Cette présidentielle qui a (déjà) changé la France

Mots-clefs

Une campagne électorale est toujours le miroir de l’âme d’un pays et de ses mutations. La présidentielle française de 2017 n’échappe pas à la règle. © JEFF PACHOUD / AFP PHOTO

Le premier tour de scrutin, dimanche, ouvrira la phase finale d’une élection qui, déjà, a acté des changements considérables à l’œuvre dans le pays. Réduire la campagne aux affaires et à l’émotion ultime suscitée par l’attentat des Champs-Elysées serait une grave erreur

Cette campagne-là, à vrai dire, fut aussi épuisante et frustrante que passionnante. Epuisante, parce que sans visibilité, happée par la vitesse frénétique d’Internet et des médias sociaux. Frustrante, parce que le choc des programmes dessiné par les primaires de la droite et du PS a fini par se pulvériser sur l’écueil du «Penelopegate» et des règlements de comptes entre socialistes. Mais passionnante pour tout le reste. Nouvelles idées. Nouveaux acteurs. Nouveaux comportements électoraux. Demande accrue de participation démocratique et de moralisation. Affrontement radical entre les partisans de l’ouverture et ceux de la fermeture, entre une France pro-européenne et une France souverainiste. La dimension sismique de ce scrutin mérite, à tous points de vue, d’être relevée.

Cette campagne présidentielle, surtout, aura été inédite. Jamais jusque-là un président en exercice n’avait renoncé à se représenter, tétanisé par le bilan de son propre quinquennat et par les guerres internes de sa majorité. Jamais un ultra-favori comme François Fillon, vainqueur haut la main de la primaire de son camp après avoir défendu une audacieuse rupture libérale, n’aura ensuite connu une telle descente aux enfers. Jamais l’extrême droite n’aura été aussi confortablement installée dans la vie politique hexagonale et aussi proche du pouvoir suprême. Jamais l’envie d’insoumission incarnée par Jean-Luc Mélenchon n’aura été aussi forte. Jamais enfin un homme seul, certes issu du sérail mais sans attaches partisanes comme Emmanuel Macron, n’aura autant incarné la possibilité d’un bouleversement complet de la vie politique française. Avec, dans le viseur, l’éventuel basculement dans une nouvelle ère, voire une nouvelle République basée non plus sur le rapport droite-gauche, mais sur de possibles majorités d’idées.

Le duel du second tour dira lequel de ces bouleversements l’aura emporté sur les autres. Il constituera aussi une épreuve politique majeure pour les perdants du premier tour si Marine Le Pen, comme tout le laisse penser, parvient à se qualifier. Il s’agira alors, pour son adversaire, de rassembler le pays face au risque de chaos qu’engendrerait une victoire de la candidate d’extrême droite. Mais le pire serait de résumer cette campagne à la confrontation des deux prochaines semaines, puis au résultat final. Une France nouvelle, mélange de colère, d’indignation, de volonté de renouvellement et d’aspirations démocratiques, est née ces derniers mois. Ce tumulte présidentiel en a été l’indéniable accoucheur.

https://www.letemps.ch

Publicités

Les commentaires sont fermés.