Étiquettes

,

La catastrophe du carnage de la préfecture de police de Paris a révélé ou plutôt confirmé deux éléments assez effrayants concernant ce qui arrive à notre pays.

Tout d’abord on apprend effaré que le saint des saints, le sanctuaire, le cœur du réacteur du système policier chargé de nous protéger était infiltré par un islamiste (thèse désormais irréfutable) qui n’a pas hésité à massacrer à coups de couteau quatre de ses collègues fonctionnaires de police. Ensuite on constate que l’État est dirigé par une bande de menteurs et de manipulateurs qui déversent une propagande destinée à minimiser un grave danger et à tenter de masquer leur responsabilité pourtant écrasante.

Alors, premier réflexe ô combien compréhensible, nombreux sont ceux qui appellent à la démission de Castaner. À l’appui de cette revendication, on déroule le palmarès ahurissant du marlou du macumba au poste pourtant essentiel de ministre de l’intérieur chargé de la protection de la sécurité et de la liberté des Français. Ses dernières saillies à propos de la tragédie de la préfecture sont présentées comme la citerne qui ferait déborder un lac pourtant déjà bien rempli.

C’est une erreur !

Dans les agissements et les sorties de l’engin, il est vrai qu’on a du mal à faire le tri entre la réelle stupidité, le cynisme et la mythomanie. Mais dans le système actuel il est à sa place. Pour deux raisons essentielles :

  • tout d’abord, s’il quittait son poste, il aurait un successeur probablement encore plus calamiteux, recruté au sein de la petite bande dont dispose Emmanuel Macron ou le pire est toujours sûr. Regardez ce qui nous est arrivé avec le préfet de police Lallement, modèle de servilité répressive et de flagornerie avec son maître.
  • Ensuite, le problème n’est pas Castaner MAIS BIEN EMMANUEL MACRON. Son gouvernement est composé d’un mélange de transfuges et d’apostats spécialistes de la reptation visqueuse (coucou Bruno Lemaire), d’opportunistes amoraux (coucou Édouard Philippe, coucou Nicole Belloubet, coucou Jean-Yves le Drian) et d’improbables imbéciles (coucou Marlène Schiappa, coucou Sibeth N’Diaye, coucou Christophe Castaner justement). Et on connaît le vivier dans lequel Macron piocherait pour remplacer Castaner en cas de démission, il contient des athlètes du niveau d’Aurore Bergé et de Gilles Legendre (oscours !).

Le coup d’État financier, médiatique et judiciaire perpétré en 2017 a installé à la tête de l’État une bande minoritaire et illégitime. Incarnée par celui qui est leur chef, Emmanuel Macron. Il est impératif de mettre fin à la séquence inaugurée par cette opération. La sauvegarde de notre pays et de son État, que ces gens abîment tous les jours passe par le départ du locataire actuel de l’Élysée et de toute sa bande. La démission de Castaner et son remplacement (par Lallement ?) lui donnerait un bol d’air et constituerait pour l’intérêt de notre pauvre pays malade, la pose d’un pansement sur une jambe de bois. Alors que son maintien isole encore un peu plus un pouvoir dont il convient de rappeler encore et toujours qu’il est complètement minoritaire.

Décidément, gardarem lou Castaner !

Source: https://www.vududroit.com/2019/10/3811/