Les trois singes de la présidentielle française

Étiquettes

, ,

Les trois singes de l’élection présidentielle: celui qui se bouche les oreilles, qui se mure dans le mutisme et qui s’aveugle de ses mains.© DR

Ne rien voir. Ne rien entendre. Ne rien dire. Cette omerta politique qui a longtemps prévalu en France est désormais intenable. Le candidat de la droite François Fillon, comme son adversaire Marine Le Pen ou le ministre démissionnaire Bruno Le Roux, sont les vestiges d’un monde opaque appelé à disparaître

La transparence ne doit pas être idolâtrée. Elle peut, dans la frénésie médiatique ambiante, recéler un piège politique parfait, en décourageant des personnalités de talent de briguer des mandats électifs. Elle doit aussi, toujours, s’accompagner du respect de la présomption d’innocence, et d’une conscience aiguë du calendrier des juges, bien plus lent que celui des journalistes. Clouer au pilori les élus parce qu’ils sont élus – donc présumés coupables – ne fait que miner la République et la démocratie alors que les vents populistes attisent partout les braises de la défiance.

Une fois ces principes posés, la folle course aux «affaires» dans laquelle est engagée la France en campagne présidentielle exige bien plus que des remords ou des excuses publiques prononcées sur l’estrade d’un meeting ou un plateau de télévision. Elle requiert même davantage que la démission immédiate d’un ministre de l’intérieur mis en cause.

La France doit aujourd’hui faire son devoir d’inventaire. Il n’est plus possible d’apprendre presque chaque semaine, au détour d’une enquête ou d’une indiscrétion aux motifs douteux, que tel ou tel député, sénateur ou membre du gouvernement n’a pas payé ses impôts, a employé ses enfants ou a profité indûment des avantages liés à sa fonction. Les trois singes de l’élection présidentielle – celui qui se bouche les oreilles, qui se mure dans le mutisme et qui s’aveugle de ses mains – ne peuvent plus servir de modèles à l’exercice des responsabilités publiques dans un pays où la politique reste si passionnelle. Ce qu’a encore prouvé, lundi soir, l’audience record du débat télévisé entre prétendants à l’Elysée.

Des gestes forts sont indispensables. Et ils doivent être annoncés maintenant, alors que les électeurs s’apprêtent à se rendre aux urnes pour désigner le Chef de l’Etat, puis les députés. Un mandat doit être solennellement donné à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, pour dissiper le doute sur le patrimoine, les condamnations passées, et l’identité des collaborateurs employés par les élus. La mise à jour exhaustive des coulisses peu reluisantes du parlement ou des collectivités territoriales ne doit plus être retardée.

La France de 2017 doit passer sa classe politique au scanner. Une triste nécessité. Cela peut malheureusement conduire à des abus. Mais entre un Front national qui fraude les lois sur le financement politique, un candidat de la droite oublieux de sa mise en examen et une gauche loin d’être un modèle de vertu, l’opération vérité devient urgente. Faute de quoi les trois singes se retrouveront au fond des urnes.

https://www.letemps.ch

Publicités

Les commentaires sont fermés.