Mots-clés

Le candidat de la droite à la présidentielle, François Fillon, a dénoncé dans la soirée du 11 mars « la caricature inacceptable » d’Emmanuel Macron que son parti, Les Républicains (LR), avait publiée la veille sur le réseau social Twitter.

« Je comprends l’émoi que (cette caricature) a pu susciter car elle évoquait des dessins d’une époque sombre de notre histoire et véhiculait une idéologie contre laquelle je me suis toujours battu », a déclaré par un communiqué l’ancien premier ministre, qui « ne saurait tolérer que (son) parti diffuse des caricatures reprenant les codes de la propagande antisémite ». « Le combat politique est rude mais il doit rester digne ».

LR avait diffusé le 10 mars sur son compte Twitter une caricature d’Emmanuel Macron en costume cravate et haut de forme avec un nez crochu, tenant dans une main un cigare, dans l’autre une faucille rouge. Intitulé « La vérité sur la galaxie Macron », le dessin le représente entouré d’un trombinoscope de douze personnalités, qui sont des soutiens venant de la gauche (Jacques Attali, Pierre Bergé, Bertrand Delanoë ou encore Robert Hue) ainsi que François Bayrou au centre.

https://i0.wp.com/cdn.static01.nicematin.com/media/npo/1440w/2017/03/caricature.jpg

Sanctions internes

Cette caricature a aussitôt suscité des commentaires indignés sur les réseaux sociaux : « Même le FN n’oserait pas ». « L’usage de vocables et de représentations puisant dans l’imaginaire antisémite est extrêmement préoccupant pour la qualité républicaine des débats, mais aussi pour l’état d’esprit qui prévaut dans certains états-majors », s’est inquiété le mouvement En Marche ! dans un communiqué en réaction.

LR a retiré la caricature en la remplaçant par une photo du candidat et en l’accompagnant d’un message : « Pour éviter toutes polémiques inutiles, nous retirons notre dernier visuel. En aucune manière nous n’avons voulu heurter par la caricature. » Dans la soirée, le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, a présenté « (ses) excuses à ceux qui ont pu être blessés ou choqués », comprenant que la caricature ait « pu être mal interprétée ».

https://pbs.twimg.com/media/C6kYm2qWYAA_LFs.jpg

 François Fillon a chargé Bernard Accoyer « de prendre les sanctions qui s’imposent à l’égard de ceux qui ont ainsi donné de notre mouvement une image totalement contraire aux valeurs qui sont les nôtres ».
Publicités