Et si on parlait, pour changer, de Macron et des laboratoires Servier ?

Mots-clefs

, , ,

https://i1.wp.com/cdn.bvoltaire.fr/media/2017/03/shutterstock_527044963-1000x660.jpg

C’est maintenant au tour du jeune et beau muscadin Macron de passer sur la sellette.

 
Richard Hanlet , Médecin
 « Hodie mihi, cras tibi » (« moi aujourd’hui, toi demain »), telle est la dure loi des boules puantes des campagnes électorales…

C’est maintenant au tour du jeune et beau muscadin Macron de passer sur la sellette à propos de son conseiller en santé, le professeur Jean-Jacques Mourad. Ce dernier avait bêtement oublié de signaler qu’il travaillait régulièrement – et pas pour des clopinettes – pour le laboratoire Servier, gros producteur de médicaments contre l’hypertension artérielle. Produits que Macron a, précisément, promis de mieux rembourser s’il était élu !

Heureusement qu’il y a des lanceurs d’alerte comme le docteur Irène Frachon, à l’origine du scandale du Mediator (également produit Servier), ou des médecins indépendants de l’industrie, tels ceux de Formindep, sinon on n’en aurait jamais rien su… « Aller imaginer qu’il y ait une collusion entre mes liens et cette mesure très précise, c’est vraiment méconnaître l’histoire du médicament et de son remboursement », se défend Jean-Jacques Mourad, interrogé par Le Monde.

Nous sommes donc priés de croire qu’il n’a rejoint les équipes d’En Marche ! que par esprit de famille, pour y accompagner son frère Bernard. Ancien bras droit de Patrick Drahi (âme du groupe de médias Altice), ce dernier avait rejoint Macron peu après que le tout frais ministre des Finances eut autorisé le rachat de SFR par Altice, ce à quoi Montebourg s’était toujours opposé. Le monde est vraiment petit ! Comment empêcher, dès lors, des esprits malveillants de susurrer que la fascination béate de RMC et BFM TV (du groupe Altice) devant Emmanuel le (tél)Évangéliste, doit peut-être beaucoup à un échange de bons procédés ?Le docteur Mourad, lui, a annoncé le 7 mars qu’il mettait un terme à son engagement auprès du candidat et ses équipes « dans le but de ne pas jeter un soupçon illégitime sur le mouvement En marche ! » Dont acte. Reste, maintenant, à Emmanuel-le-Magnifique à pallier cette cruelle défection, au mieux par un autre membre de la fameuse « société civile »… Pourquoi pas Aquilino Morelle, frère des Carmes déchaux (pointure 43) du socialisme ? Ou, mieux encore, Jérôme Cahuzac, conseiller technique pour le médicament pendant quatre ans auprès de Claude Évin, ministre de la Santé et des Affaires sociales, et intermédiaire entre le ministère et la direction de la pharmacie et du médicament ?

http://www.bvoltaire.fr

Publicités

Les commentaires sont fermés.