Mots-clefs

, , ,

Sceaux, 14 avril 2017. Les chocolats de Ludovic Chevet détournent de célèbres marques de fromage. LP/A.L.
A.L.

C’est un plateau de fromage… au chocolat. Créations fourrées et pralinées sont emballées dans les boîtes aux marques connues. Avec des étiquettes détournées affichant le portrait de politiques, moqués ou caricaturés. A Sceaux, les faux plateaux de fromage du chocolatier Ludovic Chevet, vendus 58 € dans sa boutique de la rue Houdan, font un tabac. « Il ne se passe pas un jour sans que j’en vende un, savoure le commerçant. J’ai lancé ça en octobre pour m’amuser, mais cela a tellement marché que j’ai continué ! »

Chaque marque de fromage se voit ainsi détournée pour arborer le visage d’un politique, candidat-e (ou ex-candidat-e) à la présidentielle. Certains jeux de mots pourront faire sourire. Pour sa première campagne, Emmanuel Macron le débutant devient « Le Bleu ». Empêtré dans les affaires, François Fillon est estampillé « Époisses de la Sarthe ». Quant au « Caprice des Dieux », il devient le « Caprice des Deux », avec Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, raillés pour ne pas avoir réussi à s’allier avant le premier tour.

Mais sur d’autres boîtes, l’humour est plus douteux. Voire carrément sexiste. La Vache qui rit est réservée -sans transformation- à Marine Le Pen, et une lettre disparaît pour Ségolène Royal qui devient… « La Tache qui rit ». « Personne n’est choqué, on attaque tous les camps, assure le chocolatier. Et surtout, cela fait rire les gens ».

  leparisien.fr

Publicités