mettre à l’entraînement physique, au sport », a ajouté M. Poutine.


Le chef d’État a également souligné que les relations entre la Russie et les pays du G7 ne sont pas au mieux en ce moment.
« Tous mes collègues – je les connais personnellement. Ce sont tous des leaders, ils ont du caractère. S’ils le veulent, ils réussiront, mais ils doivent travailler sur eux-mêmes », a-t-il expliqué.

Sur les propos de Johnson sur les femmes et l’action en Ukraine

Plus tôt, le Premier ministre britannique avait déclaré que « la Russie n’aurait pas lancé une opération spéciale en Ukraine si Poutine était une femme ».

« De la part de l’actuel Premier ministre britannique, ce n’est pas une référence très correcte à ce qui se passe aujourd’hui », a souligné M. Poutine.