Mots-clefs

,

afp,

François Bayrou et Marielle de Sarnez à Paris, le 25 juin 2016 / AFP/Archives

François Bayrou et Marielle de Sarnez à Paris, le 25 juin 2016 / AFP/Archives

Le ministre de la Justice François Bayrou a annoncé mercredi matin à l’AFP son départ du gouvernement, indiquant qu’il s’en expliquerait dans une conférence de presse à 17H00.

Son bras droit, Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, ne fera pas non plus partie du nouveau gouvernement d’Edouard Philippe, qui sera dévoilé mercredi avant 18H00, a déclaré à l’AFP une source MoDem. Elue dimanche députée de Paris, elle prendra la tête du groupe MoDem à l’Assemblée nationale, fort de 42 élus.

« J’ai pris la décision de ne pas faire partie du prochain gouvernement. Je donnerai une conférence de presse cet après-midi à 17H00 », a déclaré le président du MoDem en assurant que cette décision était la sienne et qu’elle n’avait été dictée par personne, sous-entendu le président Emmanuel Macron.

Le parti qu’il préside, le MoDem, fait l’objet d’une enquête sur l’emploi de ses assistants parlementaires européens.

« Un choix personnel », « il souhaite se défendre », a réagi sur Europe 1 le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, qui a estimé que ce départ du gouvernement « simplifi[ait] la situation » pour Emmanuel Macron.

Au total, après la démission de la ministre des Armées Sylvie Goulard mardi, ce sont les trois ministres issus du MoDem qui quittent le gouvernement. La question de la participation du parti centriste dans le nouveau gouvernement Philippe n’était pas encore tranchée mercredi matin.

La République en marche (REM), le mouvement d’Emmanuel Macron, dispose à elle seule d’une majorité absolue à l’Assemblée avec 308 sièges.

François Bayrou avait présenté la semaine dernière en Conseil des ministres le projet de loi de moralisation de la vie publique, fruit de l’alliance qu’il avait nouée en février en rejoignant Emmanuel Macron. Le maire de Pau devait porter ce texte au Parlement cet été.

Publicités