Étiquettes

, ,

https://i0.wp.com/www.valeursactuelles.com/sites/default/files/styles/image_article/public/2017-04/madeleine_bazin_de_jessey_vpa1_01_1.jpg

Madeleine Bazin de Jessey, porte-parole de ‘Sens Commun’. Photo @ VPA

Lors de son meeting à Marseille, ce samedi 1er avril, Emmanuel Macron s’est attaqué frontalement à Sens commun, le mouvement qui soutient François Fillon.

“On craint dégun” [“On ne craint personne”, en marseillais NDRL], a lancé Emmanuel Macron lors de son meeting à Marseille, ce samedi 1er avril, avant d’attaquer ses adversaires, dont François Fillon. Le leader d’En Marche ! a accusé l’ancien Premier ministre de se retrancher dans un “clan” qui porte “le masque de la haine”.

Une “démission de la pensée”

Ce “clan”, dont parle le jeune candidat à l’élection présidentielle, est Sens commun [émanation politique de La Manif pour tous, NDRL]. “[Les partisans de François Fillon] ont décidé de tourner le dos à la République pour embrasser Sens commun. Eh bien honte à eux !”, a martelé l’ancien ministre de l’Economie.

Attaqué ainsi, Sens commun ne s’est pas fait attendre et a réagi par l’intermédiaire de Madeleine de Jessey, la porte-parole du mouvement. “Quand un Emmanuel Macron aux abois recourt au schéma grossier de l’épouvantail et du procès en anti républicanisme”, a-t-elle fustigé sur Twitter, dénonçant une “démission de la pensée”.

Quand un @EmmanuelMacron aux abois recourt au schéma grossier de l’épouvantail et du procès en antirépublicanisme. Démission de la pensée. https://twitter.com/r_badache/status/848160900641161216 

http://www.valeursactuelles.com/

Publicités