Mots-clefs

, ,

Marine Le Pen a affirmé avoir eu un échange téléphonique avec le nouveau président pour le féliciter de sa victoire, et lui a « souhaité de réussir ».

 AFP

Marine Le Pen, le 7 mai. REUTERS/Charles Platiau TPX IMAGES OF THE DAY

Emmanuel Macron est devenu, dimanche 7 mai, le nouveau président de la République française, en remportant le second tour de l’élection avec 65,5 % des voix, contre 34,5 % pour Marine Le Pen.

Marine Le Pen a affirmé avoir eu un échange téléphonique avec le nouveau président pour le féliciter de sa victoire, et lui a « souhaité de réussir ». Elle en a profité pour remercier les électeurs qui lui ont « fait confiance », promettant au passage une « transformation profonde » du Front national :

« Par ce résultat historique et massif, les Français ont fait de l’alliance des patriotes la première force d’opposition. »

« Constituer une nouvelle force politique »

« Le premier tour a entériné une décomposition majeure de la vie politique française par l’élimination des partis anciens », a-t-elle dit dans une allusion au Parti socialiste et aux Républicains, dont les candidats ont été évincés le 23 avril. « Ce second tour organise une recomposition politique de grande ampleur autour du clivage entre les patriotes et les mondialistes », a-t-elle ajouté.

« Le Front national, qui s’est engagé dans une stratégie d’alliance, doit lui aussi profondément se renouveler, afin d’être à la hauteur de cette opportunité historique et des attentes des Français. Je proposerai donc d’engager une transformation profonde de notre mouvement afin de constituer une nouvelle force politique que de nombreux Français appellent de leurs voeux. »

La présidente en congé du FN n’a pas donné de précision sur la forme que prendrait son parti à l’issue de cette « transformation ».

Dupont-Aignan « assume »

Sur France 2, Nicolas Dupont-Aignan, qui avait rallié Marine Le Pen entre les deux tours de l’élection présidentielle, a dit qu’il « ne regrette pas son choix » et « l’assume par conviction ».

« Je félicite le nouveau président. Certes le nouveau président est très jeune, mais la politique qu’il va mener est très vieille. »

Publicités