Mots-clefs

Ce devait être un « remaniement technique ». Finalement, suite au départ de trois ministres du Modem (François Bayrou, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez) et du ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, le remaniement a été plus large que prévu.

Ce nouveau gouvernement est nettement plus étoffé que le précédent, passant de 23 membres à 30. Il comporte onze nouveaux noms (5 ministres et 6 secrétaires d’État). Un seul ministre a changé de portefeuille (Jacques Mézard, qui passe de l’Agriculture à la Cohésion des territoires). Le gouvernement reste paritaire (15 hommes et 15 femmes), et le Premier ministre a fait le choix de ne pas y bouleverser les équilibres politiques : parmi les 11 entrants, quatre sont issus de la République en marche, deux de la gauche, deux du Modem, deux des Républicains, et une de la société civile.
Alors que le précédent gouvernement ne comportait que quatre secrétaires d’État, tous placés auprès du Premier ministre, celui-ci en comporte six nouveaux, qui ont été placés auprès de ministres et ont la particularité de ne pas avoir de portefeuille dédié : ils sont simplement « secrétaires d’État placés auprès du ministre de… ». Ce sera une petite déception pour ceux qui espéraient que l’occasion serait saisie pour recréer un portefeuille du logement, de la fonction publique ou de la politique de la ville, par exemple. Certains de ces nouveaux membres du gouvernement pourraient vraisemblablement recevoir dans les jours à venir des affectations précises, par décret, tandis que d’autres resteraient sans affectation, en tant « qu’adjoints » des ministres auprès desquels ils sont placés.

Télécharger l’organigramme du gouvernement Philippe 2 (imprimable, format A3).

En dehors des ministres et secrétaires d’État spécifiquement liés aux collectivités , voici les nouveaux entrants :

Nicole Belloubet, ministre de la Justice
Pour remplacer François Bayrou, le Premier ministre a choisi une éminente juriste de 62 ans, Nicole Belloubet. Professeure de droit public, elle a été membre du Conseil constitutionnel. Nicole Belloubet est socialiste, et elle a été élue locale : première adjointe à la mairie de Toulouse entre 2008 et 2013, en charge de la Culture, et première vice-présidente du conseil régional de Midi-Pyrénées en 2010, en charge de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche.
La nouvelle garde des Sceaux sera une des ministres les plus exposées dès les semaines à venir, puisqu’il lui reviendra de porter, dès l’ouverture de la session parlementaire, le projet de loi « pour la confiance dans notre vie démocratique » initié par François Bayrou.

Florence Parly, ministre des Armées
C’est également une personnalité venue de la gauche qui remplace au ministère des Armées Sylvie Goulard. Énarque de 54 ans, Florence Parly a été membre des cabinets ministériels de Michel Rocard, Pierre Bérégovoy et Lionel Jospin, avant d’être nommée secrétaire d’État au Budget dans le gouvernement Jospin, en 2000. Après avoir été élue au conseil régional de Bourgogne, elle a ensuite entamé une carrière dans le privé, comme directrice adjointe du groupe Air France puis patronne de la branche Voyageurs de la SNCF.

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation
Le remplaçant de Jacques Mézard au ministère de l’Agriculture a été longtemps une figure du Parti socialiste dans la Manche, dont il a présidé la fédération. À 47 ans, Stéphane Travert est conseiller régional depuis 2010 (Basse-Normandie puis Normandie), a été député socialiste de la Manche en 2012 avant d’être réélu dimanche dernier, mais sous l’étiquette REM. Stéphane Travert a été rapporteur de la loi Macron à l’Assemblée nationale, en 2014, date à partir de laquelle il a commencé à se rapprocher du futur président de la République.

Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes
C’est la seule entrante dans le gouvernement Philippe II qui soit issue de la société civile. Placée auprès de Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Nathalie Loiseau, 53 ans, remplace Marielle de Sarnez. Diplomate de carrière, elle a notamment été porte-parole de l’ambassade de France à Washington au début des années 2000, avant de devenir présidente de l’Ena.

Sébastien Lecornu et Brune Poirson, secrétaires d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire
Ces deux jeunes nouveaux membres du gouvernement (31 et 34 ans) placés auprès de Nicolas Hulot sont peu connus du grand public. Sébastien Lecornu est issu des Républicains et très proche de Bruno Le Maire. Avant trente ans, il a été élu maire de Vernon en 2014 avant de prendre la présidence du conseil départemental de l’Eure un an plus tard.
Brune Poirson vient, elle, d’être élue députée REM du Vaucluse, reprenant cette circonscription au Front national. Elle est auto-entrepreneuse dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises et a travaillé, dans ce domaine, en Grande-Bretagne, en Inde et aux États-Unis.
Le périmètre de ces deux secrétariats d’État n’est pas clairement défini. Il le sera peut-être lorsque l’on connaîtra la feuille de route de Nicolas Hulot.

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
Autre « adjoint » pour Jean-Yves Le Drian, le sénateur LR de l’Yonne, Jean-Baptiste Lemoyne, 39 ans. C’est un proche de Jean-François Copé, dont il a été conseiller technique. Malgré son relativement jeune âge, il a déjà derrière lui une carrière d’élu local dans l’Yonne : il a été conseiller général dans ce département en 2008, puis vice-président du conseil départemental, en même temps que conseiller municipal puis, en 2014, maire de Vallery. Il a également été vice-président de la communauté de communes du Gâtinais en Bourgogne.

Geneviève Darrieusecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées
Maire de Mont-de-Marsan et membre du comité directeur de l’AMF, Geneviève Darrieusecq, 61 ans, est médecin de profession. Elle a exercé toutes les fonctions d’élue locale, sous l’étiquette Modem (conseillère départementale et régionale) et vient d’être élue députée des Landes. Elle est également présidente de la communauté d’agglomération de Mont-de-Marsan.

Benjamin Griveaux, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances
Nouvel « adjoint » de Bruno Le Maire à Bercy, Benjamin Griveaux, 39 ans, est un fidèle d’Emmanuel Macron et l’un des créateurs d’En marche. Diplômé de Sciences Po et d’HEC, il a fait partie du cabinet de Marisol Touraine au ministère de la Santé en 2012. Il est vice-président du conseil départemental de Saône-et-Loire, et a été conseiller municipal de Chalon-sur-Saône entre 2008 et 2015 et vice-président de l’agglomération. Il vient d’être élu député de la 5e circonscription de Paris.

F.L.
Publicités