Mots-clefs

, , ,

Par Vianney Passot

Bouvet : « Que des universitaires défendent Houria Bouteldja est un crime contre l'esprit »

ENTRETIEN – En réaction à un article de Jean Birnbaum sur les dérives de l’antiracisme, une vingtaine d’intellectuels a pris la défense, dans une tribune du Monde parue le 20 juin, de Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République citée par Birnbaum. Laurent Bouvet réagit à cette affaire.


Laurent Bouvet est professeur de Science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.


Dans un article du Monde du 10 juin dernier, Jean Birnbaum analysait le malaise d’une partie de la gauche face à certaines dérives de l’antiracisme. Il citait notamment Houria Bouteldja, porte-parole du parti des Indigènes de la République, auteur du très controversé «Les Blancs, les Juifs et nous». En réaction à cet article, une vingtaine d’intellectuels a signé une tribune parue dans Le Monde du 20 juin pour prendre la défense de Houria Bouteldja. Que vous inspire cette tribune et comment expliquez-vous qu’une militante ouvertement raciste, qui semble faire l’unanimité contre elle, même au sein de la gauche, soit encore défendue par certains intellectuels?

Laurent BOUVET.- Cette tribune est le énième signe d’un dévoiement du combat antiraciste dans une partie de l’extrême-gauche et de la gauche (c’est vrai en France comme ailleurs). Cette fois, il s’agit principalement d’universitaires et de chercheurs qui défendent l’essayiste Houria Bouteldja comme une militante antiraciste et féministe. Or celle-ci, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, tient de longues dates, dans ses interventions publiques comme dans ses livres, des propos ouvertement racistes, antisémites et homophobes.

Mais elle le fait au nom de la «domination postcoloniale des Blancs», d’un «racisme d’État» en France ou encore d’une «intersectionnalité des luttes» des «dominés» de toute nature (sociale, raciale, religieuse, de genre…). Pour ses défenseurs, cela est donc légitime car il ne saurait y avoir de racisme de la part des «dominés» ou des «oppressés». Leur lutte est en effet à leurs yeux toujours légitime, quel qu’en soit le moyen, puisque menée au nom de «l’émancipation» de ces dominés ou oppressés.

C’est d’abord ce systématisme, qui sur le fond, pose problème. C’est une absurdité intellectuelle autant qu’historique. À la fois parce que le racisme comme le sexisme, l’antisémitisme comme l’homophobie, ne sont fonctions ni d’une origine sociale (les plus riches…) ni d’une origine géographique (l’Europe…) ni d’une origine ethno-raciale (les «Blancs»…) ni d’une origine religieuse (les Chrétiens…), ni d’un genre particulier (le «mâle hétérosexuel»…), et parce qu’en renvoyer toujours et uniquement la responsabilité historique et à des groupes aussi larges n’a aucun sens. Ne pas comprendre ni reconnaître que dans notre histoire commune, humaine, l’émancipation de l’individu, quelles que soient son origine ou ses différentes appartenances «identitaires», est avant tout le produit de ce que l’on appelle la Modernité occidentale, celle qui, en Europe sur plusieurs siècles, a conduit à «l’invention» des droits de l’Homme, à l’abolition de l’esclavage ou encore à forger les outils intellectuels et politiques de la lutte anticoloniale ou du féminisme entre autres, c’est commettre une grave faute au regard de la réalité des faits. Et c’est la commettre au nom d’une croyance ou d’une «vérité» qui leur serait supérieure.

Que des universitaires, des chercheurs, des savants se commettent dans une telle déformation de la réalité au nom de leur vision politique et militante du monde est un crime contre l’esprit.

Politiquement, ils participent d’ailleurs à une dérive identitaire délétère pour la société. Plus encore, ils desservent le combat antiraciste ou le combat féministe qu’ils prétendent être le leur. En aggravant et en figeant, au nom de cet essentialisme identitaire qu’ils mettent sans cesse en exergue (nous ne pouvons être que ce que notre identité culturelle et sociale nous assigne comme place et rôle dans la société), les différences entre individus et groupes sociaux, ils participent à une fragmentation et au délitement de la société. Et accessoirement au triomphe d’autres promoteurs de ce «tout identitaire» qui eux s’appuient sur d’autres critères qu’ils jugent positifs que sont les racistes d’extrême droite par exemple. Ils se renvoient le ballon, ils sont les deux faces d’une même médaille, les deux pinces d’une même tenaille dont nous ne cessons de subir la pression.

Qui sont les Indigènes de la République, et que défendent-ils?

C’est un mouvement à la fois groupusculaire et très radical qui prétend défendre toute personne («indigène») issue de l’immigration et venant d’un pays colonisé par la France dans le passé. Ces «indigènes» étant traités comme au temps de la colonisation dans le cadre de leur immigration et de leur installation en France: racisme, «islamophobie», discriminations en tous genres… La dimension sociale est parfois mise en avant, comme c’est le cas dans le dernier livre d’Houria Bouteldja, pour expliquer que les situations de chômage ou de précarité vécues par les descendants d’immigrés sont avant tout dues à leur origine.

Bien évidemment, la «doctrine» du PIR conduit à une essentialisation identitaire tant des victimes dominées, que des bourreaux dominants. Chacun appartenant, en raison simplement de son origine, à tel ou tel groupe. Sans aucune possibilité d’en sortir. Ainsi, les soutiens de H. Bouteldja dans Libération écrivent-ils en défense de celle-ci: «Houria Bouteldja évoque ses propres déchirements comme indigène et Blanche ou, plus précisément, «blanchie»». Pour le dire autrement, ces gens sont obsédés par la race, par l’origine. Ils ne voient et conçoivent l’individu qu’au travers de ce prisme.

S’ils étaient laissés à eux-mêmes, dans leur réduit militant d’obsédés de la race qui multiplient ateliers «non mixtes» et manifestations des «racisé.e.s» et de «non blancs», le dommage serait très limité. Mais comme ils sont systématiquement relayés par une presse complaisante avec leur vision du monde (on peut citer Mediapart notamment), par des élus de l’extrême gauche (comme l’élu municipal de Saint-Denis Madjid Messaoudène qui leur ouvre les portes des salles de sa ville) ou par des universitaires et chercheurs qui partagent leur critique de la France et de l’État (ceux de la tribune précitée ou encore très souvent à Paris 8 Saint-Denis), ils sont devenus visibles dans l’espace public. Et leurs idées prennent du poids au sein d’une jeunesse précaire notamment. Même s’ils ont visiblement bien plus de difficultés à convaincre dans les quartiers sensibles que dans les amphis de Paris 8 ou les manifestations parisiennes.

À quel moment l’antiracisme a-t-il basculé dans les dérives actuelles?

Il est difficile de dater précisément un tel basculement. C’est un processus long qui s’est amplifié ces dernières années dans les grandes sociétés multiculturelles occidentales. Il y a plusieurs éléments à prendre en compte.

Pierre-André Taguieff avait déjà parfaitement repéré l’ambiguïté du combat antiraciste (qui partage avec le racisme des éléments communs dans la manière d’essentialiser l’individu) tel qu’il était mené dans les années 1980, par SOS Racisme notamment, dans son livre de 1988 La Force du préjugé.

Pour ma part, j’y ajouterai un élément de contexte plus général que j’appelle le tournant identitaire tel qu’il s’est dessiné aux États-Unis notamment à la fin des années 1960 et au début des années 1970 lorsque les considérations autour de critères identitaires minoritaires (race, sexe, orientation sexuelle, religion, pays d’origine, langue minoritaire…) sont devenues de plus en plus importantes dans les mobilisations politiques et sociales au nom d’un rattrapage historique, d’une reconnaissance de droits ou de valorisation de traits spécifiques de l’identité. Toutes les spécificités ont connu cette évolution, cette «identitarisation» si l’on veut qui est venue selon les cas remplacer, compléter ou transformer le rapport essentiellement social, de classe notamment, qui surdéterminait jusqu’ici les combats politiques, à gauche mais aussi à droite d’une certaine manière.

Ces dernières décennies, en France, il faut y ajouter la dérive plus marquée encore de toute une partie de la gauche, politique, intellectuelle et médiatique. L’abandon d’un projet de transformation ambitieux du capitalisme a conduit à un double effet. Premier effet, le maintien délétère, auprès de nos concitoyens, d’une sorte de geste «de gauche» principalement économiste voire économiciste, tendant soit à un «réformisme» social-libéral, en fait d’acceptation des injonctions à la libéralisation, notamment dans le cadre européen, soit à un anti-capitalisme rhétorique mais parfois très virulent (justifiant notamment un certain degré de violence sociale) dont le seul réel enjeu politique est le maintien d’un niveau élevé de dépenses publiques assurant notamment à la gauche partidaire, syndicale et associative, la permanence de ressources et d’un électorat suffisamment importants pour continuer de compter historiquement.

Le second effet est l’indulgence manifestée au sein de ces deux options d’abord économicistes envers les exigences identitaires les plus marquées, voire les plus caricaturales, issues des revendications de minorités organisées, d’activistes, d’entrepreneurs identitaires… qui ont servi à la fois de relais et d’excuse à l’abandon du projet de transformation du capitalisme. Si bien que la gauche, toutes tendances confondues, est devenue très largement aveugle aux enjeux de l’identité commune, majoritaire, celle d’une société, d’une nation et d’un peuple en proie à de transformations considérables dues à la mondialisation et à la construction européenne.

Cette identité-là a elle-même ainsi été «identitarisée» selon le processus d’essentialisation décrit plus haut, en devant une identité culturelle particulière, celle des «petits Blancs», des «Français de souche», des «Occidentaux» voire des «chrétiens», parmi d’autres. Certes majoritaire (donc toujours déjà coupable envers les minorités) mais surtout captée, dans son principe même, dans son essence…, par l’extrême droite. La boucle infernale de la politique française pendant 30 ans était bouclée: le FN était le parti par définition selon cette logique identitaire de la majorité occidentale, blanche, chrétienne…qui compose la France (qualifiée de «moisie» au regard d’une histoire bien évidemment avant tout raciste, coloniale et esclavagiste), donc tout ce qui pouvait de près ou de loin avoir à faire avec la Nation, les frontières, l’intégration à une culture nationale commune, par l’école notamment, la fierté d’être Français, etc. devenait mécaniquement d’extrême-droite.

Le piège identitaire a broyé la gauche française à partir des années 1980 bien plus encore que ses échecs économiques – qui doivent être évalués eux au regard de ses succès. L’antiracisme, c’est cette histoire-là. Et pour dire les choses simplement, tant que la gauche n’en sortira pas, même dans ses marges, elle n’aura aucune chance de peser sur le destin du pays, quelle que soit son orientation économique.

Comment ces mouvements islamistes sont-ils parvenus, comme le rappelle Jean Birnbaum, à noyauter certains milieux d’extrême-gauche pourtant libertaires, au point de voir l’idéologie de la lutte des races prendre peu à peu le pas sur celle de la lutte des classes?

Aujourd’hui la complaisance dont je parlais plus haut est surtout marquée envers l’islam, considérée par toute une partie de la gauche, pas seulement de l’extrême-gauche, comme la religion par excellence des opprimés et des dominés. Les damnés de la terre sont aujourd’hui d’abord et avant tout les musulmans, et non plus les travailleurs, les prolétaires ou les ouvriers, pour cette gauche, et notamment les musulmans qui vivent dans les pays européens, issus de l’immigration et venus de pays anciennement colonisés. C’est ce qui a permis ces dernières années, alors que partout on assiste à une radicalisation de toute une partie de l’islam, sous des formes qui peuvent être plus ou moins violentes, cette interpénétration étonnante entre l’islamisme et le gauchisme.

On trouve désormais des exemples de cette collusion chaque jour, dont quelques-uns seulement sont médiatisés. Ainsi, le cas de la députée Danièle Obono de la France Insoumise dont on a parlé récemment, qui est de longue date proche du Parti des Indigènes de la République. On peut aussi citer cette affaire en cours à Saint-Denis d’un élu de la majorité municipale, Madjid Messaoudene dont je parlais plus haut, qui s’en prend à une principale de collège de la ville, Véronique Corazza, car celle-ci a simplement souligné le jeu trouble de cet élu avec les islamistes dans sa commune.

Jean Birnbaum rappelle que les Indigènes n’ont pas d’implantation réelle dans les quartiers ni de réelle force militante et ne doivent leur poids qu’à quelques universitaires adeptes de la culpabilisation postcoloniale. Cette querelle d’intellectuels est-elle représentative de ce qui se passe sur le terrain, à La Chapelle-Pajol ou dans les «territoires perdus de la République»?

C’est exactement ce que je soulignais plus haut: s’ils n’avaient pas de relais politiques, universitaires et médiatiques, personne ou presque n’entendrait parler de ces extrémistes de l’identité.

La responsabilité des intellectuels, au sens large, mais des universitaires et des chercheurs au sens plus étroit, est très importante. Car ils apportent la caution de leur savoir, de leur légitimité académique à ces dérives. Ils légitiment des constructions purement instrumentales et politiques au nom d’un savoir qui serait désormais au cœur des sciences sociales. Le détournement de la notion d’intersectionnalité des luttes en est un exemple frappant.

La bataille se joue aussi dans ce monde académique où l’on trouve des militants très radicaux sous les habits du chercheur ou du professeur. On a vu les dégâts que cela pouvait causer après les attentats terroristes notamment lorsque des sociologues en particulier sont intervenus pour disculper les terroristes de toute responsabilité à raison de leur origine sociale, de la laïcité qui contraindrait l’islam ou même de «l’islamophobie» qu’ils auraient subie dans la société française, et notamment de la part de l’État.

Les mêmes sont à l’œuvre pour expliquer qu’il ne se passe rien ou qu’on ne comprend jamais ce qui se passe lorsque des femmes par exemple, puisque vous citez La Chapelle-Pajol, se font harceler ou attaquer dans certains quartiers davantage que dans d’autres. Ce déni du réel qu’on avait vu aussi à l’œuvre à Cologne en Allemagne sur le même sujet pose de lourds problèmes. D’abord parce qu’il ne permet jamais de traiter efficacement les problèmes qui se posent et qui empoisonnent la vie de certains de nos concitoyens, ensuite parce qu’il paralyse tout débat au sein de la gauche et dans le monde intellectuel. Laissant la place libre aux entrepreneurs identitaires et aux tenants des visions les plus fausses autant que les plus extrémistes. On est donc perdant sur tous les tableaux.

J’espère que la prise de conscience, même tardive, de journalistes comme Jean Birnbaum pourra permettre d’avancer un peu et de faire reculer ce cancer identitaire qui a envahi le débat public.

http://www.lefigaro.fr/

Publicités