Mots-clefs

,

https://i2.wp.com/i.f1g.fr/media/figaro/805x453_crop/2017/07/02/XVMdecbf7a2-5f2c-11e7-8eb8-e1cec1c7e2c5.jpg

 Lors de son discours d’inauguration de la Station F à Paris jeudi, où un millier de start-up sont accueillies, le président a évoqué «des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien». La formule, largement reprise, suscite des réactions d’anonymes et de personnalités politiques.

Son discours se voulait un parallèle entre son parcours politique et celui d’un entrepreneur. Mais une phrase choisie par Emmanuel Macron lors de l’inauguration jeudi de la Station F, campus géant dédié aux start-up et initié par Xavier Niel, a éclipsé le reste. «Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien», a affirmé Emmanuel Macron à la Halle Freyssinet. La référence renvoie au passé du lieu, dépôt ferroviaire jusqu’en 2006, le long des voies de la gare d’Austerlitz.

Le président de la République a filé cette métaphore pendant son discours. «Ne pensez pas une seule seconde que si demain vous réussissez vos investissements ou votre start-up, la chose est faite. Non, parce que vous aurez appris dans une gare, et une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien, parce que c’est un lieu où on passe, parce que c’est un lieu qu’on partage», a-t-il dit dans le détail.

Et de conclure: «N’oubliez jamais en faisant changer» votre pays «que vous devez le faire changer pour longtemps, que vous avez à chaque instant cette responsabilité d’être né ou d’avoir grandi aussi dans cette gare, à Paris, en France, en Europe, quelque part dans le monde, et que cela vous l’emmènerez tout au long de votre vie.» L’extrait du discours a été posté dans la soirée sur le compte Twitter d’Emmanuel Macron.

De vives critiques

L’extrait a été repéré et partagé par de nombreux internautes. La formule du président a rapidement fait réagir sur Twitter, engendrant de vives critiques, y compris de la part de certaines personnalités politiques. Martine Billard, secrétaire nationale du Parti de gauche, a évoqué la «morgue de classe» d’Emmanuel Macron. «Propos plus que honteux», a attaqué Florian Philippot. L’ancien ministre Thierry Mariani a dénonce le «mépris du président», tout comme l’ancienne ministre Christine Boutin, Julien Bayou, porte-parole d’EELV ou Pascal Durand, eurodéputé EELV, pour qui ce discours «illustre parfaitement la pensée macronienne». «Ce n’est pas un dérapage, c’est une honte», a également attaqué le psychanalyste médiatique Gérard Miller, soutien de Jean-Luc Mélenchon pendant la campagne présidentielle.

Er si « les gens qui ne sont rien » croisaient les bras tous ensemble serait obligé d’avaler sa morgue de classe https://twitter.com/alanloff/status/880557232080814081 

Pour Macron, il y a en France des gens qui réussissent et « des gens qui ne sont rien »… Propos plus que honteux. https://www.youtube.com/watch?v=yVw0zCu4X30 

« il y a les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » officiel, dans le texte.
Liberté, inégalités, casse toi pov con https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/880527164654968832 

Quand Macron parle de ceux qui réussissent (sous-entendu comme lui) et de ceux qui ne sont rien, ce n’est pas un dérapage, c’est une honte.

Invité de France 3 ce dimanche, Nicolas Dupont-Aignan a de son côté estimé qu’Emmanuel Macron «devrait s’excuser» pour ces propos «profondément méprisants», rapporte Le Lab. «Qu’est-ce qu’on aurait dit», interroge l’ancien candidat de Debout la France, «si Nicolas Sarkozy avait dit cela».

D’autres messages d’internautes reprenant ces propos ont été retweetés plusieurs centaines de fois. Parmi les personnalités ayant commenté cet extrait, le journaliste Aymeric Caron a également critiqué le «mépris de classe».

Écouter attentivement à 0:17
« Les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien »
« Les gens qui ne sont RIEN »
Macron est un malade mental https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/880527164654968832 

Pour Macron, il y a « les gens qui réussissent » et « les gens qui ne sont rien ». Ce n’est plus juste du mépris du classe à ce niveau-là. https://twitter.com/Politis_fr/status/880703809969901573 

Comme le rappelle un internaute, le président de la République a déjà eu à essuyer des accusations de mépris pour des propos tenus par le passé. Alors tout juste nommé ministre de l’Économie, Emmanuel Macron avait évoqué, en 2014, les salariées pour beaucoup «illettrées» des abattoirs Gad, dans le Morbihan. La polémique naissante l’avait poussé à s’excuser. Deux ans plus tard, ses propos tenus lors d’un déplacement dans l’Hérault avaient de nouveau été taxés de mépris: «Vous n’allez pas me faire peur avec votre T-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler», avait-il rétorqué à un salarié gréviste. Plus récemment, sa référence à «l’acoolisme et le tabagisme» dans le Nord lui a également valu une série de réactions critiques. Cette fois, il avait maintenu ses propos, les défendant sur le fond dans un communiqué. Peu après son élection, il a aussi suscité l’indignation en ironisant sur les kwassa-kwassa, des embarcations régulièrement utilisées par des migrants de l’archipel des Comores.

Après les illettrées de Gad, les alcooliques du Nord, les costards, « les gens qui ne sont rien » 😐
pic.twitter.com/fjqv3v5Hb4

Publicités