Étiquettes

Par Delphine Cuny 
Les Français détiennent le record européen d'émission de chèques, même si l'usage est en déclin continu.
Les Français détiennent le record européen d’émission de chèques, même si l’usage est en déclin continu. (Crédits : AF et JC)
La Banque de France et les établissements financiers veulent faire mieux connaître les alternatives électroniques au chèque, dont l’usage diminue lentement. Les Français signent près de 7 chèques sur 10 émis en Europe. Virement, prélèvement ponctuel ou récurrent, d’autres moyens sécurisés existent, explique l’un des experts de la Banque de France.

« Payer autrement que par chèque, c’est possible ! » explique un petit dépliant que vient de dévoiler la Banque de France. Pourtant, chez le médecin, le coiffeur ou auprès d’un artisan, il est souvent encore le seul mode de paiement accepté, avec les espèces, en raison de sa gratuité apparente : il génère des coûts pour les banques (estimés à 2,5 milliards d’euros par an) et les commerces, coûts de traitement, d’acheminement et de fraude, moins visibles que les commissions sur les transactions par carte bancaire.

A l’heure de la banque en ligne, du paiement sans contact et des services bancaires sur mobile, ce titre de créance sur papier, inventé par les banquiers anglais au XVIIIe siècle et introduit en France en 1865, fait de la résistance. C’est une particularité hexagonale : même s’ils lui préfèrent la carte bancaire depuis 2003, les Français détiennent le record d’émissions de chèques en Europe. Près de 7 chèques sur 10 émis dans l’UE viennent de France (69,4%), les Britanniques (17,3% du volume) et les Italiens (6,4%) nous suivant loin derrière… Le montant moyen d’un chèque en France est de 507 euros, contre 46 euros pour la carte.

Chèque paiement France vs EU

Nouvelle baisse estimée à 8% en 2016

L’usage du chèque baisse lentement en France, en moyenne deux fois moins vite que dans d’autres pays : il a reculé de 7% en volume et de 3% en valeur en 2015. Les Français ont ainsi signé 2,3 milliards de chèques en 2015, selon les derniers chiffres consolidés de la Banque de France en octobre 2016 (ceux de l’année passée seront publiés en juillet).

En 2016, la tendance serait similaire, avec une baisse de 8% estimée en volume, nous confie Christian Gnanou, responsable des paiements en France (hors monétique) à la Société Générale.

Le chèque représente encore de l’ordre de 11,3% des paiements en volumes, le plus fort taux de toute l’UE derrière Malte à 21,6%, devant Chypre (8,1%) et l’Italie (3,9%), selon les données de la Banque centrale européenne (BCE).

En valeur, la place du chèque est encore plus impressionnante : ces milliards de chèques représentent un montant cumulé de 1.173 milliards d’euros, soit 2,4 fois plus que le total des paiements par carte (472 milliards d’euros). Un montant cependant divisé par deux en quinze ans et qui ne pèse que 4,4% des paiements scripturaux.

Pour mémoire, les espèces seraient utilisées dans 55% des transactions mais représenteraient moins de 5% en valeur selon des estimations convergentes citées dans le rapport Pauget et Constans sur l’avenir des moyens de paiement.

Chèque vs moyens paiement BdF France

Or le chèque ne fait pas partie des moyens de paiements prévus dans le cadre de l’espace unique de paiements en euros (SEPA) et le gouvernement, dans la stratégie nationale sur les moyens de paiements présentée par Michel Sapin en octobre 2015 a prévu des actions de pédagogie pour réduire l’utilisation des chèques.

Le virement se taille déjà la part du lion

Le prélèvement a dépassé le chèque en nombre de transactions pour la première fois en 2010 et en valeur en 2013. Il reste cependant majoritairement utilisé pour les paiements récurrents, tels que les impôts et la facture d’électricité.

Le virement se taille déjà la part du lion des paiements scripturaux en valeur (88%, soit 23.370 milliards d’euros), mais cette part reste en-deçà de la moyenne de la zone euro (92%) ou de l’Union européenne (93%). En volume, il s’est imposé devant le chèque en 2011.

Il ne faut cependant pas enterrer trop vite le chèque, qui reste apprécié des populations les moins à l’aise avec le numérique, personnes âgées et ménages modestes. La tentative du gouvernement de ramener la durée de validité du chèque à six mois avait fait long feu l’an dernier, les députés l’ayant rétablie à un an et 8 jours.

« Dans cinq ans, nous pensons qu’il y aura encore des chèques en circulation » estime Christian Gnanou, de la Société Générale.

C’est dans ce contexte qu’intervient la communication sur les alternatives au chèque, notamment le virement et le prélèvement SEPA, lancée par le Comité national des paiements scripturaux (CNPS) – une enceinte de concertation créée en avril 2016, qui regroupe la Fédération bancaire française (FBF) et l’Association des trésoriers d’entreprises, sous la présidence de la Banque de France, le tout conjointement avec le Comité consultatif du secteur financier (CCSF).

Alexandre Stervinou, chef du service de la surveillance des moyens de paiement scripturaux à la Banque de France, nous explique la démarche et les enjeux.

LA TRIBUNE – Quel est le but de cette communication sur les alternatives électroniques au chèque ?

ALEXANDRE STERVINOU – L’objectif est avant tout d’accompagner la décroissance de l’utilisation du chèque, chez les particuliers et entre les entreprises, qui était de 7% en 2015 après un recul de 5% en 2014. Dans le cadre des travaux du Comité national des paiements scripturaux (CNPS), cette première initiative de communication, sous forme de dépliants pédagogiques, vise à mieux faire connaître les alternatives au chèque, qui fait encore l’objet d’une utilisation importante notamment dans les relations interentreprises.
Or il existe des alternatives crédibles et sûres. Il y a la carte de paiement, dont il faut favoriser l’acceptation, même pour de petits montants. Il y a aussi les moyens de paiement SEPA, le virement et le prélèvement, lequel peut être ponctuel ou récurrent.

Quels sont leurs points forts par rapport au chèque ?
Même si le chèque est sûr, les alternatives électroniques apportent un plus : ce sont des instruments très sécurisés, comportant des mécanismes d’authentification du donneur d’ordre. Autre caractéristique appréciable : le temps réel ou quasi-réel, ce qui n’est pas le cas du chèque, et la maîtrise de l’exécution de l’ordre ainsi que de la date de valeur. Le virement peut aussi être référencé et donc faciliter la réconciliation de facturation. Il y a là un enjeu important de gestion de trésorerie, que l’on soit une association, une PME ou une grande entreprise, mais aussi un simple particulier.

Pourquoi le chèque fait-il de la résistance en France ?
Les habitudes y sont pour beaucoup: le chèque est un moyen simple de paiement pour les particuliers. C’est aussi une question de culture, comme on le voit en Grande-Bretagne et en Italie (qui sont les deux autres pays européens grands consommateurs de chèques). Mais en Belgique par exemple, malgré la proximité géographique, le prélèvement est beaucoup plus fréquent.
Certaines mesures peuvent accélérer cette décroissance : par exemple, les chèques, même de banque, ne sont plus acceptés pour les transactions immobilières en France, le virement est obligatoire [depuis 2013 au-dessus de 10.000 euros et depuis 2015 au-dessus de 3.000 euros, ndlr]. Nous observons aussi que les banques en ligne proposent de moins en moins le chéquier par défaut à leurs clients.

Peut-on imaginer la fin du chèque en France et à quel horizon ?
Si l’on regarde la courbe de décroissance, nous partons de loin puisque les Français signent encore plus de 2 milliards de chèques par an. Le chèque a encore des années d’existence devant lui.

Courbe paiements chèque etc France 2015

Mais clairement, le domaine des paiements évolue rapidement, se modernise et il y aura de plus en plus d’innovations offertes aux particuliers et aux entreprises. Dès novembre prochain, il sera par exemple techniquement possible de réaliser des virements instantanés, qui se traduisent par un crédit en compte du bénéficiaire sous 20 secondes.

http://www.latribune.fr/

Publicités