Étiquettes

,

par Rémi Mogenet

LA Republique 1848.pngLa République française a sept symboles sacrés, et au fond tous soit sont issus d’une mythologie, soit étaient faits pour en créer une. Tout symbole est dans ce cas: son essence est artistique.

Ils sont restés figés parce que les politiques les ont arborés non dans un but esthétique, mais pour justifier leur propre existence. Quoi qu’on dise sur l’aspect purement intellectuel des allégories républicaines, leur origine religieuse est avérée et, instinctivement, même les politiques qui se disent laïques ont besoin d’être portés par une sacralité, pour trouver une légitimité. Ils ont besoin de paraître émaner, dans leur action et leurs choix, d’une force plus haute qu’eux-mêmes.

On l’appelle en général la Nation, ou bien la République, et on en parle comme d’une personne. Michelet aussi faisait du Peuple une personne, et il le reliait, pour la France, aux forces créatrices de l’univers, c’est à dire à l’Être suprême: il reprenait la mythologie de Robespierre.

Cela réside dans le non-dit, car il s’agit de donner à ces idées une force supérieure à celle du merveilleux chrétien. D’ailleurs, chez les anciens Romains, la divinité suprême était aussi de l’ordre de la suggestion. Comme dit Valère Novarina, on l’appelait le dieu inconnu. Les philosophes la nommaient, mais se refusaient à la définir: Sénèque évoquait Deus, mais c’était l’idée de la divinité, non une personne particulière, parce que Jupiter même lui était inférieur.

Au sein du peuple, ce dieu inconnu n’était donc pas nommé; l’Être suprême restait impersonnel.

Georges Gusdorf a montré que le dieu de la philosophie des Lumières était bien celui-là: abstrait, rationalité pure, il était au-delà de tout nom – et surtout de toutaffect -, donc il n’était pas le bon Dieu, ou le Dieu le Père des chrétiens – une simple image déformée.

UnknownGod.jpg

En outre, comme l’avait indiqué Rousseau, il devait demeurer loisible de faire assimiler ce dieu mystérieux à l’État, d’entretenir à cet égard le flou, afin que la République ne demeurât pas sans socle sacré – afin que l’image du sacré ne soit pas subtilisée, monopolisée par une religion autonome. Victor Hugo faisait de la Convention, ainsi, la matérialisation du souffle divin.

De Gaulle, apercevant tout ce qu’avait d’abstrait et d’irréel, pour le peuple, de telles idées, pensait qu’un homme devait à nouveau incarner la force occulte de la France, pour lui aussi divine. Joseph de Maistre avait dénoncé l’excès de théories des révolutionnaires issus de la philosophie des Lumières; De Gaulle, admirateur du royaliste Chateaubriand, l’a, à sa manière, entendu.

Certains philosophes contemporains affirment que la République n’a plus la dimension sacrée qu’elle a eue. On ne peut pas nier que Jean-Luc Mélenchon, en intégrant subtilement le culte de la personnalité issu de De Gaulle à la tradition républicaine révolutionnaire, ait essayé de la ramener sur la scène publique.

http://remimogenet.blog.tdg.ch/

Publicités