Mots-clefs

, , ,

François-Bernard Huyghe
Comment saboter davantage la trés chaotique campagne française ?

Le même jour, la commission du Renseignement du Sénat américain qui enquête sur une hypothétique ingérence russe dans les élections américaines, susceptible d’avoir fait échouer H. Clinton, avertit la France « que les Russes sont activement impliqués dans les élections françaises » et le puissant Parti Populaire européen vote une résolution « contre la guerre de désinformation russe ». Cela fait suite à diverses initiatives allemandes ou européennes contre la « hybride » où la guerre de l’information tient une large place. Ces avertissements (que, curieusement, personne ne semble considérer comme des ingérences ou des influences américaines ou européennes) ressortent au thème de Poutine détabilisant les régimes occidentaux au profit de ses complices comme les partis populistes.
Bien entendu, personne entre doute que le Kremlin ne souhaite pas voir élu un candidat atlantiste en France, pas plus qu’il n’avait désiré voir Hillary Clinton arriver dans le bureau ovale. Personne ne doute non plus que François Hollande n’ait fait des vœux pour la défaite de Trump, que notre ambassade ne recoive l’opposition russe ou hongroise ou que Jungker n’ait pris position sur la prochaine présidentielle française. Si l’on va par là, tout le monde a ses préférences dans les élections de tout le monde et il n’est guère de chef d’État qui n’aimerait contribuer à l’élection de président amis ou ayant des options idéologiques acceptables.

La question n’est donc pas que la Russie (ou n’importe quel autre pays) désire peser sur les élections qu’elle y ait intérêt, ou qu’elle en soit moralement capable, mais qu’elle le puisse stratégiquement. L’accusation de déstabilisation ou de subversion n’est autrement qu’un argument rhétorique destiné à décrédibiliser des adversaires politiques comme « agents de Moscou » comme cela se pratiquait au moment de la Guerre froide.
Demandons- nous ce que pourrait faire la Russie, car le dossier d’accusation mêle souvent plusieurs niveaux de possibilités stratégiques et techniques.

– Avoir sinon des alliés idéologiques ou des partis frères, du moins des dirigeants qui préconisent une politique russo-compatible. la Hongrie illibrale de Orban, la présidence tchèque, le pouvoir slovaque et quelques autres ont pris des postions qui ne déplaisent pas trop à Poutine. En France, on entend souvent accuser F. Fillon, M. Le Pen et Mélenchon de complicité objective voire subjective. Si l’on entend par là qu’ils proposent à des degrés divers de reprendre les négociations avec Moscou ou de rediscuter les sanctions, il ne faut pas grand chose pour être classé marionnette de l’étranger. La recherche de preuves de contacts entre l’équipe de Trump et des responsables ou diplomates russes obéit à la même logique. Mais sauf à produire des documents explicites et à avouer par là que l’on espionne des administrations ou des équipes de campagne adverses, l’argument de la proximité d’idées reste totalement subjectif : de souhaiter discuter avec à être à vendu à, il y a quand même une nuance. Ceci n’est pas contradictoire avec le fait que des secteurs de l’opinion et des militants de partis dits populistes voient en Poutine l’anti-modèle de l’impérialisme occidental ou de la mondialisation libérale. Et cela ne prouve pas le complot.

– Payer ou compromettre des agents, les faire chanter, etc. Ici on rentre dans un modèle romanesque où, par exemple, Trump serait « tenu » par des affaires sexulles qui se seraient déroulées des années avant qu’ils songe à se présenter à la Maison blanche. Impossible à prouver, un peu jamesbondesque, le Russiagate est sérieusement contesté par des journalistes américains de renom. Mais outre-Atlantique, on en est au point où Michael Flynn, l’ex conseiller de Trump en est à demander l’immunité avant de témoigner sur ses contacts avec la Russie, dans une ambiance qui rappelle celle où la House on Un American Activities (HUAC) chassait les « agents soviétiques » dans l’administration et à Hollywood.

– Utiliser des médias d’influence internationale sur le modèle de ce que l’on nommait à l’époque de la Guerre froide (et des radios qui émettaient au-delà du Rideau de fer) « diplomatie publique ». Et personne ne doute que Radio Spoutnik ou Rossia Today ne développe un point de vue russe ou pro-russe. Mais si l’on va par là A Jazeera n’est pas très pro sioniste, Radio Vatican n’a pas un point de vue excessivement athée, CNN ne critique pas énormément le système américain et RFI n’est pas en oppostion totale avec nos intérêts géopolitiques.

– Employer des hackers pour perturber les système d’information du pays (sabotage informatique par exemple, mais quel intérêt électoral ?), l’espionner et surtout révéler de documents confidentiels. Là encore, impossible de prouver si une éventuelle fuite a été provoquée par des pirates russes, pro-russes ou employés par les Russes (idem pour des pirates chinois ou australiens), mais, dans tous les cas, la fuite ne vaut que ce que vaut son contenu. Et son effet ravageur, qu’elle soit provoquée par un service étranger ou par un journal d’investigation national comme le Canard enchaîné, dépend de la réaction du public à des révélations vraies ou très plausibles.

– Intervenir sur les réseaux sociaux à travers des trolls payés pour cela, des « bots » (des robots simulant une activité humaine en ligne), ou des réseaux idéologiques, pratiquant éventuellement la désinformation systématique, la compromission d’adversaires par une variante de la diffamation et la mobilisation de partisans en ligne , nationaux et internationaux. Cela existe certainement, mais pose une sérieuse question de réceptivité : pourquoi des publics nationaux se tournent-ils vers ces sources et sont-ils imperméables à ce que disent et montrent leurs médias nationaux ou les médias « classiques » qui s’efforcent de plus en plus de vérifier, réfuter et pratiquer des variantes du « fact-checking ».

Toutes ces méthodes sont connues et ont été pratiquées historiquement par d’autres gouvernements.
Qu’elles le soient actuellement avec beaucoup d’efficacité (par rapport aux autres influences et aux autres facteurs qui déterminent le vote) est très hypothétique. Ces explications reposent surtout sur la croyance en un « Russiangate » provoqué de l’étranger et qui aurait faussé une élection « normalement » garantie à Hillary Clinton. En arrière-plan, une vision assez datée de l’influence : le public, vulnérable aux mensonges des démagogues ou aux manœuvres d’agents stipendiés, serait égaré par ces machinations, absorbant toute cette désinformation ou cette propagande passivement, comme une éponge. Si le public ne vote pas comme il devrait, c’est la faute aux manipulateurs : c’est s’exonérer un peu facilement de ses responsabillités politiques et de réduire les changements politiques ou idéologiques à une causalité externe.
Surtout, il nous semble que l’idée que les agents (ou les trolls ou les pirates) de Moscou puissent nous diviser et semer le chaos dans l’élection est un peu ironique :nous nous débrouillons assez bien sans eux, non ?

Publicités