Mots-clefs

,

AFP 

 

 

Chargée de la mise en oeuvre rapide d’une réforme phare du nouveau pouvoir en France, la ministre du Travail Muriel Pénicaud est embarrassée par des révélations sur une plus-value boursière de plus d’un million d’euros.

 

Une pratique certes légale mais qui entache son image, en pleins débats sur la moralisation de la vie politique française et sur fond de polémique sur les coupes budgétaires annoncées par l’exécutif.

 

Les sénateurs communistes avaient accueilli jeudi la ministre dans l’hémicycle en brandissant un exemplaire du quotidien L’Humanité, qui a révélé le jour même comment Mme Pénicaud a réalisé une plus-value de 1,13 million d’euros en 2013, alors qu’elle était directrice des ressources humaines chez Danone, au moment même où un plan social frappait 900 salariés du groupe agroalimentaire.

 

« S’il y a quelque chose qui doit scandaliser aujourd’hui, (…) qui entache la confiance dans l’action publique, c’est bien cela », s’est exclamé François Ruffin, député de la gauche radicale, devant l’Assemblée Nationale vendredi.

 

Le patron du syndicat CFDT, Laurent Berger, a évoqué un « niveau de rémunération des dirigeants de certaines entreprises qui dépasse l’entendement ».

 

Une mise en cause qui parasite la mission de la ministre, chargée de la mise en oeuvre rapide de la réforme du code du travail, mesure phare du président Emmanuel Macron.

 

« Chacun a le droit d’avoir et d’exprimer son avis sur le niveau de rémunération », s’est défendue Mme Pénicaud dans le quotidien Le Figaro. « En revanche soyons clairs, l’attribution du plan de stock-options évoqué dans la presse est bien antérieure à l’annonce du plan de départs volontaires, et n’a aucun lien avec ce dernier. Je ne peux donc que regretter ces amalgames », a-t-elle ajouté.

 

Vendredi, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a cherché à dégonfler la polémique en estimant que le cours des actions de Danone ayant monté depuis, la ministre n’avait « finalement pas fait une bonne affaire ».

 

Publicités