Étiquettes

,

 https://scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/v/t31.0-0/p480x480/23511353_1676072475777366_5746751156701113405_o.jpg?oh=2b48ca7ac55851e0f818510a2185fae5&oe=5A62FC90
 
Par Emmanuel Galiero
Le député LR du Pas-de-Calais, absent de la compétition à la présidence de LR, souhaite participer à la reconstruction de «l’ascenseur social français et donner aux Français la juste récompense de leur travail et de leurs efforts».
Il n’a pas réussi à être candidat à la présidence des Républicains, faute d’un nombre de parrainages suffisant sur l’ensemble des départements. Pour autant, Daniel Fasquelle n’entend pas renoncer à ses idées. Le député LR du Pas-de-Calais et trésorier du parti crée donc, à son tour, son mouvement: les Gaullistes sociaux, convaincu que «face à une présidence jupitérienne et une vie politique éclatée et en perte de repères, la doctrine gaullienne n’a jamais été aussi actuelle qu’aujourd’hui », confie-t-il au Figaro.

«À nos amis ou opposants considérant que le gaullisme est un idéal dépassé ou anachronique, nous rappelons à travers notre initiative que le gaullisme n’a pas été qu’un temps de l’histoire»

«C’est dans cette philosophie politique qu’il faut aller chercher les réponses aux défis de notre temps et à la reconstruction de notre famille politique autour du gaullisme social », assure-t-il, voulant se placer dans les pas de «Charles de Gaulle, Michel Debré, Jacques Chaban-Delmas ou Philippe Séguin. Ils ont tracé la voie d’un équilibre social fait d’exigence politique et d’amour charnel de la France dans sa diversité et de la République dans ses valeurs ». Et d’ajouter fièrement: «À nos amis ou opposants considérant que le gaullisme est un idéal dépassé ou anachronique, nous rappelons à travers notre initiative que le gaullisme n’a pas été qu’un temps de l’histoire, qu’il n’a pas été qu’une épopée d’hier .»
Au sein des Républicains, Daniel Fasquelle entend faire vivre cette sensibilité, même si pour le moment, officiellement, il ne soutient aucun des candidats pour la présidence des Républicains. «Nous voulons remettre la valeur travail et le mérite au cœur du projet de la droite », expose le député qui tient à rencontrer Laurent Wauquiez, Florence Portelli et Maël de Calan cette semaine. «Face à un gouvernement qui favorise les plus aisés et délaisse les classes moyennes et populaires, nous devons réparer l’ascenseur social français et donner aux Français la juste récompense de leur travail et de leurs efforts, le mérite doit redevenir la valeur cardinale de la République», appuie-t-il.
«Valeurs fondatrices»
Daniel Fasquelle lancera, ce mardi, son mouvement les Gaullistes sociaux dans un restaurant proche de l’Assemblée, entouré d’une partie des parlementaires qui l’ont soutenu. Léa Boyer (plus jeune candidate de France des Républicains aux législatives, dans le Gard) et Pierre-Henri Dumont (député LR du Pas-de-Calais) seront nommés porte-parole du mouvement. Le mouvement se veut membre de LR. «Les Gaullistes sociaux seront le cœur populaire et enraciné des Républicains, renouant avec ses valeurs fondatrices d’autorité de l’État, d’audace réformatrice mais aussi de rassemblement populaire et d’attention envers les plus faibles », indique-t-il. «L’heure n’est plus à l’attentisme ou au doute. Elle est à l’engagement et à la reconstruction, on ne prépare pas l’avenir dans le désenchantement et la caricature », fait-il valoir en voulant se glisser dans le rôle de «vigie républicaine » face à la politique du gouvernement.