Mots-clefs

, , , ,

par Eric Verhaeghe

C’est une bien curieuse tribune sur le peuple français qu’Emmanuel Macron a publiée dans le Figaro. On y lit des phrases qui interrogent sur cette fameuse identité française dont tout le monde parle, que chacun sent, mais qui se dérobe à nos doigts chaque fois que nous cherchons à la saisir. L’occasion était trop belle pour ne pas entamer un rapide voyage dans la vision macronienne du sujet.

Peuple, République ou nation, faut-il choisir?

Macron a étrangement commis une synonymie qui intriguera tous les observateurs de ce sujet. Il écrit notamment:

D’autres tentent au contraire de renier et de dissoudre la Nation française. Ils croient à des particularismes indépassables et imaginent que leur religion, leur communauté et les lois qu’ils se donnent sont supérieures à la République (…) Si les Français forment un peuple, ce n’est pas parce qu’ils partagent une identité figée et rabougrie. Le fondement de la culture française, c’est une ouverture sans pareil. <Voilà une phrase qui ne mange pas de pain! On en a lu des milliers du même ordre au moment du Brexit. Elle n’apporte rien sur le fond, mais permet de distinguer les torchons du nationalisme populiste et les serviettes du patriotisme parisien>. (…)

C’est ça le plaisir dans la pensée macronienne, que cela soit dit: elle procède d’abord par empilement de mots-clés tous susceptibles de vouloir dire la même chose. On parle dans le même mouvement de la Nation française, de la République, du peuple français. Foin des pinaillages: nation, peuple, république, tout cela, c’est la même chose.

En soi, cette confusion des idées donne déjà une indication sur l’orientation idéologique du candidat. Il n’est pas l’homme d’une pensée cortiquée sur la France éternelle. Au fond, cette question est secondaire. Elle est surtout prétexte à dire que notre identité ne peut être ni « figée » ni « rabougrie ». Être français, au fond, c’est n’avoir pas de racine fixe, ni vraiment définie. C’est être « ouvert ».

La tarte à la crème de l’universalité

Sur ce point, on lira aussi avec attention les phrases de Macron sur la tarte à la crème des cours de philosophie au baccalauréat: l’universel.

Le fondement de la culture française, c’est de prétendre à l’universel. Si les Français forment un peuple, ce n’est pas non plus parce qu’ils coexistent passivement. Le fondement de la culture française, c’est de prétendre à l’universel. Aller vers Hugo, Gide, Duras, Glissant ou Yourcenar, c’est l’inestimable opportunité donnée à chacun de vivre la vie des autres, de dépasser sa condition. C’est la raison pour laquelle la France est plus qu’une somme de communautés. Elle est cette idée commune, ce projet partagé, dans lesquels chacun, d’où qu’il vienne, devrait pouvoir s’inscrire.

Alors là, tout y passe. On reformule: l’universel, c’est ne pas coexister passivement, c’est vivre la vie des autres, dépasser sa condition, être plus qu’une somme de communautés, avoir un projet partagé. On se demande presque si cette tribune n’a pas été écrite avec un générateur automatique de texte en open source sur Google.

Car l’universel, c’est évidemment de savoir si la France a sa place en Afrique, au Québec, au Conseil de sécurité de l’ONU dans la catégorie « membre permanent ». L’universel, c’est la France au-delà de ses frontières. Et là, on nous sert une soupe incompréhensible sur la vie des autres, l’idée commune, la coexistence active dans le cadre de nos frontières.

L’aporie de la langue française

Dans cet écheveau d’expressions empilées les unes après les autres dont on perçoit mal l’unité, on retiendra quand même une phrase prononcée très opportunément au moment de la semaine de la francophonie:

Ce que nous avons en commun, d’abord, c’est la langue française. C’est elle, notre territoire. Savoir lire et écrire, ce n’est pas seulement augmenter ses chances de trouver un emploi. C’est d’abord s’enraciner en France, dans notre Nation.

La langue comme ciment de l’unité nationale! on adore ce mythe tiré du lycée de la Troisième République.

Car reprenons ce qu’il nous dit: ceux qui parlent français appartiennent à la Nation française. Voilà une affirmation qui pose deux problèmes majeurs.

Le premier est le moindre. Il sous-tend (comme la clause Molière) l’idée qu’il faut accorder une priorité aux francophones. Bonne idée! donc, les Sénégalais, les Congolais, les Viêtnamiens, les Algériens (et que dire des Wallons?), font partie, comme au bon vieux temps des colonies, de la Nation française. Personnellement, ce principe ne me gêne pas, mais il risque de paraître un tout petit peu court dans les grands débats contemporains.

On aurait aimé, sur ce point, que Macron dissipe les équivoques, s’explique, détaille. Mais peut-être n’était-ce pas l’objet de la tribune. Peut-être que balayer d’un revers de la main ces détails mineurs suffit-il à construire une pensée.

La délicate question des langues régionales

Le deuxième problème est un tout petit peu plus compliqué. Si être Français, c’est parler Français, alors que fait-on de ces régions où le Français est encore aujourd’hui vécu comme une verrue jacobine imposée contre les appartenances locales? une langue étrangère qui a supplanté la langue régionale par la force? Ce sentiment est particulièrement vécu en Alsace ou en Corse. Mais en grattant un peu, on ne tarderait pas à voir les Bretons, les Flamands, les Niçois, les Occitans grossir les rangs de ceux qui considèrent que, au vu de la définition macronienne, leur appartenance au peuple français est éminemment contestable.

Car si l’on dépasse la mythologie habituelle, on sait bien que la Nation française, comme dit Macron, s’est fondée sur une expansion militaire continue de la tribu franque et de ses héritiers. Cette expansion tumultueuse a duré des siècles. Elle a fluctué. Il fut une époque où elle courait jusqu’au Rhin. Il fut d’autres époques où elle se réduisait à un domaine royal quasi-confidentiel. On peut dire qu’en 2017, la France vit un étiage plutôt haut de sa superficie historique.

Mais en aucun cas cette unité ne s’est constituée par la langue. Si le Breton se sent français, c’est d’abord par l’adhésion à un projet politique républicain, certainement pas à un projet culturel ou linguistique. Disons même que, pour les Bretons, les Alsaciens, les Corses, la langue française est un obstacle à l’identité française beaucoup plus qu’un soutien.

Les racines aristocratiques de la Nation selon Macron

Lorsque Macron dit que la langue est au fondement de notre sentiment national, il exprime en revanche une vérité profonde: celle d’une caste technocratique, héritière de l’aristocratie d’Ancien Régime, qui règne par la langue et croit à la toute-puissance de celle-ci. Macron, comme beaucoup de ses semblables, se sent français par la langue et non par la volonté, comme un aristocrate russe trouvait normal de parler le français quand le russe était la langue des manants. Et c’est bien cela, la nation française selon Macron: un héritage aristocratique où le partage d’un projet politique n’a pas sa place.

Il faut n’avoir rien compris aux réalités régionales françaises pour croire que le ferment de la nation française est culturel. Combien de régions non francophones sont-elles devenues françaises par l’adhésion consentie plus ou moins spontanément à un projet politique commun? une majorité bien sûr. Et souvent, il leur a fallu accepter la mort dans l’âme l’éradication brutale de leur langue régionale par l’école publique, pour adhérer à ce projet.

http://eric-verhaeghe.entreprise.news/

Publicités