Mots-clefs

,

Comme toute la famille, Xavière Tiberi est en marche pour Macron.

Comme toute la famille, Xavière Tiberi est en marche pour Macron. – Patrick Filleux.
Par revanche personnelle vis-à-vis de François Fillon, conviction ou envie d’investiture aux législatives, toute la famille Tiberi s’active pour la candidature d’Emmanuel Macron. Un poil embarrassant pour l’intéressé, qui n’avait rien demandé…

Bertrand Delanoë n’est pas le seul ancien maire de Paris à pencher pour Emmanuel Macron. Il y a aussi Jean Tiberi, édile RPR de la ville entre 1995 et 2001. « Bien sûr qu’il soutient Macron« , assure, comme une évidence, son fils Dominique Tiberi à Marianne. Avec Xavière, l’épouse et mère, qui tracte pour le candidat d’En Marche sur les marchés du quartier latin, c’est toute la famille qui s’active pour l’ancien banquier.

Si Dominique Tiberi met en avant la cohérence idéologique de ce soutien – « On est des gaullistes sociaux, chiraquiens, et Fillon a un programme très sectaire, très dur » – il semble que ce choix ne soit pas non plus exempt de toute revanche personnelle. En 2012, les Tiberi aident en effet François Fillon à s’implanter dans sa nouvelle circonscription législative, qui regroupe notamment le cinquième arrondissement et constituait leur fief depuis 1976. Deux ans plus tard, au moment des municipales, François Fillon appuie pourtant le choix de Nathalie Kosciusko-Morizet d’évincer Dominique Tiberi de la mairie au profit d’une de ses proches. « Si Jean Tiberi ne l’avait pas installé en 2012, il n’aurait même pas pu rentrer à l’Assemblée ! Et deux ans plus tard, il a osé mener campagne contre nous« , ressasse encore aujourd’hui l’élu trahi.

Il faut dire qu’en 2013, Jean et Xavière Tiberi ont été condamnés à 10 mois de prison avec sursis pour avoir mis en place un vaste système de fraude électorale, basé sur l’inscription de faux électeurs sur les listes électorales, entre 1995 et 1997. « Quand je pense que Fillon donnait des leçons de morale… Il n’a honte de rien« , persiffle aujourd’hui Dominique Tiberi.

« Ce ne serait pas illogique que je sois candidat »

Désormais élu d’opposition dans le cinquième arrondissement, ce dernier n’hésite pas à rendre quelques services à son nouveau candidat. Au début du mois de mars, il apporte son parrainage pour l’élection présidentielle à Emmanuel Macron. Le 13 mars dernier, c’est encore lui qui intervient dans l’Opinion pour se féliciter de l’adhésion à En Marche du petit-fils de Jacques Chirac, Martin Rey-Chirac : « Le p’tit Chirac est en marche… ça fait plaisir !« . En échange, le conseiller de Paris ne demanderait rien – « je n’ai absolument pas conditionné mon soutien« … – mais se verrait bien investi dans la circonscription aujourd’hui détenue par son meilleur ennemi, François Fillon, et dans laquelle Nathalie Kosciusko-Morizet va se présenter en juin : « Ce ne serait pas illogique que je sois candidat pour En Marche ».

Il y a quelques semaines, il a rencontré Jean-Paul Delevoye, le président de la commission d’investiture d’En Marche, pour un café discret… éventé par les médias quelques jours plus tard. « On a un peu parlé des législatives« , sourit Dominique Tiberi , qui assure peser « au moins 20% des suffrages » sur son seul nom dans le cinquième arrondissement de Paris.

Embarras d’En Marche

Du côté d’En Marche, on ne voit pas d’un œil particulièrement enthousiaste ces ralliements appuyés, pas forcément compatibles avec l’image d’intégrité qu’entend incarner l’ex-ministre.« On ne refuse pas les soutiens et on les prend de manière sympathique. Mais ça ne vaut pas intégration à l’équipe de campagne ou investiture pour les législatives« , explique avec prudence Stanislas Guérini, référent macroniste à Paris. En off, une source à En Marche reconnaît que ce type de ralliements s’avère un peu embarrassant : « Ce qui nous dessert, c’est quand on insinue qu’on a demandé ces soutiens. Nos adversaires s’en servent pour nous affaiblir« .

Ce dimanche, Jérôme Guedj, porte-parole de Benoît Hamon, a précisément mis en balance sur France 3 le soutien de Xavière Tiberi et… les valeurs de la gauche, pour écorner la candidature Macron : « S’il y a des électeurs de gauche qui considèrent que le soutien de François Bayrou, celui de Dominique de Villepin ou de Xavière Tiberi leur permet de penser que le programme d’Emmanuel Macron est fidèle à leurs valeurs, grand bien leur fasse« . Voilà la rançon du succès pour Emmanuel Macron : devoir gérer des nouveaux amis… pas forcément invités.

https://www.marianne.net

Publicités