Mots-clefs

, ,

Emmanuel Macron, a pris la parole, lundi 3 juillet, à la tribune du Congrès, devant les députés et les sénateurs réunis à Versailles.

  • Réduction du nombre de députés et de sénateurs

« La réduction d’un tiers du nombre des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat. » .

« Un Parlement moins nombreux, mais renforcé dans ses moyens, c’est un Parlement où le travail devient plus fluide, où les parlementaires peuvent s’entourer de collaborateurs mieux formés et plus nombreux. C’est un Parlement qui travaille mieux ».

  • Processus législatif simplifié

« mettre un terme à la prolifération législative » et produire moins de lois. «La navette [entre l’Assemblée et le Sénat] pourrait être simplifiée. Je pense même que vous devriez pouvoir, dans les cas les plus simples, voter la loi en commission»,

d’« abroger les lois qui auraient par le passé été trop vite adoptées, mal construites, ou dont l’existence aujourd’hui représenterait un frein à la bonne marche de la société française ».

  • Introduction d’une dose de proportionnelle

M. Macron a proposé l’élection du Parlement « avec une dose de proportionnelle », afin que « toutes les sensibilités y soient justement représentées ».

« La représentativité reste un combat inachevé dans notre pays. Je souhaite le mener avec vous résolument », a-t-il expliqué, proposant aussi une limitation du cumul des mandats dans le temps pour les parlementaires.

  • Discours annuel devant le Congrès

« Trop de mes prédécesseurs se sont vus reprocher un manque de pédagogie, de n’avoir pas précisé le sens et le cap de nos mandats, trop ont pris des initiatives alors que le Parlement n’était pas informé pour que je me satisfasse de continuer cette méthode. »

 « Tous les ans, je viendrai devant vous pour rendre compte. »

 

  • Suppression de la Cour de justice de la République

« les ministres eux-mêmes doivent rester comptables de leurs actions ». A ce titre, il entend donc supprimer « une juridiction d’exception » .

Publicités