Étiquettes

, , , , ,

Par Moon of Alabama

L’actuel gouvernement taïwanais tente de rompre avec la politique d’une Chine unique, appliquée par les États-Unis et l’Europe, pour devenir un pays indépendant sous la protection des États-Unis et de l’OTAN.

La République populaire de Chine, la Chine continentale, insiste sur le fait, historiquement correct, que la République de Chine, Taïwan, fait partie de la Chine continentale.

Depuis 1972, date à laquelle Nixon s’est rendu en Chine, les États-Unis ont soutenu cette position :

Dans le cas des États-Unis, la politique d'une seule Chine a été énoncée pour la première fois dans le communiqué de Shanghai de 1972 : "les États-Unis reconnaissent que les Chinois de part et d'autre du détroit de Taïwan maintiennent qu'il n'y a qu'une seule Chine et que Taïwan fait partie de la Chine. Les États-Unis ne contestent pas cette position".

Le Parti progressiste démocratique nationaliste taïwanais au pouvoir, sous la direction du président Tsai Ing-wen, a maintenant un plan pour mettre fin à cette politique. Malgré le changement de régime à Washington DC, il bénéficie du soutien des faucons américains anti-chinois :

L'invitation de Hsiao [le représentant de Taïwan aux États-Unis] à l'inauguration de Biden, associée aux propos tenus par Blinken lors de son audience de confirmation, indique que l'administration Biden est prête à adopter une grande partie de la politique taïwanaise qu’appliquait l'administration Trump.

Pendant son mandat, Pompeo s'est opposé à la Chine et agissait comme le protecteur de Taïwan - Pékin le considérait comme un ennemi déclaré.

Grâce à des politiques de développement économique bien planifiées, Taïwan a obtenu un quasi-monopole dans la production de puces électroniques. Il y avait jusqu’à récemment trois entreprises qui pouvaient produire en masse des puces électroniques les plus minuscules. La société américaine Intel, qui a échoué à développer un processus de production pour des puces de 7 nanomètres. Elle a maintenant au moins deux ans de retard sur la concurrence. Ses puces les plus récentes ne sont plus les plus puissantes du marché. Le PDG et la direction technique ont depuis été licenciés, mais il faudra encore des années, voire jamais, pour retrouver le leadership. L’autre grande usine de production appartient au conglomérat sud-coréen Samsung. Elle sert principalement à produire les puces pour ses propres produits Samsung.

Le plus grand producteur de puces, et de loin, est la Taïwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC). TSMC ne fabrique pas de produits de consommation. Elle fabriquait, jusqu’à récemment, pour tous ceux qui en voulait, pour l’industrie mondiale. C’est le producteur de référence pour les puces haut de gamme dont les autres entreprises ont besoin. Elle est maintenant devenue une arme aux mains du gouvernement taïwanais.

Sous la pression de Trump, qui a imposé des sanctions aux entreprises chinoises, dont Huawei, TSMC avait réduit ses ventes à la Chine. Elle a également dû s’engager à ouvrir une usine de production aux États-Unis. Cette utilisation par Trump des capacités de production de puces comme arme économique et politique a donné de nouvelles idées au gouvernement taïwanais :

Le rôle de Taïwan dans l'économie mondiale était largement passé inaperçu, jusqu'à ce qu'il prenne récemment de l'importance, car l'industrie automobile souffrait d'un manque de puces utilisées pour tout, des capteurs de stationnement à la réduction des émissions. Avec des constructeurs automobiles comme l'allemand Volkswagen AG, l'américain Ford Motor Co. et le japonais Toyota Motor Corp. contraints d'arrêter leur production et de laisser tourner leurs usines au ralenti, l'importance de Taïwan est soudain devenue trop importante pour qu'on l'ignore.

Les constructeurs automobiles américains, européens et japonais font pression sur leurs gouvernements pour obtenir de l'aide, et Taïwan et TSMC sont invités à intervenir.

La pandémie en cours a d’abord entraîné un effondrement de la consommation. Les constructeurs automobiles ont abaissé leurs objectifs de vente et leurs commandes de nouvelles puces. Mais bientôt, la demande de puces a augmenté pour les produits nécessaires au travail à domicile. Lorsque la demande de voitures est remonté, TSMC a dit aux constructeurs automobiles qu’il n’avait pas assez de capacité pour produire des puces pour eux. On peut se demander si cette explication des pénuries actuelles est véridique :

Les plaidoyers de l'industrie automobile illustrent comment les compétences de TSMC en matière de fabrication de puces ont donné à Taïwan un levier politique et économique dans un monde où la technologie est mise à contribution par la grande rivalité de pouvoir entre les États-Unis et la Chine -- une impasse qui ne devrait pas s'atténuer sous l'administration de Joe Biden.

L'emprise de Taïwan sur le secteur des semi-conducteurs - malgré la menace constante d'une invasion par Pékin - représente également un point d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement mondiale qui donne une nouvelle urgence aux plans de Tokyo, de Washington et de Pékin visant à accroître leur autonomie.

Il faut une dizaine d’années pour construire une usine de fabrication de puces. L’investissement nécessaire à la mise en place d’une « fab » moderne n’a cessé d’augmenter et s’élève aujourd’hui à plus de 10 milliards de dollars. Si les États-Unis, le Japon et l’Europe ont maintenant reconnus le danger d’un monopole de production de puces, il leur faudra un certain temps avant qu’ils puissent devenir moins dépendants de la TSMC.

Cela donne au gouvernement taïwanais une fenêtre de plusieurs années pour utiliser la TSMC à des fins stratégiques :

"Taïwan est le centre de gravité de la politique de sécurité chinoise", a déclaré Mathieu Duchatel, directeur du programme Asie de l'Institut Montaigne à Paris. "Pourtant, si le statut de Taïwan dans la chaîne d'approvisionnement mondiale des puces est une "valeur stratégique énorme, c'est aussi une raison puissante pour que Pékin reste à l'écart", a déclaré M. Duchatel, qui vient de publier un document d'orientation sur la poussée de la Chine en faveur des semi-conducteurs.

En supposant que les forces taïwanaises soient écrasées lors d'une invasion, "il n'y a aucune raison pour qu'elles laissent ces installations intactes", a-t-il déclaré. Et la préservation des fabs les plus avancées du monde "est dans l'intérêt de tous".

Malgré tous les efforts déployés pour relancer la fabrication nationale de puces, il est optimiste de penser que la chaîne d'approvisionnement d'un produit aussi complexe que les semi-conducteurs pourrait changer à court terme, a déclaré Peter Wennink, directeur général de l'ASML, à Bloomberg TV. "Si vous voulez réaffecter la capacité de production de semi-conducteurs, la capacité de fabrication, vous devez penser en terme d’années", a-t-il dit.

La Chine a menacé d’envahir Taïwan si elle déclarait son indépendance. Mais tant qu’elle dépendra des puces taïwanaises, elle ne pourra le faire qu’en nuisant aussi à ses propres industries. Il ne fait cependant guère de doute que la Chine serait prête à prendre ce risque :

Le gouvernement chinois a déclaré mercredi que des actions telles que ses avions de guerre volant près de Taïwan le week-end dernier sont une mise en garde contre l'ingérence étrangère à Taïwan et contre tout mouvement d'indépendance de l'île.

Interrogé sur ces vols, Zhu Fenglian, un porte-parole du Bureau chinois des affaires taïwanaises, a déclaré que les exercices militaires chinois montraient la résolution de la nation à protéger sa souveraineté nationale et son intégrité territoriale.

"Ils constituent un avertissement sévère contre l'ingérence extérieure et la provocation des forces séparatistes qui défendent l'indépendance de Taïwan", a-t-elle déclaré lors d'une réunion d'information régulière, donnant le premier commentaire officiel du gouvernement chinois sur les récents vols.

Taïwan a donc encore besoin de protection. Mais tant que les États-Unis et d’autres pays adhéreront à la politique d’une seule Chine, il est peu probable qu’elle obtienne un soutien suffisant. Il est donc prévu d’utiliser son industrie des puces pour faire pression sur les autres pays afin qu’ils lui garantissent un soutien militaire :

Wang Che-jen (汪哲仁), chercheur assistant à l'Institut de recherche sur la défense et la sécurité nationales (INDSR), un institut financé par le gouvernement, a déclaré dans un article récemment publié que la pénurie actuelle de puces automobiles a mis en évidence la place stratégique de Taïwan dans l'industrie mondiale des semi-conducteurs. La pénurie montre que la chaîne d'approvisionnement de ces produits est devenue une question de diplomatie, de sécurité et de stratégie, a déclaré M. Wang dans le document intitulé "Pénurie de puces automobiles : Un regard sur la place stratégique de Taïwan dans la chaîne d'approvisionnement des semi-conducteurs". ...
Les gouvernements américain et japonais, par exemple, ont invité Taïwan Semiconductor Manufacturing Co. (TSMC), le plus grand fabricant de puces sous contrat au monde, à construire des installations dans leur pays, a-t-il noté.

M. Wang a toutefois mis en garde contre une telle initiative, affirmant que si elle peut contribuer à raccourcir les chaînes d'approvisionnement mondiales, elle peut également affaiblir l'avantage stratégique de Taïwan dans le secteur des semi-conducteurs.

"Pour que Taïwan conserve son "bouclier de silicium", il doit persuader les pays européens et les États-Unis que le maintien de TSMC à Taïwan est la meilleure option", a-t-il écrit.

Le concept de "bouclier de silicium" décrit la position stratégique de Taïwan dans la chaîne d'approvisionnement technologique comme un bouclier contre toute attaque chinoise.

Le chantage par le biais de l’approvisionnement en puces n’est pas seulement un concept académique. Le gouvernement taïwanais utilise désormais ouvertement la fourniture de puces pour pousser d’autres gouvernements à faire des concessions économiques et politiques :

Les fonderies de puces de haute technologie de Taïwan comptent parmi les plus grandes et les plus avancées du monde, c'est pourquoi les constructeurs automobiles européens ont demandé l'aide de Taipei.

"Notre gouvernement et les fabricants de puces réfléchissent à la manière de les aider", a déclaré jeudi le ministre des affaires économiques, Wang Mei-hua, aux journalistes. ...
Wang a déclaré qu'elle s'était entretenue mercredi avec des représentants de l'industrie, dont l'ambassadeur de facto de l'Allemagne à Taipei.

Elle a déclaré qu'elle espérait que l'Europe aiderait Taïwan à obtenir des vaccins contre le coronavirus. ...
"Nous avons besoin que d'autres pays aident Taïwan à acquérir des vaccins, en particulier pour le personnel médical, ce qui est une priorité absolue", a déclaré Mme Wang.

"J'ai dit hier au représentant allemand que nous pouvons les aider à acquérir des puces automobiles pour résoudre les problèmes auxquels l'industrie automobile est confrontée et nous espérons qu'ils pourront faire ce qu'ils peuvent pour aider Taïwan à acquérir des vaccins", a-t-elle ajouté.

Le chantage aux vaccins est une chose.

Nick Siemensma @nicksiem - 6:05 UTC - 6 Fev. 2021

Taipei offre ouvertement une contrepartie à l'Allemagne. Le vaccin est-il un marchandage équitable ? Taipei a boudé la fourniture du vaccin Pfizer-BioNTech fabriqué par Fosun, alors peut-être que l'Allemagne peut offrir quelque chose de plus. Et les États-Unis n'ont-ils pas eu droit à un échange de faveurs similaire ?

L’échange avec les États-Unis porte sur des choses bien plus importantes que les vaccins. Faire pression pour obtenir un soutien politique qui implique une guerre potentielle avec la Chine est d’une autre ampleur. Le marchandage semble pourtant lancé :

The Daily Mao @TheDailyMao - 8:58 UTC - Feb 4, 2021

8/ Jusqu'en 2020, la stratégie technico-économique des États-Unis consistait principalement à tirer profit du marché chinois. Mais après le choc COVID, la situation a changé : les États-Unis veulent maintenant saigner l'économie chinoise et paralyser les entreprises technologiques chinoises dans le domaine des semi-conducteurs.

9/ Pour faire saigner l'économie chinoise, c'est par l'automobile que tout commence. Ma source à TSMC m’a dit que les gouvernements TW/US [taïwanais/étasunien] leur ont demandé de donner la priorité aux puces pour les usines automobiles non chinoises et en particulier les constructeurs automobiles américains et japonais, afin de punir l'UE pour le #CAI.

10/ Hier, il a mentionné que son homologue du gouvernement TW "essayait littéralement d'étouffer un sourire" lorsqu'il lui a dit que certains des clients chinois de TSMC dans le secteur automobile devraient fermer leurs portes parce qu'ils ne recevaient pas suffisamment de puces.

11/ Mais il ne s'agit pas d'une sorte d'"heureux hasard" qu'un "marché libre" va régler. La TSMC n'a pas carte blanche pour augmenter ses capacités autant qu'elle le souhaite. Le marché n'est pas autorisé à fonctionner dans ce cas... grâce au régime TW.

12/ Il m'a révélé que le DPP a eu recours à la réglementation environnementale et à d'autres méthodes de pression pour empêcher la TSMC d'agrandir ses installations "trop rapidement" - le régime TW semble vouloir une pénurie artificielle de puces pour lui donner plus de poids dans les négociations internationales.

13/ Et là encore, cela se fait en collaboration avec le gouvernement américain - pour s'assurer que "chaque ligne de production prévue qui est mise en ligne ne soit instantanément remplie que de commandes américaines". C'est ce qui a été convenu entre Tsai, Krach, et Morris Chang...

14/ ...et maintenir ces pénuries artificielles pour nuire aux entreprises qui produisent en Chine, voilà ce que Tsai veut dire lorsqu'elle parle de restructurer la chaîne d'approvisionnement mondiale en dehors de la Chine.

15/ Comme vous l'avez peut-être déjà deviné, l'UE n'est pas satisfaite de cet arrangement. Outre le fait que les constructeurs automobiles sont pris dans une guerre commerciale non déclarée, l'UE se sent profondément trahie par le régime taïwanais sur cette question.

Veuillez consulter le fil de discussion lié pour plus de détails et les sources d’appui.

Cette politique taïwanaise et américaine de la corde raide rend plus probable une guerre contre la Chine et plus proche que je ne le pensais. Dès cet été la situation pourrait devenir critique :

The Daily Mao @TheDailyMao - 18:05 UTC – 5 Février 2021

URGENT: Le DPP de Taiwan a indiqué en privé aux Etats-Unis qu'il pourrait soutenir un référendum sur l'indépendance, pour août de cette année.

Par une coïncidence intéressante, cet été, certaines forces européennes seront également déployées en mer de Chine méridionale :

Au cours d’une interview au Sydney Morning Herald, le 2 novembre, le ministre allemand de la défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, déclarait que son pays allait envoyer une frégate pour patrouiller la zone indo-pacifique, à partir de l’année prochaine. ...
Ses remarques interviennent deux mois après que l'Allemagne soit devenue le deuxième membre de l'Union européenne à publier des lignes directrices pour l'Indo-Pacifique. Le ministère français des Affaires étrangères a publié un document de stratégie en 2018 pour l'Indo-Pacifique, à la suite d'un important discours politique du président Emmanuel Macron en Australie plus tôt cette année. Une stratégie de sécurité française ultérieure pour la région a été publiée par le ministère de la Défense du pays en 2019.

Les Britanniques, désormais une simple force proxy américaine, s’y joignent également :

Mercredi, les ministres japonais et britannique des Affaires étrangères et de la Défense ont entamé une réunion par vidéoconférence pour affirmer une coopération renforcée en matière de sécurité dans le cadre de l'affirmation croissante de la Chine dans les mers de Chine orientale et méridionale. ...
Les ministres devraient également accepter de travailler en étroite collaboration sur le plan britannique pour envoyer un groupe d'attaque pour porte-avions, centré sur le Queen Elizabeth, dans le Pacifique occidental pour des exercices navals conjoints avec les forces d'autodéfense japonaises, ont déclaré les responsables.

Le Japon se félicite de l'envoi du Queen Elizabeth, le plus grand navire de guerre britannique mis en service en 2017, car cela montre l'engagement renforcé du pays envers la région indo-pacifique, ont-ils déclaré.

Du point de vue des États-Unis, un conflit avec la Chine, le plus tôt possible, est préférable à un conflit tardif, quand la Chine aura eu le temps de renforcer ses capacités.

Il se peut donc que, cet été, les États-Unis poussent Taïwan à un référendum sur l’indépendance pendant que les deux compères utilisent la question de l’approvisionnement en puces pour faire pression sur les « alliés » afin qu’ils les soutiennent dans une potentielle guerre.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone