Mots-clefs

,

Laurent de Boissieu

La victoire à l’élection présidentielle d’un candidat de centre gauche, Emmanuel Macron, n’a pas remis en cause l’union entre Les Républicains et l’UDI. Les deux partis de droite ont en effet présenté, ce mercredi, leur projet et leur étiquette aux élections législatives: « Majorité pour la France, Union de la droite et du centre (sic) ».

Peut-être il y aura-t-il quelques ralliements à la nouvelle majorité présidentielle avant les législatives. Mais le cas Manuel Valls a conforté l’UDI et les juppéistes LR dans l’idée qu’une démarche collective était préférable à un ralliement individuel.

L’UDI – regroupement de plusieurs composantes – va même profiter du scrutin de juin pour pérenniser son existence, puisque l’ensemble de ses candidats se rattacheront dorénavant à une même structure de financement, l’Union des démocrates, radicaux et libéraux (UDRL), dont les statuts ont été déposés au Journal Officiel et la marque à l’INPI le 6 avril.

Tout dépendra ensuite du résultat des élections législatives:

– En cas de majorité absolue LR-UDI à l’Assemblée nationale: la droite gouvernera, avec François Baroin (LR) à Matignon. C’est l’hypothèse d’une cohabitation, privilégiée par les sarkozystes et les fillonistes.

– En cas de majorité relative pour l’union LR-UDI ou bien pour la majorité présidentielle: la droite restée unie sera en position de négocier avec Emmanuel Macron un gouvernement de coalition. C’est l’hypothèse semble-t-il privilégiée par l’UDI et les juppéistes.

– En cas de majorité absolue pour la majorité présidentielle: la droite sera dans l’opposition (avec sans doute de nouvelles défections individuelles… voire collectives?).

http://www.ipolitique.fr/

Publicités