«La France a bradé son industrie électrique à l’Allemagne»

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les possibles coupures de courant d’énergie sont la conséquence du fait que nous avons pris la décisions de délaisser le secteur nucléaire, analyse Jean-Louis Butré. Selon le membre du groupe d’experts «Énergie et Vérité», l’éolien et les énergies renouvelables sont bien moins fiables en comparaison.

Par Jean-Louis Butré

https://i.f1g.fr/media/eidos/616x347_cropupscale/2020/11/27/XVMf53cf65c-30da-11eb-a5fd-89b0b28a0c27.jpg
La ministre de la Transition Écologique, Barbara Pompili. LUDOVIC MARIN/AFP

Jean-Louis Butré est membre du groupe d’experts «Energie et vérité».


De renégociations en reculades avec la commission européenne, la France a bradé son industrie électrique à l’Allemagne. Elle pouvait se battre avec son industrie nucléaire, elle s’est placée sur le terrain des Energies Renouvelables (EnR) intermittentes et surtout celui de l’éolien dont elle ne possède aucun atout industriel.

En faisant ce choix elle s’est mise en position de faiblesse devant des adversaires. Comme disait Churchill après Munich: «Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre». La déclaration de Bruxelles d’un nouveau plan éolien offshore gigantesque conduit indirectement à la mise à mort de l’industrie nucléaire de la France. Il a été écrit par les industriels la filière mondiale des Energies Renouvelables pour servir leurs intérêts. Ils dirigent la commission européenne depuis des années. Ils s’appuient sur les partis verts principalement allemands.

Depuis la décision de Merkel d’arrêter le nucléaire dans ce pays, suivi la semaine dernière par celle la Belgique, ils ont pris les commandes du pouvoir dans le domaine de l’électricité. Le plan éolien offshore européen balaie indirectement l’industrie nucléaire de la France empêtrée depuis des années dans des difficultés techniques et politiques ingérables et dont le déclin jour après jours se confirme, Gooltech est toujours à l’arrêt et Flamanville en perdition….Les 56 réacteurs nucléaires français seront fermés les uns après les autres à partir de 40 ans. Fessenheim a acté cette décision et la Programmation Pluriannuelle de l’Energie signée en catimini par Mme Elisabeth Borne ancienne Ministre de l’environnement, l’a «gravé dans le marbre».

EDF va être vendu par départements et la filière nucléaire démantelée dans l’indifférence générale

Sous le nom du «plan Hercule», EDF va être vendu par départements et la filière nucléaire démantelée dans l’indifférence générale. Au lieu de se soumettre à ses adversaires en se battant uniquement sur le CO² qui n’est qu’un volet des avantages du nucléaire, la France aurait dû lutter industriellement, technologiquement et médiatiquement. Elle a choisi le silence et la soumission à l’Allemagne, à Greta, Greenpeace et aux partis de la décroissance verte.

Le Président de la République Emmanuel Macron devait être en première ligne concernant ce combat nucléaire. Le PDG du groupe EDF avait pour mission de défendre son groupe. Ils ne l’ont pas fait. Aujourd’hui notre pays va perdre le contrôle de l’industrie de l’électricité et son indépendance énergétique et industrielle.

Concernant l’éolien offshore les associations qui se battront contre le plan de Bruxelles vont avoir à faire face à un raz de marée industriel géant avec des machines pharaoniques et des constructions portuaires. Tous les pays vont se jeter sur les subventions du plan européen. L’industrie américaine avec le nouveau président et le «Green deal» va probablement elle aussi rentrer dans la danse. L’industrialisation de l’espace maritime mondial est en cours. Rien ne l’arrêtera plus, mais de nombreuses batailles ponctuelles pourront encore être gagnées en France comme celles situées au raz des cotes (Saint-Brieuc, le Tréport etc…) qui sont des véritables «écocides» doublés de scandales financiers et de destructions d’emplois.

Un vaste réseau électrique européen sera mis en place pour distribuer l’électricité marine. Des investissements importants et en conséquence des hausses du prix de l’électricité sont programmés. Le réseau RTE Français s’approvisionnera tant bien que mal sur la future grille des interconnexions européennes. L’instabilité électrique posera des problèmes de sécurité et conduira à des restrictions.

Nous revenons à la période de « l’occup’ » au moment où le « Ministère de la Réparation » distribuait des carnets de tickets de rationnement

C’est ce qui se profile comme avant-gout pour l’hiver 2020 avec la déclaration de Mme Barbara Pompili à la télévision et la publication du plan de restrictions paru le 23/11/2020 «mon ecowatt.», votre météo de l’électricité pour une «consommation responsable». Désormais les citoyens seront «responsables de leur coupure d’électricité».

«En vous inscrivant à l’alerte vigilance coupure, vous serez averti en cas de risque de coupure. Vous saurez quels éco-gestes sont les plus efficaces et à quel moment les appliquer. En participant à ce dispositif citoyen, vous contribuez à assurer l’alimentation de tous en électricité. Chaque geste compte, rejoignez le mouvement!

Hiver 2020-2021, une situation inédite qui nécessite une grande vigilance pour éviter des coupures….Mais, si toutes ces mesures s’avéraient insuffisantes, le recours à des coupures ciblées de foyers ne pourrait être totalement exclu. Cela ne correspond toutefois en rien à un risque de black-out sur l’ensemble du pays…»

Nous revenons à la période de «l’occup’» au moment où le «Ministère de la Réparation» distribuait des carnets de tickets de rationnement. Aujourd’hui grâce au progrès ce sont les citoyens eux-mêmes qui se punissent et se restreignent au nom de l’écologie. Il est dommage que l’électricité ne se stocke pas facilement sinon on car on aurait pu voir renaitre un «nouveau marché noir» électrique…

Figaro Vox