Étiquettes

,

Dans son livre « un berger à l’Elysée » sorti il y a près de 6 mois, Jean Lassalle indique que lorsqu’il s’est présenté à la présidence de la République, « un riche homme d’affaires qui possède des médias » est venu le voir et lui a dit: « combien tu veux? » Ce à quoi le candidat lui a répondu qu’il n’était pas à vendre. Voilà quelle a été la réaction du milliardaire:

« Monsieur a la nuque raide, on m’avait prévenu. Il parait que vous gueulez très fort, vous allez gueulez mais on va vous mettre sous l’édredon, comme ça on entendra pas vos hurlements tant que vous aurez de la force et on entendra même pas votre dernier murmure lorsque votre dernier instant sera venu. Bonne chance. Vous apprendrez que tout ça ce ne sont que billevesées ce que vous racontez. C’est toujours la finance qui a mené les affaires et l’argent aussi et vous paierez très cher le fait de ne pas accepter, ce que vos amis ont déjà accepté. Mais eux vont continuer à faire parti du cercle de pouvoir auquel vous n’arriverez jamais. »

Ces propos scandaleux en disent long sur le niveau de corruption qui règne dans la Ripoublique. Pire, on contaste qu’aucun média alligné n’a parlé de ce témoignage glaçant qui aurait du logiquement provoquer un scandale national. La raison pour laquelle cela n’a pas eu lieu est plus qu’évidente. Au lieu de cela, l’affaire a été soigneusement mise sous le tapis au point que personne n’en a entendu parler contrairement aux histoires bidons de costumes de Fillon.
Publicités