Étiquettes

, , , ,

Par Michel Santi

En économie, le mal prend toujours le dessus sur le bien ! C’est le principe de la loi de Gresham, du nom du conseiller financier d’Elizabeth Ière au XVI ème siècle. A l’époque, en Angleterre et ailleurs, des pièces d’argent étaient en circulation présentant une pureté inégale. Les consommateurs et commerçants d’alors conservaient jalousement celles qui contenaient une proportion supérieure d’argent pour se désaisir en priorité de celles au titre moins favorable. Ce rouleau compresseur des escroqueries et des malversations fut récemment décrit par George Akerlof : «les transactions malhonnêtes tendent à faire disparaître du marché les transactions honnêtes. Voilà pourquoi le coût lié à la malhonnêteté est supérieur au montant de la tricherie». Cette contre-dynamique de Gresham – devenue aujourd’hui une constante sur les marchés financiers – a donc pour conséquence une volatilisation de l’éthique au profit de la fraude, qui devient dès lors endémique. Ceux qui respectent la loi et la morale sont appelés à disparaître – en tout cas à perdre en compétitivité – tandis que leurs rivaux peu scrupuleux se maintiennent grâce à des artifices et à des manipulations qui compriment leurs coûts, qui gonflent leurs bénéfices. En d’autres termes, aujourd’hui, il devient trop cher d’être honnête ou, pour s’interroger avec Amartya Sen: “comment est-il possible qu’une activité aussi utile, comme la finance, soit devenue si immorale» ?

Il est vrai aussi que les gagnants ne sont rien sans les perdants : les gagnants dépendent toujours de l’existence des perdants. Amazon n’aurait, par exemple, jamais joui de sa réussite spectaculaire sans la croissance et sans la faillite de nombre d’entreprises ayant jalonné son parcours. Dans le monde réel, entreprendre est dangereux et nombre d’individus ne se lancent par conséquent jamais dans ce type d’aventure. En outre, l’action d’investir ne peut être totalement transparente car les risques et les coûts inhérents à toute entreprise doivent être, en partie au moins, masqués. En effet, les chances de succès d’un projet sont intimement corrélées au degré d’avancement d’autres projets qui évoluent – ou pas – au même moment. Ainsi, investir, concrétiser, placer, agir sont autant d’actes couronnés de succès par des vagues successives suscitées et portées par des optimistes accomplissant de grandes choses pour eux et pour l’Humanité, lesquelles vagues charrient en même temps leurs lots de ceux qui se sont plantés.

Voilà précisément pourquoi les systèmes et les marchés financiers existent : afin d’assurer à tous que la dynamique des investissements est favorable, afin d’aider à surmonter ces appréhensions légitimes de l’échec. Telle est donc la mission première de la finance : penser collectif car chaque projet considéré isolément serait peu susceptible de réussir. Le mimétisme est un sentiment fondamental en finance et dans l’entreprise car on ne réussit jamais seul, quel que soit le profil de risque de notre plan, si nous ne sommes pas accompagnés -de près ou de loin – par d’autres investisseurs. Intuitivement, tous se disent que leur propre projet aura nettement plus de chances d’aboutir si plus de monde s’y met simultanément. Sachant que, à l’inverse, le déséquilibre apparaît dès lors que peu d’individus osent, que l’écrasante majorité thésaurise du fait d’un contexte pessimiste. Voilà également pourquoi les banques existent car elles ont pu et su régler dans les grandes lignes cette problématique en proposant une alternative favorable à tous, aussi bien à ceux enclins aux risques qu’aux plus conservateurs.

Pour qui sait se montrer lucide, le système bancaire est un amalgame de fraude et d’ingéniosité, qui sert de tampon entre le monde de l’entreprise et le monde de l’investissement. Les banquiers nous promettent un monde prospère alors même qu’ils ont conscience de ne pas toujours être en mesure de tenir leurs engagements. De leur côté, les investisseurs savent bien que les banquiers n’ont pas la science infuse et qu’ils font bien souvent des promesses qu’ils ne pourront pas honorer. Ils se laissent néanmoins abuser par leurs banquiers qui les assurent – et les rassurent – que ce n’est pas eux qui subiront (toutes) les pertes en cas de pépin, mais les actionnaires, la maison mère, l’Etat, les fonds de garantie… Que la récupération de leur placement, de leur investissement, de leur épargne est certaine, car c’est d’autres qui trinqueront. Les angoisses épisodiques des actionnaires eux-mêmes, en théorie aux premières loges pour essuyer les pertes, sont également tranquillisées car ils sont assurés par les banquiers de bénéficier de la protection et du parapluie d’un organisme quelconque qui les couvrira en cas de besoin. L’innovation financière, l’interdépendance des banques, la réassurance, les swaps, les hedge, les garanties agiront tous dans un sens et vers un objectif communs consistant à ce que – le jour fatidique venu – nul ne sache vraiment qui a perdu, ni combien il a perdu.

Voilà pourquoi l’opacité inhérente au monde de la banque lui est vitale ainsi qu’à toute la chaîne alimentaire qui gravite autour. Voilà pourquoi cet univers nébuleux ne pourra jamais être vraiment réformé, encore moins éradiqué. Son opacité autorise précisément de faire porter le risque à ceux qui ne l’auraient jamais toléré, si bien-sûr ils en avaient été informés… Dit autrement – brutalement – les entreprises qui n’entretiennent pas une certaine dose d’opacité voire de comportements frauduleux, ne peuvent se développer ni prospérer. En finance, la complexité n’est donc pas le fruit de l’intelligence évolutive des banquiers, et les financiers ne représentent pas une caste plus intelligente qui brille par un niveau intellectuel qui se démarquerait du commun des mortels. Cette complexité et cette opacité sont cruciales à la finance moderne qui excelle à persuader toute la chaîne des intervenants à une prise de risques que nombre d’entre eux n’auraient jamais toléré. Quoique l’on dise, quoique l’on fasse, il n’y a pas d’alternative à un monde de la banque et de la finance semi-frauduleux.

Les abus de la finance sont donc passés dans nos mœurs car les banquiers et financiers honnêtes ne sont pas de taille à entrer en compétition avec leurs collègues fraudeurs. C’est simple : une banque qui ne chercherait pas à masquer des pertes, à vendre des actifs pourris, à blanchir de l’argent, à influencer le cours d’un produit dérivé… ne serait plus compétitive et serait vouée à terme à faire faillite, ou à voir son titre sévèrement décrocher en bourse. Dans la nature, la sélection darwinienne nous apprend que les plus forts survivent aux plus faibles. Dans l’univers de la finance et de l’investissement, ce sont les malhonnêtes qui ont tendance à rester et à prospérer quand sont damnés ceux qui se conforment aux règles du jeu.

M.S