Mots-clefs

,

Par Pascal.Boniface
Le Hamas a déclaré pouvoir reconnaître Israël dans les frontières de 1967. S’il avait, dans le passé, déjà tenu des propos allant dans ce sens, ces derniers n’avaient jamais été inscrits au sein d’un document écrit. Or, aujourd’hui, le Hamas compte modifier sa charte.
Ce tournant est quasiment aussi important que celui opéré par Yasser Arafat, en 1989 à Paris, lorsqu’il avait déclaré caduque la charte de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et affirmé que cette dernière était prête à reconnaître l’État d’Israël. Le Hamas rejoint donc l’OLP, les deux organisations étant pour la solution « des deux États ». Cette dernière consiste en la création d’un État palestinien, dans les frontières de 1967, la reconnaissance d’Israël et le partage de Jérusalem, capitale des deux États.

Comment interpréter ce virage stratégique du Hamas ? Peut-être, le souci de sortir d’un isolement, qui n’est cependant pas total. En effet, la Russie, la Chine et des pays émergents comme le Brésil et l’Afrique du Sud entretiennent des contacts avec le Hamas. Seuls les pays occidentaux et Israël considèrent le Hamas comme une organisation terroriste. Ainsi, pour le Hamas, cette reconnaissance indirecte d’Israël est un moyen d’ouvrir le dialogue avec les pays occidentaux, afin de sortir de son isolement relatif.

Cette déclaration du Hamas est aussi le résultat de la compétition inter-palestinienne actuelle. Élu pour 5 ans en 2006, Mahmoud Abbas n’a pas obtenu de renouvellement de son mandat depuis lors. Il est contesté, la voie qu’il avait appelée à prendre n’ayant pas été suivie d’effets ; il n’a pas non plus été en mesure d’améliorer la vie quotidienne des Palestiniens ni même de leur ouvrir la moindre perspective politique.

Par ailleurs, en prenant ses distances avec les Frères musulmans, le Hamas peut éventuellement espérer que l’Égypte mette fin, ou allège, le blocus israélo-égyptien à Gaza. Or, si Le Caire levait ce blocus, ce dernier prendrait fin. Ainsi, le Hamas espère peut-être entamer le dialogue avec le général Sissi afin de normaliser leurs relations.

Comment va réagir la communauté internationale ? Les Occidentaux vont-ils saisir la balle au bond ? Surtout, Israël va-t-il accepter d’entrer directement en contact avec le Hamas ? Dans le passé, il y a déjà eu des contacts indirects et secrets entre Israël et le Hamas, par exemple pour la libération de Gilad Shalit. Aujourd’hui, on peut craindre que le gouvernement israélien refuse d’entrer en négociation, affirmant que ce changement d’attitude du Hamas n’a pour but que de masquer des intentions guerrières par un discours pacifique. En réalité, Benjamin Netanyahou a peu envie de parler avec le Hamas, le parti des colons et l’extrême droite israélienne – importante dans la coalition -, encore moins.

Les pays occidentaux pourraient-ils se saisir du changement stratégique du Hamas pour négocier, avant que surgissent des positions plus radicales ? En 2002, les États arabes avaient déjà proposé, avec le plan Abdallah, la reconnaissance d’Israël en échange de celle de la Palestine. Mais Israël n’avait pas répondu à cette demande, affirmant qu’elle n’était pas assez complète. Aucune négociation directe n’avait eu lieu. Aujourd’hui, on peut craindre de nouveau que ce changement – pourtant important – n’ait aucune suite et que, malheureusement, les États occidentaux ne fassent pas pression sur le gouvernement israélien, pour au moins tenter de débloquer les négociations.

Il y a pourtant un espace à prendre car le gouvernement israélien n’a pas les mêmes exigences avec tous ses partenaires : il n’exige pas de la Chine, de la Russie, du Brésil ou de l’Afrique du Sud de rompre tout contact avec le Hamas ; il ne le demande qu’aux pays de l’Union européenne. Ces derniers pourraient donc très bien affirmer que, comme les pays émergents, ils souhaitent entretenir de bonnes relations avec Israël tout en ayant des contacts avec le Hamas qui a modifié sa charte. Récemment, le ministre allemand des Affaires étrangères a vu son rendez-vous avec Benyamin Netanyahou être annulé car il avait eu l’audace de rendre visite à des organisations pacifistes israéliennes. Cette réaction semble démesurée :  ces organisations pacifiques montrent un autre visage d’Israël en ne soutenant pas la guerre et prouvent la diversité de l’opinion, malgré le glissement à droite des dernières années. Les États européens vont-ils décider de se faire respecter davantage et arrêter de se laisser dicter leur conduite par le gouvernement israélien ?

Reste l’inconnue Trump. Le président états-unien avait fait, dès sa campagne, de fortes déclarations en faveur d’Israël, plus prononcées que son prédécesseur. Barack Obama ne s’était certes pas montré très chaleureux envers Netanyahou mais il a tout de même augmenté d’un milliard de dollars par an l’aide militaire accordée à Israël. Difficile dans ses conditions de le déclarer hostile à Israël… Donald Trump se montre cependant encore plus chaleureux puisqu’il a déclaré qu’il allait transférer l’ambassade états-unienne de Tel-Aviv à Jérusalem. On lui a toutefois fait remarquer que ce problème n’était pas uniquement israélo-palestinien mais qu’il concernait l’ensemble du monde arabe et musulman. Trump est donc revenu sur sa décision. L’égo démesuré du président américain va-t-il lui permettre de réussir là où ses prédécesseurs – de Carter à Clinton en passant par Obama, Reagan et Bush – ont échoué ? Selon ses propres dires, Donald Trump est meilleur négociateur. Il n’est certes pas interdit de penser qu’il tentera une telle négociation mais il se heurtera, lui aussi, au refus du gouvernement israélien.

https://blogs.mediapart.fr

Publicités