Macron recycle tous les vieux déchets de la politique française…

Étiquettes

, ,

https://i0.wp.com/cdn.bvoltaire.fr/media/2017/02/79398_emmanuel-macron-meeting-bras-en-croix.jpg

 Hier, on parlait d’une rencontre avec Jean-Louis Borloo : après le resto avec Bayrou, une bonne soirée bière, et ça devrait faire un +2 %… 27 !
Pascal Célérier
 Quelle semaine faste pour Emmanuel Macron ! Le gouvernement de ses amis envoie ses juges contre Fillon et Le Pen, et l’extrême gauche ses militants partout où ils osent paraître pour faire campagne. Mais, surtout, M. Macron enregistre des ralliements tous azimuts : M. Bayrou, ce qui lui a valu immédiatement un +4 dans un sondage, où il atteint désormais le score impressionnant de 25 %.

Et, visiblement, M. Macron adore ça, les ralliements de vieux chevaux de retour. Hier, on parlait d’une rencontre avec Jean-Louis Borloo : après le resto avec Bayrou, une bonne soirée bière, et ça devrait faire un +2 %… 27 ! Mais il paraît que l’ancien maire de Valenciennes a été « abasourdi » par le rapprochement Bayrou-Macron et qu’il a démenti être la nouvelle prise de guerre de notre jeune banquier.

Qui a, depuis, jeté son dévolu sur une autre figure historique de la gauche rouge-verte française : Dany ! Oui, Dany, qui a enfin demandé sa naturalisation, à 72 ans ! Il est Français et pourra voter à la présidentielle ! Une grande première pour lui. Et bien sûr, pour Dany, c’est Macron, toujours pour la même bonne raison : « Battre Marine Le Pen ! » Avec Dany, et le petit Rugy qui a trahi son engagement de la primaire, allez, +3 : 30 % !Visiblement, M. Macron, que l’on disait entouré de jeunes militants, a un faible pour les vieux messieurs de la politique française : désormais, ce sont les chiraquiens qui l’intéressent ! Il se dit que le gendre de l’ancien président, M. Salat-Baroux, ancien secrétaire général de l’Élysée et mari de Claude Chirac, pourrait le rejoindre. Et même Dominique de Villepin ! Vous imaginez, deux mois avant le premier tour, une photo de Macron avec Chirac et toute l’équipe chantant en chœur : « C’est le combat de toute ma vie ! » Là, c’est certain, le gain électoral est considérable et, avec cet afflux de sang neuf, Macron devrait frôler l’élection dès le premier tour !

Mais, chez les En marche !, on s’achemine plutôt vers une marche… en déambulateurs !

Le patron de la jeune start-up hollando-rothschildienne a prévenu, face aux grincements des premiers marcheurs, et des socialistes ralliés, qu’il faudra faire de la place à tous ces nouveaux venus : « Il faudra accepter tout le monde. » Et l’on a bien vu qu’il n’était pas regardant sur la provenance de certains de ses soutiens.

Ce qui est sûr, c’est que tous ces gens en quête de postes et d’investitures pour les législatives – socialistes, écologistes façon Rugy ou Dany, centristes, chiraquiens – vont former une drôle d’armée. Au demeurant plus riche en sous-officiers qu’en combattants… et en électeurs ?

Quant à faire une majorité, c’est vraiment une autre histoire. Et, d’ailleurs, M. Macron le reconnaît lui-même : « Ce qui est en jeu, c’est surtout la capacité que nous aurons demain à gouverner le pays. »

Mais, au fait, M. Macron a-t-il déjà été élu Président ?

http://www.bvoltaire.fr