Mots-clefs

, , ,

CédricSoares

Les anciens salariés de la coopérative agricole bretonne Triskalia ont eu gain de cause à Bruxelles mardi 25 avril. La commission des pétitions du Parlement européen va saisir la Commission européenne pour demander une enquête. Celle-ci portera sur l’utilisation des pesticides par le groupe et plus largement par les entreprises agroalimentaires en Bretagne. En 2009 plusieurs salariés ont été exposés au Nuvan Total. Le pesticide aurait entraîné l’incapacité partielle, totale, voire la mort de plusieurs salariés. Depuis, une longue bataille juridique est engagée.

L’intoxication aux pesticides des ex-salariés de Triskalia pourrait déclencher une enquête de Bruxelles
L’intoxication aux pesticides de plusieurs ex-salariés de Triskalia en 2009 pourrait entraîner une enquête de la commission européenne
© Triskalia

Les anciens salariés du groupe Triskalia ont été reçus à Bruxelles mardi 25 avril. Les associations de soutien annoncent que la commission des pétitions du Parlement européen va saisir la Commission européenne afin d’ouvrir une enquête. En cause, l’utilisation de pesticides dans la dans la coopérative Bretonne.

Une enquête européenne visant  plus largement les entreprises de la filière Bretonne

Quatre ex-salariés, ainsi que la veuve d’un cinquième ont été auditionnés. Les plaignants reprochent à la France d’avoir manqué à son obligation d’appliquer et de faire respecter plusieurs directives européenne relatives à l’usage des pesticides.

Les députés vont demander, par un courrier adressé à la Commission Européenne, qu’une enquête soit diligentée pour l’utilisation des pesticide par l’entreprise Triskalia, et plus largement dans les autres entreprises du secteur agroalimentaire de Bretagne.

Le groupe agroalimentaire, contacté par la rédaction reconnaît l’erreur humaine qui est à l’origine des préjudices “S’il y a enquête, nous répondrons aux sollicitations de la Commission européenne. La coopérative a toujours respecté les règles en vigueur”, a déclaré Béatrice Perrot directrice de la communication de Triskalia, interrogée par L’Usine Nouvelle.

Plusieurs salariés exposés au Nuvan Total dès 2009

Les faits remontent à 2009. Plusieurs salariés ont été exposés sans protection, sur le site de Plouisy (Côtes-d’Armor), au Nuvan Total. Le pesticide cancérigène est interdit en France depuis 2007. Le produit était utilisé pour conserver les stocks de céréales utilisés par des usines spécialisées dans la production de granulés pour le bétail. Depuis une longue bataille juridique est engagée.

« Depuis 2009, certains d’entre nous se battent pour faire reconnaître par l’employeur et par la Mutualité sociale agricole (MSA) (…) la réalité de notre maladie qui a entraîné, selon les cas, une incapacité totale ou partielle de travail, voire des décès », dénoncent les ex-salariés dans leur pétition.

Le tribunal des affaires de sécurités sociales (TASS) de Saint-Brieuc a reconnu, en septembre 2014, la “faute inexcusable” de Nutréa, filiale de Triskalia. Après deux ans de procédures, l’entreprise a été condamnée, en septembre 2016, à verser plus de 100 000€ d’indemnités à Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, deux anciens salariés.

Ces deux victimes se sont également portées parties civiles auprès du tribunal de grande instance (TGI) de Saint-Brieuc dans le cadre d’une plainte au pénal. L’affaire a été classée une première fois sans suite en avril 2015. Une seconde plainte a été jugée recevable en juillet de la même année. L’affaire est en cours d’instruction.

Un groupe centenaire engagé depuis 2011 dans la réduction des intrants

La coopérative bretonne Triskalia est née de la fusion en 2010 des Cam 56, Coopagri Bretagne et Eolys, propriétaire du site de Plouisy au moment des faits. La plus ancienne des trois entités a été fondée en 1911. Le groupe emploie 4 800 salariés sur 280 sites. 16 000 agriculteurs en sont adhérents.

Depuis 2011, la coopérative a engagé une démarche d’agroécologie et de développement durable auprès de ses adhérents. L’une de ses finalités est de réduire le volume d’intrants utilisés dans leurs cultures.

http://www.usinenouvelle.com

Publicités