Un quart des bénéfices des banques européennes réalisés dans les paradis fiscaux

Étiquettes

, ,

Une étude d’Oxfam passe au crible les déclarations des vingt plus grandes banques européennes. L’optimisation fiscale est largement pratiquée.Sur les 557 millions d’euros de bénéfices réalisés par la banque britannique Barclays au Luxembourg, celle-ci n’a payé que 0,2 % d’impôt.Sur les 557 millions d’euros de bénéfices réalisés par la banque britannique Barclays au Luxembourg, celle-ci n’a payé que 0,2 % d’impôt.

Les Luxleaks, Swissleaks et Panama Papers ont révélé les stratégies agressives de bon nombre de multinationales pour éviter de payer de l’impôt et la complicité dont elles bénéficient de la part de juridictions fiscales bienveillantes, sous les tropiques ou au cœur de l’Europe.

L’ONG Oxfam et l’initiative Fair Finance Guide publient « Banque en exil », une étude qui montre à quel point les grandes banques européennes usent et abusent des paradis fiscaux pour payer moins d’impôt. Pour la première fois, elles ont pu s’appuyer sur des chiffres officiels. Depuis 2013, les banques sont en effet contraintes de publier les bénéfices et les impôts payés dans chaque pays d’implantation, y compris les paradis fiscaux. En épluchant les déclarations 2015 des 20 plus grandes banques européennes (aucune banque belge ne figure dans cette liste), l’ONG constate qu’un euro sur quatre de leurs bénéfices est réalisé dans les paradis fiscaux, soit 25 milliards d’euros.

On parle ici de paradis fiscaux au sens large puisque l’ONG reprend sous cette dénomination l’Irlande, les pays du Benelux, l’Autriche…

Publicités

Les commentaires sont fermés.