Mots-clefs

, ,

Au plan technique, la Cour des comptes vient hélas de confirmer – sous forme d’un audit des comptes publics – un dérapage de près de 10 milliards du déficit budgétaire qui s’élève déjà à 72 milliards d’euros. Autrement dit, l’épaisseur du trait que François Hollande laisse, à titre d’ardoise, à Emmanuel Macron est de plus de 12% du déficit voté en loi de finances.

9 milliards de "trou" dans les comptes publics : à qui profite le crime de l'insincérité budgétaire ?

Par Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques.

Après une analyse posée de l’environnement économique et du budget pour 2017, il m’était apparu – dès l’Automne dernier – que trop d’approximations étaient au rendez-vous des travaux du duo Sapin – Hollande.

Au plan technique, la Cour des comptes vient hélas de confirmer – sous forme d’un audit des comptes publics – un dérapage de près de 10 milliards du déficit budgétaire qui s’élève déjà à 72 milliards d’euros.

Autrement dit, l’épaisseur du trait que François Hollande laisse, à titre d’ardoise, à Emmanuel Macron est de plus de 12% du déficit voté en loi de finances.

 On est loin des 2,7% annoncés à renfort de coups de cymbales par Michel Sapin : on tangente en réalité les 3,2% du PIB à titre de déficit de l’Etat.

Belle performance de l’élu de Corrèze qui auto-glorifie son bilan et qui omet pourtant de dire que la France a de surcroît bénéficié de l’alignement des planètes en 2016 : parité de l’Euro compatible avec les exportations, taux d’intérêt bas, maintien en 2016 du prix du pétrole en baisse soit un équivalent d’effet relance chiffré à près de 16 milliards d’euros par Coe-Rexecode ( voir analyses étayées de Denis Ferrand)

Cette dernière année de gestion des finances publiques n’a pas été hasardeuse, elle a été non sincère car le Parlement a été amené à voter sur une loi de finances dont la présidence de la République et Bercy connaissaient les tares d’élaboration.

Il n’y a pas eu de grande rupture conjoncturelle en 2016 qui pourrait justifier les dérapages stigmatisés par la Cour des comptes. Dès lors, on ne peut que crier au loup car le flou a été une tactique d’enfumage de la Nation et de Bruxelles.

Si la dérive des coûts sécuritaires consécutive aux attentats de 2015 et aux opérations militaires extérieures (Opex) dépasse le milliard, force est de constater que les autres dérapages résultent d’une approche clientéliste de la hollandie crépusculaire. Coût des 300.000 chômeurs mis en formation, coût de la hausse du point d’indice des fonctionnaires ( avec impact sur les engagements hors-bilan de l’Etat qui incluent la charge des pensions civiles et militaires ), plan de 3 milliards ( différés dans le temps ) pour la Guyane, baisse de l’impôt sur le revenu pour les catégories modestes avec effet dès le 1er janvier 2017, etc sont autant de coups de canifs à la rigueur budgétaire.

Avec François Hollande, il y a bien eu deux poids deux mesures et les efforts ont été largement supportés par les classes moyennes qui n’intéressaient guère le candidat potentiel à sa propre succession.

Face à cette situation, le trio Macron – Philippe – Le Maire peut appeler à davantage de rigueur et sortir le marteau-pilon de la fiscalité. Attention à cette tentation d’orthodoxie budgétaire qui verrait alors le PLF pour 2018 porter plus de 20 milliards de hausse de CSG ( en contrepartie des baisses promises de charges sociales ) et les 10 milliards de comblement de l’ardoise.

J’ai beaucoup écrit sur la dette et respecte – comme tout un chacun – le principe consistant à ne pas refiler le bébé aux générations futures.

Toutefois, après analyse posée, j’estime préférable de souscrire un endettement additionnel de 10 à 15 milliards plutôt que de se lancer dans un budget contra-cyclique qui ne manquerait pas de porter atteinte à l’embellie conjoncturelle que nous avons la joie d’expérimenter depuis quelques semaines, hors effet Macron s’entend.

http://www.atlantico.fr

Publicités