Étiquettes

Fillon resist fate

Lettre ouverte à François Fillon

Pour être impartial et juste, je dois te dire que je n’ai pas voté pour toi au premier tour de la primaire ni au deuxième, ce qui rend ce message encore plus neutre. Si j’interviens, c’est que la manière dont tu es traité depuis plusieurs semaines est inadmissible. Ce que la presse et en particulier le Canard enchainé ( que j’appelle le Connard Déchainé) a lancé une véritable guerre contre le candidat de la droite non pas pour informer les électeurs mais pour littéralement abattre la droite au profit de Macron, pas de Le Pen.

Il faut François, maintenant que tu es le seul candidat valable de la droite, poursuivre une campagne sans failles malgré les coups de semonce que tireront les médias. Ce n’est pas à eux de sélectionner les candidats et surtout pas à eux d’élire le président de la République. Ils ne peuvent en aucun cas se substituer par ce subterfuge aux citoyens français. On dépasse les limites d’une vraie et authentique démocratie et il faut par ton courage, par ta ténacité et par la vérité dépasser le mauvais procès que l’on te fait à toi et à ta famille. D’autres parlementaires suivent cette tradition et si la presse avait été honnête, ce qu’elle n’est plus depuis longtemps, elle aurait donné la liste de TOUS les parlementaires qui emploient des membres de leur famille. Tu as été ciblé parce que tu représentais la droite et que tu avais été choisi à une large majorité. Tu aurais perdu, tu avais une paix royale.

Mais même si tu n’es pas mon candidat, c’est mon devoir comme citoyen de dénoncer cette tambouille électorale et ce four crématoire médiatique qui a été allumé pour t’éliminer.

Mais de Strasbourg à Nantes et de Marseille à Bordeaux, tu as beaucoup d’électeurs qui t’encouragent. Tu en as même un qui t’envoie un message « Fillon resist fate » depuis San Francisco. Les mots sont très clairs: « Fillon résiste à ton sort », ne l’accepte pas venant en dehors de ton parti. D’ailleurs ceux et celles qui avaient sauté du navire reviennent à la nage. Reçois-les sans oublier ce qu’ils t’ont fait si tu gagnes. Comme le Golden Bridge sort fièrement de la brume, tu sortiras aussi fièrement de ce brouillard médiatique dans lequel ils t’ont plongé.

Pour assurer une compétition honnête et franche tu dois à tes électeurs de poursuivre ta route jusqu’au premier tour, quoiqu’il arrive. Force et courage te conduiront à présent.

http://sleazy-caricatures.over-blog.com

Publicités