Mots-clefs

, , ,

Par Vianney Passot

Damien Le Guay : « Pour combattre le racisme, il faut déradicaliser l'antiracisme »

ENTRETIEN- A l’occasion de la publication de son dernier ouvrage La guerre civile qui vient est déjà là, Damien Le Guay a accordé un entretien fleuve à FigaroVox. Pour lui, le désir inavouable d’une guerre civile qui trancherait le noeud gordien des identités irréconciliables est peut-être déjà dans les esprits.


Philosophe, Damien Le Guay est président du Comité national d’éthique du funéraire, membre du comité scientifique de la SFAP et enseignant à l’espace éthique de l’AP-HP.


Votre dernier ouvrage s’intitule La guerre civile qui vient est déjà là. De quelle guerre civile parlez-vous?

Damien LE GUAY.- Le propos du livre est le suivant: les guerres civiles, avant d’être un affrontement violent entre des concitoyens, sont d’abord idéologiques. Elles se développent au sein de la culture commune afin de faire prévaloir la haine contre la concorde, en justifiant les raisons de se détester les uns les autres. Avant les kalachnikovs, l’armement des esprits. Les idées peuvent être des armes de guerre quand elles rendent impossibles la conciliation nationale, l’oubli de ses traumatismes mémoriels et l’intégration à un «principe spirituel» et au «désir de vivre ensemble» – selon ce que dit Renan de la Nation. Ceux qui disent qu’existent en France un «racisme structurel», une situation «d’apartheid territorial, social, ethnique», une «islamophobie» partout présente, devraient s’interroger sur leur part de responsabilité dans le climat de guerre civile que nous constatons en France – et dont témoignent, depuis janvier 2015, les 239 personnes mortes dans les différents attentats.

Je constate, dans ce livre, que les problèmes à régler pour revivifier cette grande solidarité nationale des uns pour les autres, sont moins insolvables que ne sont insurmontables les blocages idéologiques, les crispations culturelles qui empêchent de les examiner tranquillement et de les régler au mieux. Il faudrait, en premier lieu déradicaliser l’antiracisme si nous voulons lutter contre tous les racismes. Il faut dépolluer les idées généreuses (les droits de l’homme, la reconnaissance de l’autre, la lutte contre les préjugés..) pour empêcher qu’elles deviennent, comme aujourd’hui, des armes de destruction massive du débat intellectuel. Quand, dans les procès contre George Bensoussan ou Pascal Bruckner, les associations «antiracistes» y compris la LICRA, attaquent ceux qui dénoncent l’antisémitisme, il y là une coupable erreur de perspective. Une erreur, un blocage, une armature défensive, un système de protection qui, depuis trente ans, hystérisent les débats, pénalisent les opinions et rendent impossible les réformes intellectuelles et morales indispensables avec la montée des antagonismes que nous constatons. Je ne prédis pas ni ne souhaite une guerre civile armée mais constate que de nombreuses fractures culturelles augmentent la partition de la France, la sécession culturelle de certains et l’hostilité d’autres. Là est le danger qu’il faudrait pouvoir régler entre gens de bonnes volonté avant qu’il ne soit trop tard.

Que dire de ce blocage idéologique? Comment l’appréhender?

Il y a d’abord un problème global de nomination, d’énonciation et de reconnaissance des faits. Les faits têtus, simples, évidents sans le prisme déformant de la diversité heureuse – notre idéologie dominante – qui pratique depuis tant d’année l’euphémisme, l’excuse sociologique, la minoration et la dissimulation. Ainsi les réalités culturelles nous échappent – y compris ses nombreuses insécurités, peurs, crispations et nœuds de haine. Comment, dès lors, pouvons-nous «dire bêtement la vérité bête», selon le mot d’ordre de Péguy? Il faudrait, pour cela, mettre la vérité avant l’idéologie, l’exposition des faits avant l’interprétation. Tout cela semble impossible aujourd’hui. Ceux qui critiquent l’Islam sont des islamophobes ; ceux qui évoquent un «racisme anti-blanc» sont racistes. De toutes les manières, comme l’explique Marie Darrieussecq, il ne peut pas y avoir de «racisme anti-blanc» car le racisme fut inventé par les blancs pour «justifier la colonisation» des non-blancs. Nous vivons dans un champ de mines idéologiques, avec des snipers antiracistes un peu partout, qui intimident, obligent à la prudence et conduisent à l’autocensure.

Ensuite, quand il est question d’Islam ou d’intégration, le débat est impossible. La liste est longue des intellectuels qui furent jetés dans l’enfer mutique des pestiférés «fascistes». Je pense à Paul Yonnet ou Pierre-André Taguieff. L’antiracisme est une belle idée devenue folle quand elle devient une arme de guerre idéologique. Comment, dès lors, entendre le rejet par les français d’un Islam qu’ils considèrent à 58% comme «une menace contre la république»? Comment accompagner ceux des musulmans qui veulent se débarrasser des «fous de Dieu» qui font régner un ordre moral dans les quartiers? Comment, avec Galheb Bencheikh, s’opposer à un «islam consulaire» et «aux responsables musulmans» qui ont «laissés se développer un discours haineux»? Comment lutter contre un antisémitisme (que dire?) «des quartiers» quand Georges Bensoussan, grand spécialiste de cette question, est trainé devant les tribunaux, quand il le dénonce? Il faudrait que l’antiracisme retrouve la raison et le bon sens, abandonne son magistère inquisitorial et aide à la résolution des problèmes plutôt que de les aggraver en hystérisant le débat. Le pire est que cette haine dans le débat, la constitution d’une immense forteresse médiatico-idéologique pour lutter contre ceux qui feraient le «jeu du Front National» ne fait qu’accroitre le vote Front National.

Les soldats antiracistes alimentent le mal qu’ils cherchent à combattre sans jamais se remettre en cause. Les alliances contre nature devraient faire réfléchir! Il faut lutter contre les raisons de la fièvre, contre cette grandissante «insécurité culturelle» (Laurent Bouvet), plutôt que de prendre la pose valorisante de l’antifascisme! Pour ces hyper-vigilants, prêts à en découdre avec tous ceux qu’ils qualifient généreusement de «racistes», le temps des remises en cause est venu! Mais, si nous considérons le peu de conséquences liées à l’affaire Medhi Meklat, (un «jeune» de banlieue qui, sur les réseaux sociaux, tenait des milliers de propos racistes, antisémites, homophobes et sexistes), alors même qu’il avait été promu par les médias du gauchisme culturel et en particulier France-Inter (dans l’émission de Pascale Clark), on se dit que les blocages idéologiques et une certaine culture de l’impunité persistent envers et contre tout!

Comment en sommes-nous arrivés là?

Après 1945, pour rompre avec les horreurs totalitaires, l’Europe s’est forgée une nouvelle identité. Une identité sans identité claire, une posture en creux, avant tout dans l’accueil, dans une sorte d’effacement des propositions nationales. Elle aura comme principes ceux des Droits de l’Homme, comme religion celle de l’humanité (comme le dit Pierre Manent), comme objectif celui de se régénérer par un généreux principe diversitaire. L’Europe a pour ambition d’être un territoire sans substance, une terre vierge sans «racines chrétiennes» – car les affirmer reviendrait à «stigmatiser» les nouveaux-venus. Mais cette posture «d’altérité radicale» et de «vacuité substantielle» (selon la formule d’Ulrich Beck) a rendu difficile, pour la France, l’énonciation d’une proposition nationale – proposition opposable au nouveaux-venus et jouant le rôle de «règlement de copropriété» afin que tout le monde s’y conforme.

Il faut aussitôt ajouter l’héritage des enfants de mai-68 qui, plutôt que de changer de société, l’ont changée de l’intérieur, étapes après étapes. Nulle violence mais un entrisme culturel. Nuls pavés mais un grignotage des Appareils Idéologique d’Etat – comme on disait Althusser -: l’Ecole, les médias, les arts. Cette révolution douce, constante, silencieuse, faite dans l’épaisseur de l’Etat (quand il transmet la culture par l’instruction publique, la pilote par des actions volontaires, l’expose dans des musés), a mis en place un nouveau logiciel culturel multiculturel avec la promotion de nouvelles minorités, une racialisation des différences, l’effacement des religions et la remise en cause des «assignations» sexuelles. Multiculturalisme qui, comme le montre si bien Mathieu Bock-coté, finit par relativiser «la culture d’accueil» (la française), par affaiblir le principe national, la nécessité des frontières et tous les processus «violents» d’intégration.

Au manque de clairvoyance des politiques face à ces bouleversements telluriques, à leur manque de courage politique, de lucidité s’est ajouté d’une part l’installation d’un enseignement négatif à l’égard de l’héritage reçu et d’autre part une montée en puissance d’une guerre civile culturelle pour lutter contre tous ceux qui critiquent ou refusent cette nouvelle religion diversitaire.

Qu’est-ce qui alimente cette idéologie aujourd’hui?

La première chose, (déjà dénoncée par d’autres mais sans que rien ne change dans l’enseignement), tient à un nouveau devoir historique: celui d’une repentance nationale sans fin. Cette promotion négative de la noirceur historique (l’esclavagisme, le colonialisme, le sexisme, l’homophobie..) tend à détricoter l’idée même d’un nécessaire «récit national». Mais si nous n’avons pas un même récit historique, un même imaginaire nationale, comment faire corps, être unis, être membre d’un même corps politique et être capable de participer, ensemble, à ce «plébiscite de tous les jours»?

Ajoutons à cela, un principe d’exclusion dans le débat, de disqualification mis en avant par ceux-là même qui, pour promouvoir une générosité de gauche, sont intransigeant vis-à-vis de ceux qui la critiquent. Pensons, en particulier, à Geoffroy de Lagasnerie, jeune sociologue en vogue sur le service public, qui expliquait, sur France Inter, que «la pensée est de gauche», que seuls sont des intellectuels «les intellectuels de gauche» et que les autres (les Finkielkraut, Gauchet ou Onfray) ne font que «du bruit, des injures et du rien». Leurs pensées «n’existent pas». Il ne faut même pas débattre avec eux. Cette violence participe d’une guerre civile culturelle. Tant que les adversaires seront des ennemis, et les autres des «riens» avec lesquels il ne faut pas débattre, qu’il faut même exclure, comment pourrions-nous vivre ensemble et, par le débat, régler nos différents? Une guerre civile tend à disqualifier ceux qu’il faut expulser du monde commun. Ils n’appartiennent pas à la même communauté et il est indigne de parler avec eux qui ne sont «rien». Ceux qui tiennent de pareils discours et ceux qui en font la promotion médiatique alimentent tous un climat de guerre civile culturel.

Autre symptôme de cette guerre civile culturelle: l’enseignement, dans nos universités, des «études postcoloniales». Hourya Bentouhami, maitre de conférences à Toulouse, expliquait doctement à la radio, quand il était question de la nation, que l’accès à l’universel revient à accéder «à un universel blanc». Dès lors, «pour être français, il faut être blanc». Pour un noir ou un arabe, l’accès à la nationalité française conduit à «une haine de soi». «Les noirs doivent se détester». «Se dire» français, pour un noir, «c’est se dédire», c’est reproduire le geste de l’esclave quand il adopte la culture du colonisé. Comment, dans ces conditions, pour les noirs ou les arabes devenir français si, dans l’université, on leur dit qu’ils ne doivent pas le faire sinon à se détester eux-mêmes? Comment aimer ses concitoyens s’ils sont «blancs» – dotés donc d’une mentalité de colonisateur?

Comment peut-on dépasser ces animosités culturelles?

D’abord signalons que la radicalité augmente en France. Dans l’enquête de l’Institut Montaigne, il était indiqué qu’un tiers des musulmans de France vivait à la marge de la république en mettant au-dessus des lois communes l’Islam. Une étude du CNRS, d’il y a quelques jours, sur les jeunes entre 14 et 16 ans, précise que 32% des jeunes musulmans sont des fondamentalistes – en ceci qu’ils considèrent qu’existe une seule religion «vraie religion» et qu’ils mettent la religion au-dessus de la science. Mais, plus inquiétant encore, 44 % des jeunes fondamentalistes musulmans considèrent qu’il est possible «de lutter les armes à la main pour sa religion». Si on ajoute à cela les «100 mollenbeck» en France, tels qu’indiqués par le ministre de la ville et le risque de guerre civile évoqué par Patrick Calvar – Directeur Général de la Sécurité Intérieure – à l’Assemblée Nationale, nous comprenons mieux qu’existe bel et bien un risque de «partition» en France. Risque reconnu par François Hollande dans ses confidences à deux journalistes.

Mais surtout, dans mon livre, je dénonce ces irresponsables qui ne cessent de mettre de l’huile sur le feu. Quand Manuel Valls parle en 2015 d’un «apartheid» en France, il légitime l’image du noir opprimé et du blanc oppresseur, et par-là même justifie la révolte de ceux qui se révolterait contre un système structurellement injuste. Quand Emmanuel Todd parle «d’hystérie contre l’islam» concernant les manifestations post-attentats de Charlie Hebdo, disant que l’islam est la religion des pauvres et que l’antisémitisme n’est que la conséquence de l’islamophobie, quand François Burgat dit que la France est une «machine à radicaliser», quand Edwy Plénel et Vincent Peillon disent que l’islamophobie a pris la place de l’antisémitisme des années 1930, quand Nacira Guénif, professeur à Paris VIII, dit qu’il existe un «racisme structurel» en France et que «l’Etat est l’acteur principal de ce racisme», que disent-ils tous? Qu’il est légitime de s’en prendre à la France, de dénoncer un système injuste. Ils excusent par avance ceux qui haïssent leur pays et même ceux qui iraient jusqu’à l’attaquer les armes à la main.

J’en arrive à la conclusion que les racistes et les antiracistes ultras partagent la même conclusion: les cultures ne se mélangent pas, ne peuvent pas se mélanger, que chacun appartient à sa culture d’origine et ne doit pas l’abandonner. Il y là l’illustration d’un miroir inversé entre racisme et antiracisme. Or, cette conclusion va à l’encontre du principe même de la nation. Quand Marie-Antoinette arrive en France, à la frontière, elle brûle ses vêtements, passe nue en France et est rhabillée par la France. Se dévêtir et recevoir de nouveaux habits de son nouveau pays. Le geste reste le même. Toujours le même. Si nous y renonçons, nous renonçons au partage du «leg indivis» de Renan. Si nous nous regardons en chiens de faïence, on doit faire le deuil de la nation. Et ce deuil lui-même, n’est pas acceptable par ceux-là même qui éprouvent une forte «insécurité culturelle».

Quelles sont les perspectives qui s’offrent à nous?

Avant que de dénoncer le FN (qui est avant tout un baromètre) et de chasser à coup d’oukase la lepénisation des esprits, considérons la fièvre de l’identité malheureuse et la demande d’ordre qui en découle.

On en revient à Péguy: «L’ordre fait la liberté, et le désordre fait la servitude». Le désordre des élites libertaires, qui considèrent que nous allons nécessairement vers l’ubérisation des consciences et l’interchangeabilité des êtres dans la mondialisation heureuse, génère un désordre et une angoisse culturelle. D’où le conflit sournois, mais puissant, entre une France mondialisée urbano-diplômée, et cette France périphérique (celle analysée par Christophe Guilluy) qui subit de plein fouet toutes ces perturbations et paye les pots cassés de cette révolution. Faute de mieux, elle se réfugie dans un vote populiste, protestataire à outrance. Guérir la fièvre est plus important que de lutter contre le baromètre.

La réponse à ces problématiques vient-elle du politique?

Oui. La culture est une question politique. Et la nation est avant tout une question culturelle. Or, la posture économiste des élites mondialisées s’est imposée un peu partout. Pour parvenir à «l’identité heureuse» (Juppé) il «suffirait» d’améliorer l’économie, qui améliorera le social, qui améliorera le culturel, qui améliorera le «vivre-ensemble». Il nous faut reconsidérer l’importance centrale de la culture, loin des mépris et des méprises.

La culture est avant tout une couche d’ozone protectrice, l’air commun que nous respirons ensemble, la dette que nous payons à ceux dont nous sommes les héritiers et l’avenir que nous envisageons ensemble. Si on ne saisit pas la nature stabilisatrice de la culture, sa capacité à nous assurer, nous réassurer dans un monde incertain, nous ne la comprenons pas. Il y a donc un lien direct entre culture et nation, un génie particulier français, loin des «cultures en France» défendues par M Macron. Remettons la culture au cœur des débats.

Quels sont les options de nos politiques?

Soit ils retricotent la proposition nationale et renouent avec l’histoire et le récit commun. Soit ils acceptent une dilution nationale dans le grand tout mondialisé en allant vers toujours plus d’Europe et toujours plus de globalisation. Cette pente-là est déjà la nôtre. Soit, ils se résolvent, de guerre lasse, à l’idée qu’une guerre civile est malheureusement inévitable pour régler, par la violence, ce qu’ils ne peuvent résoudre autrement. Ce désir inavouable d’une guerre civile qui trancherait le nœud gordien des identités impossibles et d’une nation honteuse d’elle-même, est-il là? Sans doute. Sait-on jamais!

http://www.lefigaro.fr

Publicités