Why Trump’s Syria ‘Surge’ Will Fail

Étiquettes

, ,

undefined

Last week President Trump significantly escalated the US military presence in Syria, sending some 400 Marines to the ISIS-controlled Raqqa, and several dozen Army Rangers to the contested area around Manbij. According to press reports he will also station some 2,500 more US troops in Kuwait to be used as he wishes in Iraq and Syria.

Not only is it illegal under international law to send troops into another country without permission, it is also against US law for President Trump to take the country to war without a declaration. But not only is Trump’s first big war illegal: it is doomed to failure because it makes no sense.

President Trump says the purpose of the escalation is to defeat ISIS in Raqqa, its headquarters in Syria. However the Syrian Army with its allies Russia and Iran are already close to defeating ISIS in Syria. Why must the US military be sent in when the Syrian army is already winning? Does Trump wish to occupy eastern Syria and put a Washington-backed rebel government in charge? Has anyone told President Trump what that would to cost in dollars and lives – including American lives? How would this US-backed rebel government respond to the approach of a Syrian army backed up by the Russian military?

Is Trump planning on handing eastern Syria over to the Kurds, who have been doing much of the fighting in the area? How does he think NATO-ally Turkey would take a de facto Kurdistan carved out of Syria with its eyes on Kurdish-inhabited southern Turkey?

And besides, by what rights would Washington carve up Syria or any other country?

Or is Trump going to give up on the US policy of “regime change” and hand conquered eastern Syria back to Assad? If that is the case, why waste American lives and money if the Syrians and their allies are already doing the job? Candidate Trump even said he was perfectly happy with Russia and Syria getting rid of ISIS. If US policy is shifting toward accepting an Assad victory, it could be achieved by ending arms supplies to the rebels and getting out of the way.

It does not appear that President Trump or his advisors have thought through what happens next if the US military takes possession of Raqqa, Syria. What is the endgame? Maybe the neocons told him it would be a “cakewalk” as they promised before the 2003 Iraq invasion.

Part of the problem is that President Trump’s advisors believe the myth that the US “surge” in Iraq and Afghanistan was a great success and repeating it would being the victory that eluded Obama with his reliance of drones and proxy military forces. A big show of US military force on the ground – like the 100,000 sent to Afghanistan by Obama in 2009 – is what is needed in Syria, these experts argue. Rarely is it asked that if the surge worked so well why are Afghanistan and Iraq still a disaster?

President Trump’s escalation in Syria is doomed to failure. He is being drawn into a quagmire by the neocons that will destroy scores of lives, cost us a fortune, and may well ruin his presidency. He must de-escalate immediately before it is too late.

http://ronpaulinstitute.org/
———————————————————————————-
Traduit de l’anglais par Sylvie Jolivet pour Arretsurinfo

 Pourquoi « l’offensive » de Trump en Syrie est vouée à l’échec

Ron Paul est un ancien député texan au Congrès. Son article est paru initialement sur son site Ron Paul Institute for Peace and Prosperity: http://ronpaulinstitute.org/archives/featured-articles/2017/march/13/why-trump-s-syria-surge-will-fail/

La semaine dernière, le Président Trump a considérablement accru la présence militaire américaine en Syrie, avec l’envoi d’environ 400 marines dans le secteur de Raqqa, contrôlé par l’EI, et de plusieurs douzaines de Rangers dans le secteur actuellement disputé aux environs de Manbij. Selon les communiqués de presse, il devrait également fournir 2500 soldats supplémentaires au Koweit en vue  d’éventuelles interventions en Irak et en Syrie.

Selon le droit international, l’envoi de troupes sans autorisation dans un pays étranger est illégal ; en outre, la loi américaine interdit au Président Trump d’engager son pays dans un conflit sans déclaration préalable. Mais, non seulement ce premier acte de guerre de Trump est illégal : il est voué à l’échec car il est absurde.
L’objectif de cette escalade militaire est, selon Trump, de vaincre l’EI à Raqqa, où se trouve  le  quartier général de cette organisation. Or l’Armée Syrienne et ses alliés, la Russie et l’Iran, sont prêts à l’emporter sur l’EI en Syrie. Pourquoi envoyer des militaires américains quand l’Armée syrienne a pour ainsi dire gagné la guerre ? Trump a-t-il pour objectif d’occuper la Syrie orientale et d’y installer un gouvernement rebelle soutenu par Washington ? Quelqu’un l’a-t-il avisé des coûts financiers et humains – incluant des pertes côté américain  – d’un tel projet ? Et comment réagirait ce gouvernement rebelle en cas d’approche d’une armée syrienne appuyée par l’armée russe ?

Trump envisage-t-il de faire cadeau de la Syrie orientale aux Kurdes, qui ont mené une grande partie des combats dans cette région ?  Comment pense-t-il que la Turquie, pays allié de l’OTAN, réagirait face à un Kurdistan découpé sur cette partie de Syrie qui aurait l’oeil sur la partie méridionale de la Turquie peuplée de Kurdes ?

Et de quel droit userait Washington pour découper ainsi la Syrie ou tout autre pays ? A moins que, renonçant à la stratégie américaine du « changement de régime », Trump veuille restituer la Syrie orientale à Assad ? Si c’est le cas, pourquoi sacrifier des vies et de l’argent américains alors que les Syriens et leurs alliés sont déjà en train de faire le boulot ? Au cours de sa campagne, Trump a même exprimé sa satisfaction que la Russie et la Syrie éliminent l’EI. Si le pouvoir politique américain s’achemine vers l’acceptation d’une victoire d’Assad, il pourrait aller jusqu’au bout en cessant les livraisons d’armes aux rebelles et en quittant la région.

On dirait que ni le Président ni ses conseillers n’ont envisagé les conséquences d’une prise de Raqqa par des troupes américaines. Quelle fin de partie s’ensuivrait ? Peut-être les Néo-conservateurs lui ont-ils glissé à l’oreille que « ce serait du gâteau » comme ils l’avaient promis avant l’invasion de l’Irak en 2003.

Le problème vient en partie du fait que les conseillers du Président continuent de croire à un mythe : celui de l’immense succès de « l’offensive » américaine en Irak et en Afghanistan. Recommencer conduirait selon eux à la victoire qu’Obama a éludée en s’appuyant sur des drones et des forces lui permettant de mener une guerre par procuration. Ce qui’l faudrait en Syrie, argumentent ces experts, c’est le déploiement spectaculaire d’une immense force armée de 100 000 hommes, comme celle qu’Obama a envoyée en Afghanistan en 2009. Cela soulève une question qui est rarement posée : si cette offensive a si bien marché, comment expliquer les désastres afghan et  irakien ?

L’escalade militaire projetée par le Président Trump en Syrie est vouée à l’échec. Il est conduit par les Néo-conservateurs dans un bourbier qui détruira un grand nombre de vies, coûtera une fortune et nuira à sa présidence. Il doit  tout de suite calmer le jeu avant qu’il ne soit trop tard.

http://arretsurinfo.ch/

Publicités

Les commentaires sont fermés.