Mots-clés

Quel président sera Macron ?

Avec une majorité absolue, qu’en fera Macron ?

Depuis plusieurs jours et l’avance écrasante de son mouvement aux législatives, la question se pose dans de nombreux milieux. D’abord la presse s’inquiète ouvertement de l’attitude du Premier Ministre ( reflet du Président) sur les restrictions de déplacements de ses journalistes, certains acceptés aux conférences de presse de l’Elysée, d’autres refusés selon leurs opinions politiques. Puis plusieurs journaux sont trainés en justice ou menacés pour avoir révélé des détails importants sur la politique du gouvernement. L’exemple c’est un journal poursuivi pour des secrets sur la loi du travail.

Les abstentionnistes enfin se réveillent sur cette majorité absolue « chambre introuvable » pour reprendre le mot d’un roi, qui interdirait tout débat et donnerait des pouvoirs irréalistes à Macron. Il serait temps que les Français prennent conscience de cette république bananière où seules les ordonnances dirigeraient le pays et où « En Marche » imposerait aux citoyens des mesures contraires à nos principes et à nos opinions.

La presse est déjà muselée, puis ce sera notre tour sur les réseaux sociaux car la chasse aux sites et blogs qui ne « marchent » pas dans le sens des propositions et faits du gouvernement seraient bloqués et interdits comme mon Facebook a été désactivé, suite à des caricatures mises sur mon compte.

La tentation avec une assemblée godillot, à la botte de Macron et de sa suite, sera de limiter les libertés de chacun surtout si elles semblent abusives aux autorités. Qui peut décider de ce qui est acceptable, controverse, opposition abjecte, opinions non valables ?

Une commission genre Stasi pourrait être mise en place pour contrôler tout ce qui se dit, s’écrit, se dessine sur les réseaux sociaux. Silencieusement, sans éclats, la censure se mettrait « en marche » pour bâillonner toute sorte d’opposition.

Alors abstentionnistes, citoyens de toutes opinions, votez en masse contre les candidats de « République en Marche » pour limiter le pouvoir législatif de Macron. Donnez-lui une majorité relative car cela l’obligerait à consulter les autres partis et à avoir leur avis. Dans notre cas de figure qui, selon les sondages, écraserait l’opposition, mieux vaut 30 élus Les Insoumis et 30 élus FN avec 180 élus les Républicains qui formeraient alors un contre pouvoir et ralentiraient ses ambitions de tout saisir entre ses mains.

Si lundi, la « République en Marche » a ses 450 élus comme prévus, Françaises et Français ne venez pas chialer sur mon blog ou vous plaindre dans quelques semaines quand vous comprendrez qui est Macron !

Attention à ce que le texte de Hobbes dans le Léviathan ( 1651), sujet du bac philo aujourd’hui, ne s’applique pas à la France sous Macron :

« La liberté des sujets ne réside, par conséquent, que dans les choses que le souverain, en réglementant les actions des hommes a passées sous silence par exemple la liberté d’acheter, de vendre et de conclure des contrats les uns avec les autres, de choisir leur résidence, leur genre de nourriture, leur métier, d’éduquer leurs enfants comme ils le jugent convenable »

Méfiez-vous car c’est peut-être bientôt tout ce qui vous restera comme libertés !

Un mot pour Nathalie Morizet Kosciusko: son interpellation et bousculade par certainement un membre des LR, furieux de voir la défaite cuisante de son parti n’est que le prélude de ce risque de se passer si En Marche rafle la mise. NMK a faussé le jeu électoral dés le début: il a soutenu Macron pensant avoir un poste dans son gouvernement, invité ses électeurs à voter Macron ainsi d’ailleurs que bien d’autres LR, ce qui a divisé et pulvérisé le parti. Je n’accepte pas son agression physique mais je comprends la virulence verbale de son antagoniste.

http://sleazy-caricatures.over-blog.com/

 

Publicités