Étiquettes

, , ,

Par Étienne Girard

https://www.marianne.net/sites/default/files/styles/mrn_article_large/public/sipa_ap22029732_000014.jpg?itok=V_naVPT1

Lors du grand débat présidentiel sur TF1 ce lundi 20 mars, Emmanuel Macron a veillé à rendre des hommages appuyés aux positions de ses rivaux. Normal, pour un candidat « central »…

Emmanuel Macron était d’accord avec tout le monde, ce lundi 20 mars, lors du « grand débat » présidentiel sur TF1. Pas sur tous les sujets, évidemment. Mais le candidat d’En Marche a mis un point d’honneur à trouver des convergences avec chaque candidat, à tour de rôle… et à s’en féliciter. Ce qui est le propre du positionnement « central » que l’énarque entend incarner lors de cette campagne.

La même scène s’est donc répétée plusieurs fois. Un candidat avance une position et Emmanuel Macron enchaîne… en délivrant un satisfecit. Quand Jean-Luc Mélenchon évoque la sécurité, l’ex-ministre de l’Économie poursuit en lui donnant un bon point : « Il y aussi des situations, je suis d’accord avec le constat fait par Jean-Luc Mélenchon, qui parfois sont à traiter à la racine« . Lorsque François Fillon tance Marine Le Pen sur la sortie de l’euro, l’ancien banquier opine du chef et glisse un hommage : « Je partage totalement. François Fillon a totalement raison. »

Sur la question du vieillissement, le fondateur d’En Marche s’offre même le luxe d’être d’accord dans la même intervention avec deux de ses adversaires, François Fillon et Benoît Hamon. Ce qui donne à son propos un petit air de discours de remerciements aux César : « Je suis d’accord avec l’autonomie (regard en direction de François Fillon), ça vient d’être décrit (…). Il faut plus de souplesse et c’est d’ailleurs comme ça qu’on évitera les déserts médicaux, ça a été dit également par Benoît Hamon« .

Le Pen aussi a droit à son hommage

Même Marine Le Pen, avec qui les débats ont parfois été tendus, a eu droit à son constat de convergences appuyé. Sur une question consensuelle, il est vrai, celle de « l’incapacité » des pouvoirs publics à traiter efficacement l’autisme et plus globalement à s’emparer du sujet du handicap. « Je suis totalement d’accord avec ce qui a été dit. Sur l’autisme, sur le handicap, et cetera, on est d’accord !« , a insisté Emmanuel Macron.

Ses rivaux n’ont pas particulièrement apprécié. Ce mardi, la patron du PS Jean-Christophe Cambadélis s’agace sur RTL de cette propension du candidat d’En Marche à se montrer si ouvertement consensuel : « Macron a surjoué une position centrale : je suis d’accord avec l’un, je suis d’accord avec l’autre. Ce qui montre que s’il était président, il serait d’accord avec tout le monde, mais il n’aurait pas pour autant de colonne vertébrale « .

Pour l’heure, cette façon d’insister sur les rapprochements programmatiques, tout en se plaçant en candidat « au-dessus des clivages » a semble-t-il plu aux téléspectateurs. Selon plusieurs sondages, Emmanuel Macron est celui qui a réalisé la prestation la plus convaincante.

https://www.marianne.net

Publicités