Étiquettes

,

Emmanuel Macron. Photo © ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Emmanuel Macron est au cœur de la tourmente après ses propos bienveillants à l’égard de Mohamed Saou, un référent En marche ! qui avait tenu des propos radicaux sur les réseaux sociaux. Le candidat est accusé de complaisance par ses adversaires politiques.

Ça se complique sérieusement pour Emmanuel Macron. Le candidat En marche ! est dans l’œil du cyclone depuis ses propos sur Mohamed Saou tenus hier sur Beur FM, pensant être hors antenne. Emmanuel Macron avait clairement soutenu le référent En marche ! connu pour sa proximité avec les Indigènes de la République ou encore le CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France). Depuis, ses adversaires politiques n’ont pas manqué de lui tomber dessus.

Une “ambiguïté gênante”

C’est le cas de Bruno Retailleau. Le directeur de campagne de François Fillon a fustigé sur Twitter une “ambiguïté plus que gênante”. De son côté, le député Les Républicains Éric Ciotti a qualifié les propos du candidat de “scandaleux”, ajoutant que ceux-ci démontraient “une fois de plus ses liens étroits avec le communautarisme”.

Marine Le Pen n’est pas passée à côté de cette actualité non plus. La présidente du Front national s’est adressée directement à M. Macron sur Twitter, estimant qu’“on ne peut pas être adepte de l’islam et ‘un type bien’”, reprenant l’expression employée par le candidat sur le plateau de Beur FM.

Pas la première fois

Et Emmanuel Macron n’en est pas à son coup d’essai. Lors d’un précédent meeting, le candidat s’était prononcé en faveur du port du voile en entreprise, estimant qu’une interdiction de celui-ci serait ne pas respecter “les règles de la République”.

Le directeur de campagne d’Emmanuel Macron, Mounir Mahjoubi, a quant à lui dénoncé une “instrumentalisation” des propos du candidat, ajoutant qu’il s’agissait là d’une manœuvre pour “diviser les Français et les détourner de la campagne de fond”.

http://www.valeursactuelles.com

Advertisements