Mots-clefs

, , ,

Par Jean-Dominique Merchet

Un rapport sénatorial pointe la dépendance de la France en matière de drone Male (Moyenne altitude longue endurance) un sujet que ce blog a très tôt abordé. Voici un extrait de ce rapport qui résuem bien la situation des Reaper américains mis en oeuvre par l’armée de l’air :

« L’enjeu de souveraineté est primordial et trop méconnu. Notre dépendance à l’égard des États-Unis est aujourd’hui très grande, à de multiples titres. La décision a été prise au cours de l’été 2013 d’équiper l’armée de l’air de drones Reaper, fabriqués par l’industriel américain General Atomics et disponibles « sur étagère », étant donné les volumes produits pour l’armée américaine. (…)

Le choix en urgence du Reaper a eu pour conséquence l’absence de maîtrise sur la maintenance et sur l’architecture des systèmes, ainsi que sur la formation et sur l’emploi de nos drones.

En ce qui concerne la maintenance, pour raccourcir les délais de livraison, l’US Air Force a autorisé une ponction sur la chaîne de production de systèmes initialement prévus pour son usage, donc au standard « block 1 », celui des deux premiers systèmes livrés à la France. En conséquence, les techniciens français n’ont pas accès à ces systèmes, dont la maintenance ne peut être effectuée que par l’industriel américain, présent sur site.

À propos de l’absence de maîtrise de l’architecture des systèmes, je veux citer l’exemple de l’acquisition d’une charge utile de renseignement d’origine électromagnétique (ROEM), prévue par la loi de programmation militaire actualisée. L’acquisition d’une charge américaine a été engagée, ce qui veut dire que la confidentialité du flux de données captées n’est absolument pas garantie.

Quant à la formation des pilotes, elle est assurée pour l’essentiel sur une base américaine du Nouveau-Mexique, où les besoins de la France sont en concurrence avec ceux, importants, de l’armée de l’air américaine. La livraison à Cognac d’un vecteur et, prochainement, d’un simulateur devrait toutefois nous permettre de nous extraire au moins partiellement de cette dépendance.

En ce qui concerne la zone de déploiement autorisée, à savoir, à l’étranger, la bande sahélo-saharienne, tout autre usage devrait faire l’objet d’une nouvelle autorisation dans le cadre d’une procédure passant par le Congrès américain, d’où de possibles aléas politiques. Même si cela reste à confirmer par la nouvelle administration américaine, il est aussi probable qu’il faille une autorisation du Congrès pour armer nos drones, qui nous ont été vendus à des fins d’observation.

Le passage au standard « block 5 », c’est-à-dire au standard export, pour les deux systèmes à livrer en 2019 doit permettre de réduire au moins partiellement notre dépendance : les mécaniciens français pourront intervenir sur les appareils – on ignore encore si cela s’appliquera à tout ou partie du Reaper – ; l’armée de l’air devrait devenir autonome pour la formation des pilotes ; l’adaptation de charges utiles différentes, non américaines, s’agissant notamment des charges ROEM, sera facilitée ; enfin, ce standard ne devrait plus être assorti de restrictions concernant les zones de déploiement.

Ces évolutions doivent encore être confirmées. Si la situation actuelle des relations franco-américaines nous permet d’accepter aujourd’hui un certain degré de dépendance, à court et moyen terme, peut-on y consentir durablement ? Nous ne le pensons pas. »

Ajoutons que à Niamey (Niger), au moins dans un premier temps, les drones Reaper de l’armée de l’air ne pouvaient décoller et atterrir qu’avec la participation de techniciens américains.

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense

Publicités