Étiquettes

, , ,

©NobelPrize

Le prix Nobel de médecine a été attribué cette année à deux hommes, l’Américain James P. Allison et le Japonais Tasuku Honjo, pour leurs découvertes sur le traitement du cancer en inhibant la régulation immunitaire négative.

Le prix Nobel de médecine 2018 a été décerné à deux hommes, l’Américain James P. Allison et le Japonais Tasuku Honjo, pour leurs découvertes sur le traitement du cancer en inhibant la régulation immunitaire négative.

Cette année, le prix Nobel « constitue un point de repère dans notre lutte contre le cancer. La découverte faite par les deux lauréats tire profit de la capacité du système immunitaire à attaquer les cellules cancéreuses en libérant les freins sur les cellules immunitaires« , a indiqué le Nobel dans la foulée de l’annonce.

James P. Allison a étudié une protéine qui fonctionne comme un frein sur le système immunitaire. Il a réalisé le potentiel de libérer le frein et de détacher nos cellules immunitaires pour attaquer les tumeurs. Il a développé ce concept dans une nouvelle approche pour traiter les patients.

De son côté, Tasuku Honjo a découvert une protéine sur les cellules immunitaires et a révélé qu’elle fonctionne aussi comme un frein, mais avec un mécanisme d’action différent. Les thérapies basées sur sa découverte se sont avérées très efficaces dans la lutte contre le cancer.

Cette saison Nobel 2018 se retrouve privée de son prix de littérature après son retentissant report, pour la première fois depuis près de 70 ans.

Ils succèdent ainsi à trois Américains, Jeffrey C. Hall, Michael Rosbah et Michael W. Young, récompensés par ce même prix l’année dernière pour leurs découvertes sur les mécanismes moléculaires contrôlant les rythmes circadiens, c’est-à-dire tous les processus biologiques qui ont une oscillation d’environ 24 heures.

Pour rappel, le prix Nobel de médecine est un prix attribué annuellement à des scientifiques qui se sont distingués par une contribution ou des travaux en physiologie et médecine. Chaque prix Nobel est doté de 9 millions de couronnes (871.000 euros).

Après la médecine suivront, à Stockholm, la physique mardi, la chimie mercredi et l’économie lundi prochain. Entre-temps à Oslo, vendredi, sera dévoilé le lauréat du Nobel de la paix. Cette saison Nobel 2018 se retrouve privée de son prix de littérature après son retentissant report, pour la première fois depuis près de 70 ans, par une Académie suédoise en lambeaux.

Deux ans de prison pour viol

L’annonce du lauréat du prix de « physiologie ou médecine » a d’ailleurs eu lieu quelques minutes après le prononcé du verdict dans le procès de Jean-Claude Arnault, considéré comme le fossoyeur du prix de littérature. Ce Français installé depuis le début des années 1970 à Stockholm vient d’être condamné à deux ans de prison pour le viol en 2011 d’une jeune femme, révélé dans la foulée du mouvement #MeToo en novembre 2017.

Le scandale a mis au jour les liens étroits entre Jean-Claude Arnault, marié à une académicienne, et l’Académie suédoise qui finançait son club stockholmois et observait le mutisme complet sur ses écarts de conduite pourtant notoires, selon ses accusatrices. Les 18 académiciens se déchirent depuis sur la façon de gérer la crise. Plusieurs d’entre eux se sont mis en congé de l’institution, incapable dès lors de fonctionner et en particulier de sélectionner un Nobel.

Pour la première fois depuis 1949, le prix de littérature est donc reporté et sera annoncé l’an prochain en même temps que le prix 2019. Si tout va bien… « Je croise les doigts mais telles que sont les choses à l’heure actuelle, je ne suis pas certain« , s’inquiète ainsi Hakan Bravinger, éditeur chez Norstedts, deuxième plus grande maison suédoise.

Publicités