Mots-clefs

, ,

Le grand maître du Grand Orient de France (GODF) Christophe Habas a été agressé hier soir à Paris par une femme alors qu’il sortait du siège de la principale obédience maçonnique française, selon des sources concordantes.

Le responsable du GODF, 51 ans, a indiqué avoir porté plainte. Une enquête pour « violences volontaires » a été ouverte et confiée à la Sûreté territoriale de Paris, a-t-on précisé de source policière. Les faits se sont produits vers 23h20 rue Cadet, dans le IXe, où se trouve le siège du Grand Orient. Une femme « armée d’un marteau » s’est « précipitée sur moi », a raconté Christophe Habas, qui a pu « la maîtriser avec l’aide de passants ». La femme a ensuite pris la fuite, et le grand maître du GODF, médecin de profession, s’en est sorti « avec quelques égratignures ».

La femme « a tenu un propos antisémite », selon la victime. « Je pense que c’était aussi antimaçonnique », a ajouté Christophe Habas, pour qui le profil de l’auteur « semble coïncider » avec celui d’une femme aperçue récemment en train d’inscrire des propos hostiles aux francs-maçons sur le bitume de la rue Cadet. Selon Christophe Habas, par ailleurs chef du service de neuro-imagerie à l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris, il s’agit probablement d' »une malade mentale qui, dans un accès paranoïaque, a donné libre cours à son délire dans le complotisme antimaçonnique, l’antisémitisme ».

Le grand maître du GODF (plus de 50.000 frères et soeurs) s’inquiète d’une éventuelle résurgence de l’antimaçonnisme « surtout à l’époque actuelle, dans une période électorale, avec les réseaux sociaux qui s’embrasent en propageant tout et n’importe quoi ».

lefigaro.fr plus AFP

Publicités