Mots-clés

, , , , , ,

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/images/103050/02/1030500226.jpg

 © AFP 2017 JACK GUEZ

Alors que les militaires israéliens nient les informations diffusées par l’armée syrienne, selon lesquelles un chasseur appartenant aux forces israéliennes aurait été abattu près la ville de Palmyre, les militaires syriens insistent sur le fait accompli.

L’armée syrienne a annoncé avoir abattu un des quatre avions israéliens qui ont effectué des frappes, dans la nuit du 17 mars, sur plusieurs cibles situées en territoire syrien, en représailles à un raid en Syrie. Néanmoins, Israël nie les faits.

« L’aviation israélienne a violé l’espace aérien syrien à 02h40 (00h40 GMT) dans la région d’Al-Baridzh et s’est dirigée à l’est, près de Palmyre, afin de porter atteinte à des installations militaires syriennes. J’annonce avec certitude que les missiles de l’ennemi n’ont causé aucun dommage à notre territoire, ils n’ont pas atteint leurs cibles », a déclaré le chef d’état-major général des forces armées syriennes Mohammad Abbas.

Le chef d’état-major général a pour sa part annoncé qu’un appareil israélien avait bel et bien été abattu et un autre touché.

« Je pense que la force aérienne israélienne est en état de choc en raison de la célérité, de l’efficacité et de la précision dont a fait preuve l’armée syrienne pour protéger son espace aérien. Nos forces de défense aérienne peuvent suivre l’approche de l’ennemi, même dans le ciel jordanien, et peuvent atteindre une cible à tout moment au-dessus de la Syrie », a-t-il ajouté.

Dans une interview accordée à Sputnik, le colonel et chef du service d’information de l’armée syrienne Samir Suleiman a expliqué que la décision concernant d’éventuelles nouvelles actions de l’armée syrienne contre les attaques israéliennes « ne pouvait être acceptée que par le commandement militaire syrien ».

Les sirènes d’alerte prévenant les populations civiles d’un danger se sont déclenchées dans la nuit du 17 mars dans plusieurs localités de la vallée du Jourdain, qui sépare Israël de la Jordanie et remonte en direction de la Syrie. Des témoins ont fait état de deux explosions qui pourraient expliquer l’entrée en action du système antimissiles.Des débris de missiles sont retombés à Irbid, dans le nord de la Jordanie, a indiqué l’armée jordanienne.

Cet incident est le plus sérieux entre Israël et son voisin syrien depuis le début de la guerre civile en 2011.

Les deux pays restent officiellement en état de guerre depuis des dizaines d’années. Les relations sont d’autant plus tendues que Damas est soutenu dans sa bataille contre les terroristes par le mouvement chiite libanais Hezbollah et l’Iran, deux grands ennemis d’Israël.

Tout en veillant à ne pas être aspiré dans le conflit du pays voisin, Israël a frappé à plusieurs reprises sur le territoire syrien. Il est cependant exceptionnel qu’Israël confirme sur le coup de tels raids. En avril 2016, le premier ministre Benjamin Netanyahu avait admis qu’Israël avait attaqué des dizaines de convois d’armes en Syrie destinés au Hezbollah.Israël a aussi régulièrement pris pour cible des positions syriennes sur le plateau du Golan en réponse à des tirs présumés perdus provenant du conflit de l’autre côté de la ligne de démarcation.

https://fr.sputniknews.com

Publicités