Mots-clefs

, , ,

André Girod a suivi onze campagnes électorales américaines. Il est aussi l’auteur de nombreux livres sur les États-Unis.  Photo Le DL / A. SUREL
André Girod a suivi onze campagnes électorales américaines. Il est aussi l’auteur de nombreux livres sur les États-Unis. Photo Le DL / A. SUREL

 

Samedi, cela fera 100 jours que Donald Trump est à la Maison Blanche. L’occasion de mettre en avant André Girod, ancien haut fonctionnaire qui avait prédit la victoire du milliardaire à l’élection présidentielle américaine.

Les campagnes électorales, André Girod, certainement le plus américain des Français, adore ça. Surtout celles qui se déroulent outre-atlantique. Ce haut fonctionnaire à la retraite, qui a passé 35 ans aux États-Unis, en a suivi onze là-bas. « La première, c’était pour l’élection de Kennedy. J’avais eu l’opportunité de le rencontrer avec Jackie grâce à un ami. J’avais aussi croisé son rival, Nixon, dont j’avais immédiatement senti qu’il se ferait battre », se souvient le Vauclusien.

Lors de la dernière campagne électorale, André Girod en était certain, Donald Trump allait gagner. Il l’avait d’ailleurs écrit sur son blog “Sleazy caricatures” dès la fin de l’année 2015. C’est cette certitude qui l’a poussé à écrire un livre qui vient de paraître, Trump the Breaker.

L’ouvrage, publié par les éditions Dictus Publishing , se présente sous la forme d’un journal de bord qui débute le 12 avril 2015, date à laquelle Hillary Clinton s’est déclarée, et se termine le 24 janvier 2017, soit une poignée de jours après l’investiture de Donald Trump. Au fil des pages, l’auteur explique comment il a prédit la victoire du Républicain dans la bagarre pour la Maison Blanche. Ses textes sont accompagnés de caricatures sur cette campagne, qu’André Girod lui-même a dessinées, avec des légendes caustiques, en anglais. Certaines ont d’ailleurs été publiées dans le prestigieux New York Times. « Trump, c’est, sur le papier, l’anti-candidat. Il est insolent, misogyne, provocateur. J’ai immédiatement senti qu’il allait dépoussiérer la campagne. Qu’on l’aime ou pas, il faut reconnaître qu’il est fascinant, ou qu’en tout cas il ne laisse pas indifférent. »

Trump the Breaker, 67 pages, éditions Dictus Publishing, 15,80 €.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans Le Dauphiné Libéré de ce jeudi 27 avril

Par Marion BALLET

http://www.ledauphine.com

 

Publicités