Mots-clefs

, ,

Marine Van Der Kluft

Edouard Philippe, Premier Ministre, a annoncé jeudi 18 mai 2017 la nomination d’un médiateur sur le dossier Notre-Dame-des-Landes. Au moment du référendum, Nicolas Hulot avait fait connaître son opposition au projet.

Notre-Dame-des-Landes

Les militants occupent la ZAD (zone à défendre) pour bloquer la construction de l’aéroport. LOIC VENANCE / AFP

C’est la question que tout le monde se pose. L’arrivée de Nicolas Hulot au premier gouvernement du quinquennat d’Emmanuel Macron, comme ministre de la Transition énergétique et solidaire, va-t-elle faire avancer le dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au point mort depuis plusieurs mois ? Et surtout… dans quel sens ? Si les habitants de Loire-Atlantique avaient voté en faveur du projet lors du référendum de juin 2016, le dossier est bloqué du fait de l’occupation du terrain par des militants. A l’époque du référendum le médiatique écologiste s’était déjà prononcé contre la construction de l’aéroport, sujet hautement polémique.

Un médiateur aura 6 mois pour statuer sur Notre-Dame-des-Landes

Le ministre fraichement désigné ne s’est pas encore exprimé sur le sujet, mais les opposants au projet se réjouissent de cette nomination. « Vous n’imaginez pas une seconde qu’avec Nicolas Hulot entré au gouvernement, Notre-Dame-des-Landes puisse se faire« , a dit Pascal Canfin, directeur de WWF France, au micro de France Inter ce matin (18 mai 2017). Si l’hypothèse est donc impensable selon celui qui fut aussi ministre de François Hollande, l’actuel Premier ministre Edouard Philippe prend lui plus de précautions. « Il y aura un médiateur qui va permettre de mettre l’ensemble des choses sur la table, d’étudier l’ensemble des options, et ensuite nous prendrons une décision qui sera assumée, qui sera claire« , a-t-il déclaré sur l’antenne France Inter, où il était intervenu quelques minutes auparavant. Ce médiateur aura 6 mois pour trouver une solution et étudiera notamment la possibilité d’agrandir l’aéroport actuel de Nantes.

Emmanuel Macron avait été interpellé sur Notre-Dame-des-Landes par Hubert Reeves

En octobre 2016, Edouard Philippe s’était exprimé en faveur de la construction de l’aéroport. Les discussions sur le sujet entre le chef du gouvernement et son ministre de la Transition énergétique et solidaire s’annoncent donc tendues. Sur France Inter, il a cependant tenu à rassurer : Nicolas Hulot aura dans ses nouvelles fonctions l’occasion de « mettre en oeuvre des convictions auxquelles il croit ».

Et Emmanuel Macron dans tout cela ? En février 2017, celui qui n’était alors que candidat à la présidence de la République avait été interpellé sur cette question par le célèbre astrophysicien Hubert Reeves, devant les caméras de Sciences et Avenir. Le fondateur d’En Marche ! avait répliqué : « Sur Notre-Dame-des-Landes, je pense qu’aller en arrière sur ce débat maintenant est un signal qui à mon avis n’est pas le bon et donc ce n’est pas celui que j’ai retenu », précisant ultérieurement vouloir nommer un médiateur s’il était élu.

https://www.sciencesetavenir.fr

Publicités