Étiquettes

, ,

Le vice-président des Républicains propose d’«envisager une volonté commune» avec l’ancien ministre socialiste de l’Économie pour «revenir à la souveraineté populaire».

Par Pierre Lepelletier

En politique, les soutiens viennent parfois de là où on s’y attend le moins. De plus en plus tenté par une candidature à la présidentielle, Arnaud Montebourg, ancien ministre de l’Économie de François Hollande, a été salué mardi 12 janvier par le député LR Guillaume Peltier. «Je sais qu’on a des divergences sur les questions régaliennes. Mais quand je lis son interview du week-end au Point ,où il parle de souveraineté face à la mondialisation, des relocalisations industrielles, d’un patriotisme économique, de réinventer le libéralisme, non pas à l’anglo-saxonne, mais en se fondant sur la liberté des nations, oui, je trouve qu’il y a des points communs», a-t-il affirmé sur LCI.

Bertrand salue aussi Montebourg

Si ses intentions restent encore bien floues, le vice-président des Républicains va jusqu’à «envisager une volonté commune» avec Arnaud Montebourg «de tourner la page de 40 ans d’échecs en France et de revenir à la souveraineté populaire». Anticipant les critiques de son propre camp, Guillaume Peltier a jugé bon de préciser : «Je suis de droite et je suis fier de l’être, c’est mon histoire». «Mais au-dessus de la droite, et au-dessus de la gauche, il y a la France, le bien commun. 2022 doit être l’opportunité de tourner la page des hauts fonctionnaires de droite et de gauche qui dirigent la France à travers Emmanuel Macron».

Ce n’est pas la première personnalité de droite à tresser les louanges de l’ancien ministre socialiste. Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, également prétendant pour la présidentielle, a confié à L’Opinion lundi : «Lui, il a fait bouger les choses, lui, il a une vision. Je ne partage pas à 100%, mais il y a une véritable volonté».

Le soutien de ces figures de droite passe mal au PS, ancienne famille politique d’Arnaud Montebourg. Sa participation le 23 janvier à une rencontre avec des souverainistes de tous bords – dont le député LR Julien Aubert – est pointée du doigt en interne. De quoi l’éloigner d’un potentiel soutien du parti d’Olivier Faure… Les socialistes semblent d’ailleurs plus enthousiastes par l’hypothèse d’une candidature de la maire de Paris, Anne Hidalgo. «Je pense qu’elle serait une excellente présidente de la République», a encore déclaré le premier secrétaire du PS mardi matin sur RMC et BFM TV. Qu’importe, Arnaud Montebourg pourrait bien contourner le soutien de ses anciens camarades. Les proches de l’ancien ministre ont en effet créé le week-end dernier un nouveau parti, «L’Engagement», pour soutenir sa candidature.

Le Figaro