Mots-clefs

, , , , ,

Anne-Sophie Damecour

Asnières, dimanche. LP/V. T

Voilà bien longtemps que les Républicains des Hauts-de-Seine n’avaient pas vécu une telle soirée électorale. Eux qui avaient tout raflé depuis 2014, enchaînant les victoires aux municipales, départementales et régionales. Dimanche soir, à Nanterre, la poignée d’élus présents autour du président Patrick Devedjian a tenté de faire bonne figure alors que les résultats des communes tombaient les uns après les autres, plaçant Emmanuel Macron en tête dans 23 des 36 villes du 92.

Dans les Hauts-de-Seine, le candidat En Marche termine avec 32,1 % des voix, contre 29,1 % pour François Fillon, plombé par les affaires. « La sociologie du département avec une population de cadres supérieurs explique en grande partie ce résultat », analyse le patron de l’UDI des Hauts-de-Seine et sénateur maire de Meudon Hervé Marseille.

Dans les villes centristes, Emmanuel Macron cartonne : 37,6 % à Sceaux, 37 % à Issy-les-Moulineaux, 36,7 % à Bourg-la-Reine, 36 % à Montrouge ou encore 35,8 % à Vanves. « Emmanuel Macron a un profil centriste, se rassure le sénateur. Il est jeune, proeuropéen, sensible aux questions sociales… »

Le PS 92 aussi veut y croire encoreDans les anciennes villes PS, comme Colombes, Clichy et Clamart, l’ancien ministre de l’Economie dépasse également la barre des 30 %. Laissant les socialistes très loin derrière. Benoît Hamon obtient son meilleur score à Malakoff : 11 % ! « Il a été victime d’un double vote utile : Macron pour une grande majorité des socialistes et Mélenchon pour les contestataires du quinquennat », estime Xavier Iacovelli, secrétaire fédéral du PS dans les Hauts-de-Seine. Qui se projette désormais vers les législatives et les candidats « issus du territoire » face à « l’inconnue totale des investitures En Marche ».

Un objectif que se fixent également Les Républicains, qui plaident déjà pour contrebalancer dès le mois de juin ce second tour qui s’annonce sans grande surprise. « Je me rassure, nous allons gagner toutes les prochaines élections à commencer par les législatives, estime Patrick Devedjian. Car avec Emmanuel Macron, la déception sera à la mesure de l’enthousiasme initial ». Les ténors des Hauts-de-Seine peuvent compter sur leur fidèle électorat dans des villes comme Neuilly (64,9 %), Saint-Cloud (46 %), Boulogne (41,8 %) et Levallois (41 %) notamment où François Fillon termine en tête.

La droite se rassure également en regardant les résultats du FN dans le département : un petit 7,6 % sur l’ensemble du territoire. Et un parallélisme avec les scores de Jean-Luc Mélenchon : le FN réalise ses meilleurs résultats dans les villes où le candidat de La France Insoumise cartonne lui aussi. C’est le cas par exemple de Gennevilliers avec 11,2 % pour Le Pen et 47,1 % pour Mélenchon, record d’Ile-de-France. Ou encore Villeneuve-la-Garenne avec 12,8 % pour le FN et 36,5 % pour La France Insoumise.

  leparisien.fr

Publicités