Mots-clés

, ,

Le 29 mai, Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine au château de Versailles, pour y évoquer les relations bilatérales et la situation en Syrie et en Ukraine.

Intervention d’Emmanuel Macron : 

«Notre priorité absolue c’est la lutte contre le terrorisme, l’éradication des groupes terroristes et en particulier Daesh. C’est le fil directeur de notre action en Syrie. Au-delà du cadre de la Coalition je veux renforcer la coopération avec la Russie»

«Je souhaite que nous puissions organiser une transition démocratique mais en préservant un Etat syrien. Dans la région, les Etats faillis sont une menace pour nos démocraties.»

«Toute utilisation d’armes chimiques fera l’objet de représailles et d’une riposte immédiate de la part des Français.»

«Sur la situation en Ukraine […], notre souhait, c’est que dans les meilleurs délais puisse se tenir un échange dans le format Normandie avec l’Allemagne et l’Ukraine […]. Je souhaite que nous souhaitions, dans le cadre de Minsk, aboutir à une désescalade de ce conflit.»

«J’ai rappelé au président Poutine l’importance de plusieurs sujets qui touchent à la fois à nos valeurs et nos opinions publiques. J’ai rappelé à cette occasion l’importance pour la France du respect de toutes les personnes, de toutes les minorités et de toutes les sensibilités dans la société civile. Nous avons évoqué le cas des personnes LGBT en Tchétchénie mais également le cas des ONG en Russie. Sur ces sujets j’ai très précisément indiqué au président Poutine les attentes de la France, et nous sommes convenus d’avoir un suivi extrêmement régulier ensemble. Le président Poutine m’a d’ailleurs prévenu avoir pris des initiatives sur le sujet des personnes LGBT en Tchétchénie.»

«Un forum franco-russe des sociétés civiles sera mis en place, qui permettra un travail plus étroit entre nos sociétés civiles, sur le plan culturel, de la recherche, et de l’éducation.»

Intervention de Vladimir Poutine : 

«Dans l’entourage d’Emmanuel Macron il y a beaucoup de gens qui parlent russe. J’espère que ce ne sont pas des spécialistes de l’Union soviétique, mais de la Russie au sens large. […] J’espère qu’il y aura plus de gens qui nous comprennent, pour discuter en détail de nos intérêts mutuels.»

«Nous partageons l’idée que le but principal que nous avons est la lutte contre le terrorisme.»

«En ce qui concerne le problème syrien, notre position est claire […] nous estimons que l’on ne peut pas combattre la menace terroriste en détruisant l’Etat.»

«Nous invitons monsieur le président en Russie, j’espère qu’il pourra passer quelques semaines à Moscou.»

Concernant la propagande Russe:

Emmanuel Macron :

«Russia Today et Sputnik ont été des organes d’influence et de propagande», a déclaré Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse aux côtés de Vladimir Poutine, affirmant que les deux médias ont «produit des contre-vérités sur [sa] personne».

«J’ai toujours eu une relation exemplaire avec les journalistes étrangers, encore faut-il qu’ils soient journalistes. Les responsables politiques ont la responsabilité de dire les choses. Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d’influence. Russia Today et Sputnik ont été des organes d’influence durant cette campagne et ont diffusé à plusieurs reprises des contre-vérités sur ma personne et ma campagne et donc j’ai considéré qu’ils n’avaient pas leur place, je vous le confirme, dans mon quartier général. La totalité des journalistes étrangers, y compris russe, ont eu accès à ma campagne. C’est simple sont ainsi ce seront toujours les mêmes. C’est en cela qu’il était grave que des organes de presse étrangers aient interféré en répandant des contre-vérités graves dans une campagne démocratique. Et à cela je ne céderai rien. Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes, mais ils se sont comportés comme des organes d’influence, de propagande, et de propagande mensongère, ni plus ni moins.»

Vladimir Poutine : 

«En ce qui concerne la prétendue intervention dans les élections, nous n’avons pas évoqué cette question. Monsieur le président n’a pas émis d’intérêt concernant cette question, et moi je ne pense pas qu’il y a matière à en discuter.»

Les élections françaises , la visite de Marine le Pen , les droits de l’homme

Emmanuel Macron :

«Concernant les dernières élections françaises, nous l’avons évoqué lorsque le président Poutine m’a appelé pour me féliciter. Moi je suis un pragmatique. Je lui ai dit ce que j’avais dire, il m’a dit ce qu’il avait à dire et j’avance. […] Quand j’ai dit les choses une fois je n’ai pas pour habitude d’y revenir.»

Emmanuel Macron :

«Je crois que ça a été un échange extrêmement franc, direct. Avec beaucoup de choses qui se sont dites. […] Nous nous sommes, je crois, tout dit. Nous partageons des désaccords, mais nous avons vu comment construire de manière concrète une action commune.»

«sur le cas des droits de l’Homme […] nous en avons parlé. Ce n’est pas servir ces cas particuliers que de les évoquer en public […] mais je ne céderai rien»

Vladimir Poutine :

«Nous sommes prêts à accueillir tout le monde à toute heure ; et si madame Le Pen nous a demandé de venir, à quoi bon le lui refuser ? Cela nous a été important qu’elle a toujours soutenu l’idée de développement avec la Russie. Ce serait au moins étrange de notre côté de rejeter les hommes politiques européens qui ont envie d’avoir une coopération avec la Russie. Cela ne veut pas du tout dire que nous avons essayé d’influencer les élections, et cela est impossible.»

https://francais.rt.com

 

Publicités